Pascal Gauchon, "Le modèle Français depuis 1945"

Le modèle Français depuis 1945.

Pascal Gauchon

Puf-Que sais-je ?


Ce livre dont la première édition date de 2002 a été réédité en juin 2011. Il paraît intéressant à lire en ce moment troublé où la France sous direction politique nationale et régionale quasi totalement socialiste se cherche. Le contexte est rude, la crise secoue l’économie mondiale et l’économie européenne, donc française, violemment ; la France par ses engagements européens a perdu l’essentiel de sa capacité à « s’auto-gérer » ; l’indépendance flamboyante des années gaulliennes relève d’un passé mythique ; après que les centralismes économiques et politiques se sont abîmés, les libéralismes, ultra ou mou se délitent sur des fondements moraux détournés.


Comment alors peut-on parler d’un Modèle Français ? Pour Pascal Gauchon, historien de métier et de formation l’histoire d’un peuple ne s’inscrit pas dans un court-termisme de marché ! « Le modèle français … s’enracine dans le temps long ; il date de quatre siècles au moins….».


Puisqu’il se réfère à ce concept de temps long, il ne faut pas s’étonner qu’il fasse partir son exposé des capétiens. Il ne faut pas non plus être surpris qu’il invoque les images fortes qui ont modelé, le mental, le psychisme profond des Français. Le symbole de l’Hexagone, cher aux Français, rappelle qu’à l’inverse de nombreux pays qui se définissent par une entité géographique, une race, un drapeau, une religion « la France n’est pas née des caprices de la nature, mais d’une construction volontaire ».


Qu’est-ce que ce modèle Français, qui a valeur à la fois « d’explication…d’exception et d’exemple ? ». C’est une vision très particulière des rapports entre autorité et corps social. A l’origine du modèle français, un modèle social très fort, où, à l’étonnement des Américains et à l’exaspération du monde « libéral à l’anglo-saxonne », l’Etat est en charge du Bien Commun, lequel n’est pas de la responsabilité des agents de la société, qu’il s’agisse de citoyens, d’unités économiques ou de communautés culturelles.

Autour de ce concept très fort, la France a bâti un rapport au monde très structuré et pourtant très adaptable : « …, il (le modèle Français) a su se redéfinir à plusieurs reprises ». De fait quel rapport entre Jules Ferry qui s’exclame : « la France sera une république de paysans ou cessera d’exister » et l’ensemble des politiques industrielles et d’aménagement du territoire qui l’ont modelée depuis la fin de la dernière guerre. Le modèle français s’inscrit dans le temps : « A l’origine du modèle économique tel qu’il s’est défini après 1945, une histoire, une génération et un moment »

Pascal Gauchon, montre clairement les enjeux de ce modèle, original et effectif.  Il décrit dans ce petit livre à la fois ce qu’un modèle peut-être et ce que le modèle français a montré dans les trois sens du concept : explication, exception, exemple.


Il nous en rappelle les institutions, ( dont beaucoup ont disparu, effet du triomphe idéologique du libéralisme, contre les centralismes, quels qu’ils soient),  il présente les hommes qui les ont animées, me rappelant qu’Andrew Shonfield (le capitalisme d’aujourd’hui, 1965) listait, parmi les atouts de la France dans le monde moderne, son administration, ses hauts fonctionnaires. Dans un petit livre de poche, la place n’est pas à l’épopée ni au lyrisme. L’auteur fait cependant bien vibrer les cordes du modèle « Plan », « nationalisation», « entreprises publiques »« redistribution », « politique industrielle » et « politiques d’aménagement du territoire ».


Ce monde très français, est-il un monde perdu ? A-t-il sombré après que les Socialistes, en 1982, eurent l’illusion que le modèle de 1945 pourrait resservir ?  Après que l’effondrement soviétique eût laissé place nette au libéralisme ? Après surtout, mais on ne le dit jamais, que la France adopté la voie communautaire, celle de l’union européenne, puis, celle plus contraignante encore de la monnaie unique ?

Pascal Gauchon ne croit pas que le modèle Français soit hors du temps et donc hors d’usage. Il voit dans les défaites de l’ultralibéralisme, dans les mises en cause de l’ultra-ouverture des économies, dans un retour à l’affirmation de la dimension humaine des économies et des sociétés, autant d’occasion pour un renouveau du modèle français.


« La peur du déclin pourrait être la meilleure chance du modèle. Comme en 1871, lorsque s’esquisse le modèle républicain. Comme en 1940, lorsque se prépare le modèle de l’après-guerre ».

A lire, pour se souvenir d’une France qui ne s’abandonnait pas aux miracles, mais construisait l’avenir. A lire pour réfléchir à l’élaboration et la mise en œuvre d’ un « modèle européen ».  

 

 

Les Français sont l’un des rares peuples (le seul ?) qui pense sont territoire sous la forme  d’un figure géométrique , l’hexagone. … L’image est révélatrice : cette figure abstraite rappelle que la France n’est pas née des caprices de la nature, mais d’une construction volontaire. Par la régularité de ses formes, l’hexagone évoque une certaine perfection :

Le fait est que les capétiens se concentrent sur trois tâches ; étendre leur domaine, unifier le royaume et construire un Etat moderne.

 

Les rapports sur la France : clementel 1919, monnet 1945, armand-Rueff 1958, peuvent être synthétisés en quatre termes : ruralisme, provincialisme, malthusianisme et culte du petit. (christian Stoffaes).

Jules Ferry ; « la France sera une république de paysans ou cessera d’exister »

Retard de la France : plutôt que de parler de retard il vaut mieux évoquer un choix original : la France a su s’industrialiser sans sacrifier son agriculture et a ainsi préservé des activités et des paysages qui se révèleront plus tard un atout précieux.


La leçon qui vient de Washington n’est pas si différente de celle qu’inspire Moscou, d’autant plus que les Etats-Unis de 1945 ont remodelés en profondeur par le New deal : il ne s’agit pas de capitalisme « sauvage » mais d’une économie encadrée par l’Etat et mise au service du progrès social.

Le ministre communiste Marcel Paul dote EDF d’un statut original. Outre les fonds considérables alloués au comité d’entreprise , on remarque le nom donné aux retraites que l’entreprise verse à ses anciens travailleurs :  « salaire d’inactivité »


La crise ; relance ou enterrement du modèle ? quatre événements redonnent en effet un au modèle français …le retour des nationalismes économiques… élection de Nicolas Sarkozy,… la crise remet en selle le modèle comme le reconnaissent les journaux anglo-saxons et met à mal le modèle américain… le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein ?


A l’origine du modèle économique tel qu’il s’est défini après 1945, une histoire, une génération et un moment.


Le modèle français peut-il rebondir ? sans doute car il s’enracine dans le temps long ; il date de quatre siècles au moins, là où le modèle global n’aligne que quelques dizaines d’années, il a su se redéfinir à plusieurs reprises. 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com