Avenue Gabriel et rue Boissy d'Anglas: l'ambassade des Etats-Unis

L’ambassade des Etats-Unis

 

 

L’ambassade des Etats-Unis en France, donc à Paris, fut la première de toutes les ambassades à l’étranger pour les représenter. Les premiers ambassadeurs furent illustres : Benjamin Franklin, John Adams, Thomas Jefferson et James Monroe. Son implantation actuelle est cependant récente. L’ambassade des Etats-Unis s’est beaucoup promenée.

 

Avant d’en raconter l’histoire, plantons le décor.

 

L’Ambassade est dans un quartier plaisant, aéré et marqué par l’histoire. Elle est installée à l’extrémité de l’avenue Gabriel laquelle doit son nom au premier architecte du Roi Louis XV. Le roi voulait une belle place pour clore le jardin des Tuileries et l’ouvrir vers une nouvelle avenue qui se dessinait : celle qui deviendra les Champs Elysées. La place a connu quelques vicissitudes et changea de nom au gré des révolutions, des choix politiques et des enthousiasmes parisiens. C’est en son milieu que fut installé la première guillotine. Elle eut ainsi le privilège d’être au commencement des milliers de décapitations d’une république devenue folle.

 

De nos jours, la place est ornée de magnifiques fontaines, d’un obélisque offert par l’Egypte à la France au XIXème siècle. Elle ouvre d’un côté sur un des plus beaux ponts de Paris et sur le Palais Bourbon siège de l’Assemblée nationale et de l’autre sur deux magnifiques hôtels, celui dit de la Marine et le célébrissime hôtel Crillon.

 

L’ambassade, elle-même a vu sur les arbres qui encadrent l’avenue des Champs-Elysées jusqu’à la place de l’Etoile et sur les jardins qui suivent l’avenue jusqu’au niveau de l’avenue Franklin Roosevelt.

 

Son emplacement permettrait de dire qu’elle est au centre d’une sorte de « réseau américain » : l’avenue Franklin Roosevelt n’est pas loin. L’hôtel particulier habité par Thomas Jefferson était à deux pas (il a disparu depuis longtemps). Il ne faudrait pas oublier la rue de Washington qui donne un peu plus haut sur les Champs Elysées. Depuis la grille d’entrée de l’Ambassade, en regardant vers le Louvre, on trouve le consulat des Etats Unis installé dans le célèbre hôtel Talleyrand dont on parlera un peu plus loin. Sur la façade de ce dernier une inscription rappelle qu’en ce lieu prestigieux fut signé et mis en place entre 1947 et 1952 le « Plan Marshall » « contre la faim, la pauvreté, le désespoir et le chaos»

 

Faisons un peu d’histoire : le premier bâtiment de la légation américaine était situé à Passy à l’Ouest de Paris, hors les murs d’enceinte et de douanes, dans un charmant village plus tard englobé dans le XVIème arrondissement. Elle y demeura de 1777 à 1785. C’était encore la campagne ! Mais une campagne bien fréquentée, car s’étalant sur une colline en hauteur, elle offrait un air pur à ses habitants et du vent pour les moulins ! De grandes demeures y étaient bâties. Parmi les célébrités, un américain, Benjamin Franklin, vécut dix ans au village de Passy, hôte de M.de Chaumont en son hôtel de Valentinois.

 

Paris, en grandissant, se transformait et la légation fut conduite à changer d’emplacement (Il reste de ces évènements une rue Franklin). Beaucoup plus tard, la chancellerie de l’ambassade des Etats-Unis se trouvant à l’étroit dans des bâtiments mal commodes situés rue de Chaillot, toujours dans l’Ouest de Paris, il fallut penser à un autre emplacement. En 1926, un décret du Congrès des Etats-Unis autorisa l’acquisition de l'hôtel Grimod de La Reynière, contiguë à la place de la Concorde, au tout début de l’avenue Gabriel, non loin du Palais de l’Elysée, à deux pas de l’Ambassade de Grande-Bretagne. Très rapidement, la construction des nouveaux bâtiments de l’ambassade fut lancée par les Architectes américains Delano et Aldrich. Ceux-ci s’attachèrent à dessiner un bâtiment respectant le style de la place et des bâtiments conçus par l’architecte du roi Louis XV, Jacques-Ange Gabriel, auxquels on a fait allusion plus haut :  L'hôtel de la Marine, ancien garde-meuble du Roi et son bâtiment jumeau, aujourd’hui Hôtel de Crillon, autrefois hôtel des monnaies.

