L'Amérique racontée par les rues de Paris

L'Amérique racontée par les rues de Paris

 

Paris raconté par ses rues… c’est une belle aventure que j’ai poursuivie pendant quelques mois et qui est devenue un livre. Un Parisien a l’embarras du choix : les rues de Paris ne sont qu’une succession de noms célèbres, de batailles renommées, mais aussi de témoignages religieux et événements marquants.

 

Pourrait-on dire qu’en suivant les rues parisiennes on ferait le tour de l’histoire du monde ? Pourrait-on noter à quel point la capitale française est un almanach des gloires universelles ? Reconnaissons que ce serait laisser à Paris une belle part dans l’histoire du monde ! Trop belle peut-être ? On a vu la ville Lumière dans des situations moins glorieuses. Elle évite soigneusement de rappeler ses défaites. Pas de « Waterloo station » mais « une gare d’Austerlitz ». Pas de « Trafalgar square » mais une « Avenue d’Eylau »… C’est bien naturel objectera-t-on ! On ne peut pas imaginer qu’un peuple ait l’étrange idée d’inscrire sur les murs de ses rues les noms des événements qui l’ont fait souffrir.

 

Mais voilà que les choses se compliquent. L’histoire de la France est pleine de changements de régimes, de haines et de détestations. Ceux-là qui étaient portés au pinacle, dégringolent de leurs piédestaux. Les noms maintenant détestés sont effacés et remplacés par les nouveaux héros. Des exemples ? La rue de Berlin perd son nom en 1914, remplacée par la rue de Liège, la place Louis XV changera plusieurs fois de nom et deviendra finalement la place de la Concorde. Jusqu’au prochain changement ?

 

Pourtant, il est des rues dont le nom ne bouge pas. Il a été installé. Ce serait pour l’éternité ? Ces rues représentent la belle idée que la France se fait des Etats-Unis. Il est vrai que les noms « américains » de Paris sont très récents, à l’unisson de l’histoire des Etats-Unis. Il est vrai que les Français n’ont pas de raison « d’effacer » des noms américains renommés pour leur courage, leur témérité et leur gloire. Au fait ! On a pu raconter Paris par ses rues. Pourrait-on raconter les Etats-Unis par les rues de Paris ?

 

J’ai voulu tenter l’aventure. Elles sont nombreuses les rues américaines de Paris. Elles ont été offertes à des hommes politiques américains célèbres, à des généraux, à des artistes, à des événements aussi. Elles sont souvent prestigieuses, pas toujours, et parfois, le nom d’un américain célèbre est attribué à une rue modeste.

 

Ces rues américaines racontent-elles les Etats-Unis ? Ce serait une illusion de croire qu’elles sont ainsi nommées pour raconter aux enfants et à leurs parents l’histoire des Etats-Unis et de ses grands hommes. Ces rues sont des rues parisiennes. Elles sont bâties suivant le style parisien. En d’autres termes, elles n’ont rien d’Américain si ce n’est le nom. Alors, à quoi bon, ce nom ? Parce que les Parisiens savent être reconnaissants. Parce qu’aussi, les Parisiens (on dit les « Français en pire ») aiment à faire signe aux gens qu’ils admirent. Parce qu’enfin, quelle est la meilleure manifestation d’estime que celle qui invite le passant anonyme de Paris à se souvenir des Etats-Unis, de ses héros, des hauts faits.

 

Ainsi ira-t-on de rues en rues, pour les faire connaître, pour se souvenir des raisons qui ont poussé les parisiens à vouloir inscrire les noms et les faits de leurs amis américains sur des dizaines de coins de rue. On les décrira. On sera surpris de situations amusantes. On gardera à l’esprit, que pour un parisien, un nom de rue n’est pas une plaisanterie, c’est un morceau de sa ville, et comme il pense que sa ville est la plus belle du monde, il pense aussi que c’est faire honneur à un citoyen américain que d’inscrire son nom sur une petite plaque vernissée de couleur bleu nuit écrite en lettres blanches.

 

Parce qu’il faut commencer par le commencement : c’est depuis la place des Etats-Unis qu’on commencera notre périple.

 

Et ce sera le sujet de notre prochaine chronique.

 

 

America told by the streets of Paris

 ... it is a beautiful adventure that I pursued for a few months and which became a book. A Parisian is spoiled by the embarassment of choices: the streets of Paris are a succession of famous names, illustrous battles, but also religious testimonies and significant events.

 

Could we say that following the streets of Paris we would go around the history of the world ? Could one note how much the French capital is an almanac of universal glories? Let's admit that this would leave Paris a beautiful role in the telling of the history of the world ! Too beautiful maybe? We saw « la Ville Lumière » in less glorious situations.

She carefully avoids recalling her defeats. No "Waterloo station" but "Austerlitz station". No "Trafalgar square" but an "Avenue of Eylau" ... what’s the matter with this attitude ! One can not imagine that a people would have the strange idea of inscribing on the walls of its streets the names of the events that made it suffer.

 

But now things are getting complicated. The history of France is full of regime changes, hatreds and detestations. Those that were brought to the pinnacle tumble down from their pedestals. The now hated names are erased and replaced by the new heroes. Examples ? The street of Berlin lost its name in 1914, replaced by the street of Liege, the place Louis XV will change several times of name and will finally become the place of the Concorde. Until the next change?

 

Yet there are streets whose name does not move. It has been installed. That would be forever? These streets represent the beautiful idea that France has of the United States. It is true that the "American" names of Paris are very recent, in unison with the history of the United States. It is true that the French have no reason "to erase" American names renowned for their courage, their temerity and their glory. By the way ! We could tell Paris by its streets. Could we tell the United States story by means of the streets of Paris?

 

I want to try the adventure. There are many American streets in Paris. They were offered to famous American politicians, generals, artists, and events as well. They are often prestigious, not always, and sometimes the name of a famous American is attributed to a modest street.

 

Do these American streets tell the United States History ? It would be an illusion to believe that they are so named to teach the children and their parents the story of the United States and its Great Men. These streets are Parisian streets. They are built according to the Parisian style. In other words, they have nothing American except the name. So, what's it about with this name? It is about Paris inhabitants knowing how to be grateful. Because also, Parisians ( said "Frenchmen at their worst") like to wave to people they admire. Because, finally, what is the best expression of esteem than that which invites the anonymous passerby of Paris to remember the United States, its heroes and its deeds?

 

Thus will we go from streets to streets, to make them known, to remember the reasons that pushed the Parisians to want to register the names and facts of their American friends on dozens of street corners. We will describe them. We will be surprised by funny situations ? Nevertheless keep in mind that for a Parisian, a street name is not a joke, it's a piece of his city, and since he thinks that his city is the most beautiful in the world, he also thinks that he honor to an American citizen when inscribing his name on a small dark blue glossy plaque written in white letters.

 

Because we must begin at the beginning: it is from the place of the United States that we will begin our journey.

 

 

And this will be the subject of our next column.

 

 


 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com