22. novembre 2017
Et là, dans ce sous-sol assez désert, je tombe sur l’incroyable : des œuvres d’un monsieur Thomas Henriot. Incroyable, impensable, inimaginable : des rouleaux de 10, 15, 25 mètres, les uns complètement déployés, les autres à moitié, dégringolant du plafond, perchés à plus de 5 mètres et déroulés sur le sol en longues bandes de papier de je ne sais quelle sorte, bambou ou coton … Lire vite la chronique et voir très vite
21. novembre 2017
Alexia Monduit est exposée par la Galerie & col119 et montre de très belles photos. J'ai repris la chronique que j'avais faite précédemment et qui a été proposée dans "the french quarter magazine" et la revue en ligne Moggly. J'y ai ajouté un très beau texte de la photographe. A lire, puis aller voir très vite.
19. novembre 2017
Son travail est, depuis le début jusqu’à la fin, marqué par une idée ferme, forte, incontournable : ce qui nous entoure est passionnant et il est possible d’en rendre compte sans l’enjoliver, ni faire comme font les peintres qui assujettissent la nature. Exposition indispensable! Lire la chronique dans Les Mots de l'Art.
19. novembre 2017
On a montré que le bitcoin « c’est du vent » ! Une sentence biblique (Livre d’Osée 8,7) a donné que « celui qui sème le vent rapporte la tempête ». Avant que la tempête «Ponzi» n’éclate, faisons un tour du côté des mécanismes sociologiques et psychologiques qui font du bitcoin un moment assez étonnant de la vie des sociétés modernes. Dans un premier temps, on s'interrogera sur son côté sectaire. Il faut se rendre sur les "mots de l'économie" et sa nouvelle section:...
13. novembre 2017
A voir et à écouter en suivant ce lien
13. novembre 2017
...Pourquoi parler d’impôts, les opérations et les transactions et la wallet et tout ce qui appartient à l’écosystème bitcoin ne sont-ils pas anonymes ? Qui va voir que vous avez fait une belle plus-value ? En suivant ce lien, vous retrouverez la saga Bitcoin et monnaies cryptées.
12. novembre 2017
....L’ensemble des images de Marina Black paraît être tout entier tourné vers la mise en valeur de l’épaisseur, si on veut bien « ouvrir » visages et personnages, mise en valeur de l’effacement, remplacement, substitution qui fait passer les choses et les visages et les remplace par ce qui vient du fonds de l’image. En suivant ce lien, lire la chronique d'une très belle exposition à voir très vite.
11. novembre 2017
....Partons des points les plus positifs : Très grande diversité des artistes, des formats, des pays, des thèmes. Excellent niveau des œuvres. Pas de ratés. Pas de créations douteuses. ... et plus encore. En suivant ce lien vous trouverez quelques commentaires et surtout une liste de photographes incontournables est jointe à cette chronique.
10. novembre 2017
Tout autour de nous, la parole vient aux objets ; ce sera bientôt pire que la basse-cour de nos ancêtres. Ils nous parleront et se feront les porte-paroles de tous ceux qui nous entourent. C'est à lire dans les "Soliloques sur le Vaste Monde".
07. novembre 2017
La photographie d’Irving Penn est une fantastique mise en place et installation de ce qu’on nomme dans les pays anglo-saxons : « Still Life », « La vie tranquille », comme il en est de la « still water », l’eau qui ne bouge pas, par opposition à l’eau pétillante, celle qui saute et vit, qui jaillit et s’échappe. Une magnifique exposition de l'oeuvre d'un artiste exceptionnel dont on pourra lire la chronique en suivant ce lien.

Afficher plus

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com