La Liberté est née rue de Chazelles dans le XVIIème arrondissement

 

 

On trouvera ce texte dans "Paris oublié raconté par ses rues" paru 

aux Editions Franel. 

 

 

 

L’Arc de Triomphe n’est pas loin, les avenues et les boulevards sont parmi les plus beaux de Paris. Ils sont bordés d’arbres et offrent aux piétons de larges trottoirs. Tout au long de ces voies magnifiques ce ne sont que splendides immeubles en pierre de taille, cette fameuse pierre dont la couleur vire au jaune orange les soirs d’été, ou bien des maisons de ville ou enfin des hôtels particuliers parmi les plus imposants de Paris.

 

Vous êtes, ici, dans « la plaine Monceau ». En fait de Plaine, il s’agirait plutôt d’un plateau qui s’étend au pied de la « montagne » Montmartre, la fameuse « Butte » et qui domine la vallée de la Seine. Parmi les voies les plus marquantes de ce quartier : le Boulevard Malesherbes (du nom d’un des défenseurs de Louis XVI lors de son procès par les révolutionnaires) plonge vers la Seine. La pente est assez rude. Je la connais pour l’avoir « grimpée » en vélo ! Quant à l’Avenue de Villiers, elle descend en pente douce vers la Seine qui a fait une boucle et coule à l’opposé.

 

Comble de luxe et d’élégance, ce quartier comporte de nombreux espaces verts, dont le plus célèbre est le Parc Monceau, un parc « Proustien ». Parfaitement artificiel, il est bordé par de splendides demeures : Cernuschi, Camondo édifiées par les grandes fortunes du XIXème siècle. On y trouve des décors à la Zola et il parait qu’en viennent des scènes entières de la « Curée » ou de « Nana ».  Le Parc Monceau était une possession du Duc d’Orléans qui y avait fait bâtir une « folie », une demeure de détente, pour profiter du bon air de la « plaine » bien au-dessus des quartiers centraux de Paris. On trouvait dans ce parc toutes sortes de plantes et aussi des « fabriques » : des « objets architecturaux » souvent fantaisistes, pyramides égyptiennes en miniature, tours et créneaux en réduction. La «naumachie » est une des plus célèbres de ces fabriques. Les naumachies nous viennent des Romains qui, parmi les jeux du cirque, aimaient les reconstitutions de batailles navales célèbres. Elles se déroulaient sur de vrais navires voguant sur les eaux au milieu de cirques comme celui du Colisée. La naumachie du Parc Monceau, minuscule évidemment, a une particularité : elle est entourée d'une colonnade corinthienne provenant de la démolition en 1719 d'une église de Saint-Denis. Une autre relique sculpturale se trouve dans le Parc : une grande arcade de style Renaissance qui vient de l'hôtel de ville de Paris incendié en 1871.

 

Donc, dans cette Plaine Monceau tout ne serait que « luxe, calme et volupté » pour reprendre le fameux vers de Baudelaire.

 

Cela n’a pas toujours été vrai, car jusqu’au milieu du XIXème siècle, cette « plaine » était un peu loin de Paris. C’était une campagne où se trouvaient, de charmantes « résidences secondaires », lieux d’agrément et de plaisir, mais aussi plus prosaïquement de nombreux maraîchers et des dépendances techniques des grandes demeures royales. Puis, sont venus, des ateliers, des industriels et se sont multipliées les usines, les forges etc.

 

Ce n’est pas dans la soie ni l’or qu’est née la Liberté mais au milieu des remugles chimiques et du boucan industriel ! La Liberté dont on parle ici, c’est celle qui est maintenant à New-York : la statue de 67 mètres de haut. Son créateur, le sculpteur du Lion de Belfort dont on a évoqué les hauts-faits dans une monographie concernant la place Denfert-Rochereau, avait installé son atelier à deux pas du Parc Monceau, rue de Chazelles. Ouverte au milieu du XIXème siècle, elle prit le nom du propriétaire des terrains sur lesquels elle fut tracée, un Monsieur de Chazelles, descendant du célèbre chimiste Lavoisier qui fut guillotiné en 1794 par les révolutionnaires aux cris de « la République n’a pas besoin de savants… ». 

 

Non loin de là se trouvaient les bâtiments d’exploitation d’une très importante fabrique de gaz industriel, qui occupait la superficie de plusieurs rues actuelles et des terrains très vastes pour loger ses employés.

 

Dans les années 1880, des terrains de belle taille sont propriétés d’un architecte, Gaget et d’un ingénieur, Gauthier. Leur « usine », qui emploie 300 à 350 personnes, a pour spécialité la plomberie et la distribution d’eau, mais aussi les travaux d’arts en plomb et en cuivre. Ils avaient restauré la colonne Vendôme, renversée par les révolutionnaires en 1871.

 

La Liberté qui est la plus colossale des statues conçues en France sera pour cette entreprise un chantier considérable. Un terrain de 3000 m2 attenant aux locaux de fonderie et de sculpture sur métal sera consacré à sa fabrication et à son érection. Progressivement, les différentes parties constituant la statue, prendront leurs formes définitives. Les photos sont innombrables montrant la tête gigantesque en cours de finition, et les mains et le flambeau, si gigantesques, eux aussi, qu’ils dominaient les ateliers et habitations alentours. La statue qui est installée sur une structure métallique sera, avant son départ pour les Etats-Unis, érigée rue de Chazelles, écrasant par ses dimensions, tout le quartier environnant ! Les photos de l’époque sont saisissantes. Un géant venait de naître armé d’un flambeau et auréolé d’un soleil.

 

Puis, la Liberté partit pour New-York où elle trouva sa place en 1886… avec un retard de 10 ans sur le planning initial.

Quant au quartier qui l’a vue naître, il a disparu. Elle était née au milieu d’installations industrielles et artisanales. Les beaux quartiers les ont chassées. Les ateliers ont été transformés en immeubles bourgeois. L’usine de fabrication de gaz a été fermée. A sa place de splendides constructions en pierre de taille. Que reste-t-il de ce terrain où fut érigée la statue dans son état final pour la première fois ? Rien !

 

Sauf, une plaque. Rue de Chazelles justement. Apposée en 1960 sur l’initiative d’un monsieur Milt Forrest, sur la façade d’un immeuble moderne. On peut y lire le texte suivant :

 

1886

Birthplace of the statue of Liberty

Ici naquit la statue de la Liberté

1960


 

La Chine est en passe de lancer la première crypto-monnaie souveraine. Un livre qu'il ne faut pas manquer. Pour l'obtenir, il faut suivre ce lien.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

En collaboration: Institut de l'Iconomie

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com