La pensée économique allemande au feu de la Crise: ordo libéralisme contre dirigisme et libéralisme

Il faut connaître les mythologies allemandes en matière économique: l’ordo libéralisme et le rêve d’une pensée qui s’inscrit dans le réel, dans cette première partie sur la pensée économique allemande, on introduit ce que sont les principes de ce doctrines dont le rôle pour les Allemands.est fort mal connu de la part de leurs voisins, des Français en particulier.

 

Comme il faut commencer par le commencement, on commencera par la fabrique des mythes : Le bon docteur Ludwig muni de sa baguette magique,  avait mené sa réforme économique au canon et avança dans sa réforme monétaire au clairon. Et le résultat fut un : Wirtschaftswunder  (miracle économique)…. On se demandera un peu plus loin si l’économie allemande a été miraculée ou miraculeuse.

l'article est disponible sous l'onglet "mots dits/les échos.fr

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    D DOISE (dimanche, 05 août 2012 16:25)

    Encore bravo pour cette initiation des lecteurs français aux grands principes de l'ordo libéralisme. Sans une connaissance minimum de ces principes on ne peut pas comprendre l’Allemagne actuelle. Bravo aussi pour votre rappel du "peu de cas" que font les allemands des banques et plus généralement de la "chose » bancaire et financière. J'ajouterai que c'est là un de nos gros problèmes ! En imposant les principes ordo libéraux dans la construction européenne, nos voisins ont raisonné comme si l'Europe allait devenir allemande : les traités européens font de la stabilité des prix (à la consommation, la formation des bulles spéculatives n’étant pas envisageable pour un ordo libéral) un principe cardinal. Les institutions européennes ne se préoccupent donc que de la stabilité monétaire (dont est en charge une BCE indépendante des pouvoirs politiques) et ignorent la stabilité financière (qui implique une nécessaire coopération entre banques centrales et gouvernements) comme nous nous en préoccupions jadis en France, en "encadrant" le crédit. Or, aujourd'hui la monnaie qui compte et qui pose problème n'est pas la monnaie de banque centrale c'est la monnaie créée par les banques par l'octroi de crédits. C’est cette création monétaire bancaire qui devrait être contrôlée, car elle est principalement à l’origine de l'inflation (ou de la déflation) et de la formation des « bulles » d'actifs (forme particulièrement perverse d'inflation ou de déflation, car elle crée des effets de richesse ou de pauvreté pernicieux). La culture du Mittelstand, le comportement des banquiers allemands (ils préfèrent le crédit aux entreprises au crédit immobilier, plus rigide en Allemagne qu’ailleurs en Europe) et plus généralement l’environnement économique, social et démographique allemand ont permis à l’Allemagne de disposer « naturellement » de la stabilité financière.Tout cela n’est pas transposable dans le reste de l’Europe : il aurait fallu en tenir compte dans la construction européenne.

    Sujet difficile(EJ)

 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com