L'enfance de l'art (photographique)

Fabriquons une fausse généalogie de l’Art photographique. Commençons comme, autrefois, il y a bien longtemps, Disney racontait l’histoire de la Musique, avec des néanderthaliens se tapant sur le ventre en rythme avant de taper, toujours en rythme, sur la tête de prisonniers de guerre etc….

Voici ce qu’on pourrait imaginer : Au début on s’applique à photographier. Puis on photographie ce qu’on voyait naturellement avant. Après on photographie pour donner à voir, pour montrer comme on réfléchit bien. Un jour, on photographie ce qu’on veut voir. Et à partir de ce jour, on ne photographie plus le réel. On s'applique à le créer.

Il y aurait l’enfance de l’art, puis son adolescence et enfin l’âge mûr, qui précéderait la décadence. Tout ceci fleurerait bon la critique artistique du XIXème siècle.

L’enfance de l’Art n’existe pas:  il ne faut pas penser que l'Art, comme l’homme, commence petit et termine vieux.

Pour lire la chronique suivre ce lien.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

 

Pour quitter le tumulte insipide et insensé des réseaux, un livre de pensées ou la sagesse orientale est alliée au goût occidental pour l'analyse et l'humour

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com