OFCE: L'économie française en 2013 

Dans la littérature économique, trois genres : l’opinion, la théorie et la présentation des données. Les deux premiers, en principe, s’appuient sur le troisième. C’est dire qu’il est de première importance.
C’est à cette catégorie d’ouvrages qu’appartient le livre cité en référence. Ce n’est pas une monographie, ni une série de tableaux, ni la livraison d’un appareil mathématique pour le plaisir de quelques initiés.  Il est composé d’une série d’études rédigées par plusieurs chercheurs couvrant les aspects les plus importants de l’économie de la France.

L’économie Française est mise en perspective dans le temps et dans l’espace. Les projections pour 2013 ne sont pas émises comme des actes de foi ou le sous-produit de volonté politique « ça passe ou ça casse » et c’est la très grande qualité de cet ouvrage que de donner à réfléchir en fournissant des données indemnes de tout argumentation politicienne.
Il est à mettre au crédit des auteurs de ne jamais se laisser aller à la doxa commune qui veut que depuis 12 ans, ou quinze, ou plus selon les personnes, leurs états d’âmes et leurs opinions politiques, la France s’enfonce irrémédiablement. Les auteurs ne racontent pas non plus une histoire gaie ou un évangile sur le thème « quand on veut et quand on a la foi,  on peut…. »

Mise en perspective dans le temps : les informations fournies ne cèdent ni au catastrophisme ni à l’angélisme. La fameuse « désindustrialisation de la France » est prise avec les pincettes qu’il faut. Elle est analysée sans passion et comparée avec nos grands voisins. Je vous laisse vous y reporter : on est loin de trouver dans ce livre des raisons de regretter le passé.  Y aurait-il un modèle français ? En tout cas, le niveau de taxation française n’est pas un des plus étonnants par son niveau au sein des nations européennes et l’affectation de la dépense publique ne relève pas de la prise en charge aveugle de profiteurs sociaux.

Si la France n’a pas davantage démérité que ses voisins, elle se trouve cependant dans une situation, ou, contrairement à ce qui se passait, il y a un quart de siècle, elle ne peut plus prétendre se projeter sans trop tenir compte de son environnement. La France dépend de l’espace économique dans lequel elle s’insère. Cela peut être pris au sens négatif : elle ne peut agir seule. Et la preuve en est actuellement fournie quand deux fois plus ouverte sur les marchés européens qu’il y a 25 ans, elle doit compter pour sa propre croissance sur la croissance de ses partenaires.  Cela peut être pris au sens positif : l’économie française et le mode de fonctionnement de la société française sont appréciés par les investisseurs étrangers, le niveau de détention de la dette française par des non-résidents, celui de la participation des investisseurs non-résidents dans le capital des entreprises du CAC40, en témoignent.

Dans ce contexte comment se présentent 2013 et les années qui suivent ? Les études qui composent ce petit livre ont toutes en commun une extrême prudence dans la manipulation des extrapolations et la formulation des prospectives. Je retiendrai de ce travail d’exploration d’un futur immédiat et d’un futur plus lointain que la prévision est réduite à peu de choses solides dans un univers aussi mouvant, animé de transformations aussi complexes et profondes. En revanche, l’exercice de la prévision est indispensable pour valider des cheminements et apprécier les conditions qui s’imposent à la mise en place des politiques économiques.

Alors 2013 ? Le livre donne des indications très claires sur la situation dans laquelle se trouve la France, confrontée à des mécanismes déflateurs particulièrement forts et ajoutant ses propres actions déflationnistes à celles des autres. Le ressort naturel de la croissance économique française la porterait à une croissance de 3%...les freins se nomment : politique budgétaire et environnement extérieur ! Et les freins vont être efficaces. La croissance sera réduite à rien ou presque.

2013 et après ? Tout est dans l’évolution européenne. Jusqu’ici, les pays de l’Union et tout particulièrement les pays de la Zone euro ont opté pour des politiques non coopératives pour dire le moins et, pour ce qui concerne l’Allemagne, pour une politique de désinflation compétitive dont l’objectif était de tirer parti de l’économie de ses voisins.

Le maintien de politiques déflationnistes au nom de normes d’endettement et d’exemples prétendument vertueux entraînera une stagnation de l’ensemble européen. Pour qu’il n’en soit pas ainsi il faut imaginer la mise en place de politiques de relances enclenchées en s’appuyant sur les pays les plus solides (Allemagne, Pays-Bas..) le relais étant pris progressivement par les pays de « milieu », comme la France et l’Italie….
L’économie Française. 2013. est à lire pour quitter les sentiers battus par les adeptes du déclinisme et des dérélictions moroses et pour réfléchir sur les moyens de l’action et ses objectifs.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com