Martenchon et Mélinez, Octobre 2020

Comment peut-on dire la vérité?

Sous les fenêtres de leur salon, Mélinez et Martenchon assistaient à une manifestation, comme il en est souvent à Paris, avec force haut-parleurs et banderoles.

 
Sur la plupart d’entre elles, se lisait ce slogan : « Nous voulons la vérité !».
 
D'autres portaient cette objurgation : « Cessez de mentir ! »
 
Mélinez, perplexe se demanda à haute voix: « Si on cesse de mentir, dit-on pour autant la vérité ? ».

Martenchon, ricana quelque peu : "Nécessairement! Personne n’a trouvé la voie de la vérité en truquant la carte ".

Mélinez se fit docte :" Pourtant, Saint Thomas, le docteur Angélique, et son maître à penser, Aristote, ne pensaient pas mentir quand ils soutenaient que le soleil tourne autour de la terre. Mais ils ne disaient pas la vérité."

Martenchon s’énerva : C’est qu’ils vivaient en d’autres temps. « Autres temps, autres mœurs ».

Et puis, mettant un terme à cette discussion qui l’ennuyait, il ajouta « toute vérité, c’est connu n’est pas bonne à dire, alors, les mensonges sont bien utiles ».

 

 

Je manifeste donc je suis


Mélinez ferma la porte du studio-atelier qu’il partageait avec Martenchon. Il plia son parapluie et le rangea. Martenchon peignait comme il le faisait à certains moments de calme et de sérénité.

Mélinez s’approcha. Martenchon était sur le point d’achever un tableau d’assez grande taille représentant une manifestation qui s'écoulait sur le boulevard d’une grande ville. Sur le front de la manifestation, l’artiste avait figuré des individus dont les visages exprimaient toutes les émotions « manifestationnelles » depuis la fureur jusqu’au mépris en passant par les exhortations à se battre et certaines impassibilités de chefs déjà chevronnés.

On ne voyait pas l’ennemi. Mais, le point de vue de l’artiste étant frontal, l’ennemi était soit derrière soit de part et d’autre.


Mélinez fit remarquer que les banderoles ne portaient pas d’inscriptions d’un genre un peu général « du pain pour les travailleurs », « à bas le gouvernement », « les généraux à la lanterne » ni d’inscriptions personnalisées « à bas Macron »,  « Blanquer t’es une blanquette » etc.

Martenchon, amusé, posa pinceau et palette.
« Si tu regardes attentivement, tu verras qu’on ne sait pas bien qui ils sont et de quelle époque ! »
Mélinez opina et faillit commencer une question quand il fut interrompu par son ami « Où est-ce à ton avis ? »


Mélinez hésita « Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que c’est à Paris ».

Martenchon l’interrompit d’un « pourquoi » comminatoire.

Mélinez « C’est que, les manifestations, à Paris, c’est fréquent. Mais celle-là, ce n’est pas clair puisqu’il n’y a rien sur les banderoles »

Martenchon éclata de rire « C’est évidemment à Paris, mais il y a tant de manifestations à Paris que j’ai préféré laisser les banderoles en blanc, comme ça, le tableau sera toujours d’actualité »

 


 

La Chine est en passe de lancer la première crypto-monnaie souveraine. Un livre qu'il ne faut pas manquer. Pour l'obtenir, il faut suivre ce lien.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com