Rue Jacob, l'Indépendance des Etats-Unis

 

Plaque commémorative du traité de paix de 1783

 

 

Certaines rues de Paris évoquent directement ou indirectement les Etats-Unis. Quand on indique « directement » la chose est simple : la rue ou l’avenue ou la place sont nommées suivant un héros, un traité de paix ou un évènement particulier qui a été très important pour les Etats-Unis. On a apposé une plaque sur un immeuble et par là même on a inscrit pour les temps futurs, un grand et beau souvenir. Il faut aussi penser que, pour les Parisiens, ces plaques sont pareilles à des décorations épinglées sur une façade. Par ce geste commémoratif, non seulement l’évènement ou l’homme est honoré mais l’immeuble aussi, même si, l’immeuble a été détruit entre le moment où l’évènement s’est inscrit dans l’histoire parisienne ou l’histoire avec un grand « H » et le moment où la plaque a été posée. Il peut aussi avoir changé de destination. Il peut s’être passé tant de choses ! Les plaques sont alors comme des « légions d’honneur » conférées pour l’éternité. Un exemple : au beau milieu de la rue de Chazelles, sous l’impulsion d’un Citoyen américain, une plaque rappelle qu’à l’endroit précis où elle a été apposée, la Statue de la Liberté fut érigée pour la première fois surpassant le quartier de ses 46 mètres*. La plaque fut installée en 1960 sur un immeuble moderne. En vérité, les immeubles industriels et ateliers qui prédominaient dans ce quartier ont tous été remplacés par des immeubles bourgeois d’une très belle facture.

Toute plaque est gravée de dates, de noms ou de lieux. Elle se lit comme une page d’histoire. Ceux qui viendront à passer devant elle et qui la liront garderont le souvenir de l’évènement ou des hommes et des femmes qu’elle entend honorer.

 

Le traité de Paix de 1783

 

C’est ainsi que Rue Jacob, au numéro 56, sur la façade d’un immeuble très classique du vieux Paris, l’hôtel d’York, sur la « rive gauche », à quelques encablures de la Seine, fut apposée une plaque portant le souvenir d’un évènement cher au cœur des Américains. Cette plaque rappelle la signature du traité de paix ratifiant l’indépendance des Etats-Unis. C’était le 3 septembre 1783.

 

Les personnalités en cause dans cette journée mémorable furent les Américains Benjamin Franklin, John Jay et John Adams représentant les treize anciennes colonies. Pour la partie britannique, David Hartley, membre du parlement britannique représentait le roi George III.

 

Le même jour, un autre traité, signé à Versailles, entre la France et l’Angleterre d’une part, l’Espagne et l’Angleterre, de l’autre, compléta le traité de Paris qui fut ratifié plus tard par le congrès des Etats-Unis.

 

La rue Jacob et « ses hôtels garnis »

 

L’ « Hôtel d’York », était  à cette époque, ce qu’on nommait à Paris, « un hôtel garni », c’est-à-dire un lieu qu’il est possible de louer en entier ou en partie, pour un temps précis ou pour une durée indéterminée. L’Hôtel d’York avait bonne réputation auprès des touristes étrangers.

 

Au No 52, se trouvait un autre « hôtel garni », immeuble du milieu du XVIIème siècle, portant l'enseigne de l’Hôtel de Hambourg. Il recevait une clientèle américaine. Benjamin Franklin, arrivé à Paris en décembre 1776, y séjourna et y revint régulièrement. Il s’y installa lors de la signature du traité de paix du 5 septembre 1783.

 

Au No 44, l'Hôtel d'Angleterre est lui aussi un ancien « hôtel garni » recommandé par des guides touristiques dès les dernières décennies du XVIIIe siècle. (« On y parle anglais »). Il abrita l'ancienne ambassade d'Angleterre lors de la préparation du traité de Paris. Cet hôtel de tourisme a porté successivement les noms d’Hôtel Jacob, Hôtel Jacob et d'Angleterre (à partir de 1925) avant de redevenir Hôtel d'Angleterre. De nos jours, c’est un hôtel de tourisme apprécié des Américains.

 

Non loin de cet hôtel se trouvait, toujours rue Jacob au numéro 33, un autre hôtel garni, l’Hôtel Royal du Danemark.

 

Qu’est devenu l’Hôtel d’York ? Entre 1783 et nos jours, il changea souvent d’affectation. Il est aujourd’hui une dépendance de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris : le Centre de Recherches Internationales.

 

 

 

* la statue, installé à New york, posée sur un socle gigantesque, mesure 93 mètres

 

En fin un livre simple et souvent drôle sur un sujet que de nombreux sachants s'acharnent à rendre compliqué et ennuyeux

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net,

Babelio, Amazon, Fnac, books.google, BOD librairie et l'éditeur: Arnaud Franel Editions

 

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

En collaboration: Institut de l'Iconomie

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com