 

L’ambassade des Etats-Unis occupe une vaste superficie et dispose d’un jardin, comme pratiquement tous les hôtels particuliers qui jouxtent l’avenue Gabriel entre la rue Royale et la rue de l’Elysée, cette dernière donnant sur le parc du Palais présidentiel.

 

Donnant sur l’avenue Gabriel, un côté de l’ambassade suit le long de la rue Boissy d’Anglas. Cette dernière porte le nom d’un juriste dont la carrière fut brillante tout au long de la Révolution française, de l’Empire et finalement de la Restauration sous le roi Louis XVIII. Des hommes et des femmes illustres y vécurent depuis le musicien Lully, jusqu’au Préfet Haussmann en passant par Laure Junot, Duchesse d’Abrantes.

 

Aujourd’hui, la rue est totalement interdite à la circulation automobile pour des raisons de sécurité. En revanche, elle est bordée de restaurants et cafés dont les terrasses sont très appréciées des touristes et des parisiens, et ce d’autant plus qu’elle croise la rue du Faubourg Saint-Honoré au niveau des boutiques les plus célèbres et des couturiers les plus fameux.

 

L’ambassade est un bâtiment « sensible » et son accès très protégé par de nombreuses chicanes et un dispositif de gendarmerie très dense auquel s’ajoutent les personnels de sécurité relevant des autorités américaines.

 

Et si nous parlions d’espionnage ? Les toits et derniers étages font régulièrement la une des journaux pour les équipements électroniques dont il serait doté. Les méchantes langues vont jusqu’à prétendre que, dans le dernier étage surmonté d’antennes de toutes sortes, sont installés des moyens d’écoute exceptionnels. Leur puissance permettrait à des équipes du renseignement américain d’écouter ce qui se passe alentour… c’est-à-dire, jusque dans le Palais de l’Elysées, et pourquoi pas, le bureau du Président de la République Française !

 

L’affaire est née après que des travaux de réfection et d’entretien aient eu lieu de 2004 à 2005 : un blogueur lançait cette information reprise par le journal Libération : « une façade en trompe-l'œil… dissimule une station d’écoutes…une station d'espionnage des télécommunications du Special Collection Service (SCS), une unité commune à la NSA et à la CIA ». Il ajoutait, un peu dépité, « Dans la mesure où ce système n'est pas intrusif et qu'il est sur le territoire américain, la France n'a pas grand-chose à dire ».

 

Tout ceci se déroulait en 2015. Depuis, rien de nouveau.

 

Dans le prochain article, on complétera la description des bâtiments de représentation des Etats-Unis avec l’hôtel de Pontalba, résidence de l’Ambassadeur des Etats-Unis. 

 

 

 

 

 

American embassy

The United States Embassy in France, therefore in Paris, was the first of all embassies abroad to represent the United States of  America. The first ambassadors were illustrious: Benjamin Franklin, John Adams, Thomas Jefferson and James Monroe. Its current location is however recent. The US embassy has walked a lot.

 

Before telling the story, let's set the scene.

 

The Embassy is in a pleasant neighborhood, airy and marked by history. It is located at the end of Avenue Gabriel, which owes its name to the architect in chief of King Louis XV. The King wanted a beautiful place to close the Tuileries Garden and open it to a new avenue that was emerging: the one that will become the Champs Elysees. This place experienced some vicissitudes and changed its name according to the revolutions, the political choices and the Parisian enthusiasms. It is in its middle that was installed the first guillotine. The place then had the privilege of being at the beginning of the thousands of beheadings of a republic that had gone mad.

 

Today, the square is decorated with magnificent fountains and an obelisk offered by Egypt to France in the nineteenth century. On one side it opens on one of the most beautiful bridges of Paris and on the Palais Bourbon seat of the National Assembly and on the other side on two magnificent hotels, that said of the Navy and the famous Hotel Crillon.

 

The embassy itself has a view of the trees that surround the Avenue des Champs-Elysées up to the “Place de l'Etoile” and the gardens that follow the avenue up to Franklin Roosevelt Avenue.

 

Its location might induce that it is at the center of a kind of "American network": Franklin Roosevelt Avenue is not far. The mansion owned by Thomas Jefferson was close by (he's long gone). One should not forget Washington street which is located a little higher on the Champs Elysees. From the entrance gate of the Embassy, looking towards the Louvre, there is the United States Consulate installed in the famous hotel Talleyrand. On the facade of the latter an inscription recalls that in this prestigious place was signed and set up between 1947 and 1952 the "Marshall Plan" "against hunger, poverty, despair and chaos".

 

Let's do a bit of history: the first building of the American Legation was located in Passy on the west of Paris, outside the defense walls and customs lines, in a charming village which has been later on included in the sixteenth arrondissement. It stayed there from 1777 to 1785. It was still the countryside! But a well-attended country side because spreading on a hill in height, it offered a clean air to its inhabitants and the wind for mills! Large and beautiful houses were built there. Among the celebrities, an American, Benjamin Franklin, lived ten years in the village of Passy, host of M.de Chaumont in his hotel of Valentinois.

 

Paris, growing up, was transformed and the legation was led to change location (today Franklin Street in Paris reminds of these ancient days). Much later, the chancery of the United States embassy being cramped in inconvenient buildings located rue de Chaillot, still in the West of Paris, it was necessary to think of another location. In 1926, a decree of the United States Congress authorized the acquisition of the hotel Grimod de La Reynière, contiguous to the Place de la Concorde, at the very beginning of Avenue Gabriel, not far from the Palais de l’Elysée, close to the British Embassy. Very quickly, the construction of the new embassy buildings was launched by the American Architects Delano and Aldrich. They focused on drawing a building in keeping with the style of the place and the buildings designed by King Louis XV's architect, Jacques-Ange Gabriel, to whom reference was made above: The Hôtel de la Marine, formerly furniture storage of the King and his twin building, today Hotel de Crillon, formerly Hotel of the Currency.

 

The US Embassy occupies a large area and a park, like virtually all the mansions that adjoin the Avenue Gabriel between the rue Royale and the Elysée Street, the latter overlooking the park of the presidential palace.

 

Overlooking Gabriel Avenue, one side of the embassy follows along Boissy d'Anglas Street. The latter is named after a lawyer whose career was brilliant throughout the French Revolution, the Empire and finally the Restoration under King Louis XVIII. Illustrious men and women lived there from the musician Lully, to the Préfet Haussmann through Laure Junot, Duchess of Abrantes.

 

Today, the street is totally forbiden to motor traffic for security reasons. However, it is lined with restaurants and cafes whose terraces are very popular with tourists and Parisians, especially since it crosses the rue du Faubourg Saint-Honoré where there are the most charming shops and the most famous couturiers.

 

The embassy is a "sensitive" building and its access is very protected by numerous chicanes and a dense gendarmerie system, to which are added the security personnel coming under American authority.

 

What if we talked about spying? Roofs and upper floors are regularly on the front pages of the newspapers for the electronic equipment they have. The wicked languages go so far as to claim that, in the last floor topped with antennas of all kinds, are installed exceptional listening means. Their power would allow American intelligence teams to listen to what is happening around even in the presidential palace…why not, in the office of the President of the French Republic!

 

The case was born after repairs and maintenance took place from 2004 to 2005: a blogger launched this information displayed by the newspaper Libération: "a facade “trompe l'oeil” ... conceals a listening station ... a Special Services Service (SCS) telecommunications espionage station, a unit common to the NSA and the CIA ". The paper added, a little bit disappointed, "Insofar as this system is not intrusive and that it is on the American territory, France does not have much to say".

 

 

All this took place in 2015. Since then, nothing new.

 

In the next article, we will complete the description of the United States representative buildings with the Pontalba Hotel, residence of the United States Ambassador.

 

 

 

 

 


Enfin, le livre qui vous dit tout sur un Paris qu'on ne veut pas montrer, un Paris méconnu, un Paris retrouvé.

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net…. aux adresses suivantes

 

 

Amazon 

Cultura 

Fnac 

Decitre 

La librairie

Price Minister

Les Libraires 

The horse goddess 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com