Pensées 376 à 425

376 à 400

 

Quatre centième pensée

 

Quand la parole survint le silence n'existait pas.

***************

Trois cent quatre-vingt dix-neuvième pensée

Si le silence était la mer, la parole serait le frêle esquif où nous nous tenons

****************

Trois cent quatre-vingt dix-huitième pensée

Le silence ne tue pas, ne torture pas, lorsqu’il entoure sa proie, il la laisse vivre jusqu’à ce qu’elle se dissolve d’elle-même et disparaisse dans le grand rien: là où la parole, comme la flamme d'une bougie s'affadit et s'éteint.

***************

Trois cent quatre-vingt dix-septième pensée

Un disciple dit : le pseudo ne s’arrêtera jamais de penser. Le Sage répondit : un jour, il prendra plus de temps pour écrire les numéros que pour penser les pensées. Ce jour-là, il faudra bien s’arrêter !

***************

Trois cent quatre-vingt seizième pensée

Songez-y ! Pour que les mots ne puissent plus remplir leur office : il les faut non seulement inaudibles mais aussi indicibles

***************

Trois cent quatre-vingt quinzième pensée

Songez-y : invisible n’a aucune parenté avec indicible

***************

Trois cent quatre-vingt quatorzième pensée

Certains s’exclament, heureux, on ne sait pourquoi : " la lumière au bout du tunnel"

 

Ceux-là, croient qu'il y a un tunnel!!!

 

***************

Trois cent quatre-vingt treizième pensée

Si on dit que mentir c’est ne pas dire la vérité, toute projection est un mensonge. Pour qu’il y ait vérité il ne faut pas de futur. Ne pas mentir, c’est vivre au passé au pire, au présent au mieux.

***************

Trois cent quatre-vingt douzième pensée

C’est avoir une idée dégradée de l’Homme que de ne pas le croire capable de créer Dieu.

***************

Trois cent quatre-vingt onzième pensée

Les seules choses qu’on peut faire durer, ce sont les choses présentes, celles de l’instant, de l’immédiat.

***************

Trois cent quatre-vingt dixième pensée

Ne pas mentir suppose une excellente connaissance du passé.

***************

Trois cent quatre-vingt neuvième pensée

Celui qui introduit du temps dans l’esprit des hommes et dans la réalité de la matière crée une fissure dans ce qui est : on la nomme projet ou mensonge selon qu’on est ou bien ou mal disposé.

***************

Trois cent quatre-vingt huitième pensée

Un disciple a dit : on ne peut pas parler de la parole.

Le Sage a répondu : on ne peut pas la taire non plus.

 

***************

Trois cent quatre-vingt septième pensée

Le beau, c'est quand la tempête s'apaise

***************

Trois cent quatre-vingt sixième pensée

Les mots n'ont pas de sens unique, ils parlent parfois à tort et à travers et disent n'importe quoi si on les met dans la bouche de n'importe qui! Mais il faut toujours les écouter.

***************

Trois cent quatre-vingt cinquième pensée

Le présent est une machine à dégrader l'avenir en passé.

***************

Trois cent quatre-vingt quatrième pensée

 «Pour y voir plus clair, le rire vaut mieux que les larmes» a dit le sage.

***************

Trois cent quatre-vingt troisième pensée

Il est rassurant de revenir sur ses pas? Ne te trompe pas de chemin de retour.

***************

Trois cent quatre-vingt deuxième pensée

Les mots n'ont pas qu'un seul sens surtout si on les met dans une phrase, a dit le pseudo.

***************

Trois cent quatre-vingt unième pensée

La mort n'est pas au bout de la route! Regarde où tu mets les pieds.

***************

Trois cent quatre-vingtiéme pensée

Tout est toujours nouveau même le soleil

***************

Trois cent soixante dix-neuviéme pensée

S'il y a un commencement, comment peut-on parler d'infini? A infini, infini et demi !

 ***************

Trois cent soixante dix-huitiéme pensée

Le Pseudo confia « Sans air, pas de bruit; mais pas de vie aussi! »

Alors, pourquoi cherches-tu le silence, rétorqua un disciple avec insolence

« Pour mieux écouter le bruit de la vie »

***************

Trois cent soixante dix-septiéme pensée

Lire les recettes, puis rassasié, refermer le livre.

***************

Trois cent soixante seiziéme pensée

"Parler aujourd’hui d’aujourd’hui ne dit rien de demain"

***************

 

  401-425

 

 

Quatre cent vingt cinquième pensée

 

Penser une maison la fait surgir comme surgit la montagne.

 

*******************

Quatre cent vingt quatrième pensée

 

Les disciples du Pseudo se rassemblaient en psalmodiant : nos mots sont nos balles. Le Sage survint portant des dizaines de feuilles de papier : « je vous apporte vos pare-balles ! » leur cria-t-il.

 

*******************

Quatre cent vingt troisième pensée

 

Les bonnes choses ont une fin. Les mauvaises n’en finissent jamais. Elles durent pour faire endurer.

 

*******************

Quatre cent vingt deuxième pensée

 

Le soliloque c’est la pensée commencée : un saut dans l’inconnu qui consiste à se dire des choses qu’on ne connait pas encore.

 

*******************

Quatre cent vingt et unième pensée

 

Le monologue c’est la pensée qui se vide comme une baignoire qui aurait perdu sa bonde, ce qui sort est perdu. Un dialogue, bien souvent, n’est autre que la rencontre de deux baignoires.

 

*******************

Quatre cent vingtième pensée

 

A ses disciples qui se faisaient fort de retourner le monde et de le faire accéder à la parole et à l’exemple de Laeu Tso, le sage répétait : « Rien ne sert de vouloir, il faut continuer : L'opiniâtreté, c'est la volonté mise dans le monde ».


*******************

Quatre cent dix-neuvième pensée

 

Ceux-là qui sont inaudibles en appellent toujours à l’écoute des autres.

 

*******************

Quatre cent dix-huitième pensée

 

Méfie-toi des âmes qui s’élèvent, un coup de vent et les voilà perdues.

 

*******************

Quatre cent dix-septième pensée


Les langues sont comme les vêtements et les parures, elles rassemblent et séparent.


*******************

Quatre cent seizième pensée

 

Un jour, un disciple s'approcha du sage. Il était silencieux, contemplant une montagne fort élevée. "Quel bel exemple d'équilibre s'exclama le disciple! Le marais est mouvant, la terre est meuble, la mer moutonne, les nuages sans cesse se forment et se déforment, l'esprit des hommes ne cesse de vaguer ou de divaguer, seule la montagne, paisible et patiente, reste, telle qu'en elle-même et ne bouge pas...Le sage, écouta sans ciller, puis, sans plus de trouble dans la voix, énonça: "mets la montagne sur la pointe".

 

*******************

Quatre cent quinzième pensée

 

Le pseudo a dit "ce qui conçoit mal et qui s'énonce bien, est bien. Ce qui se conçoit bien mais s'énonce mal, est mal".

 

*******************

Quatre cent quatorzième pensée

 

Ce ne sont que des mots, entend-on parfois et ce ne serait pas flatteur ! N’est-ce pas pourtant l’essentiel ?


*******************

Quatre cent treizième pensée

 

Les rêves éveillés sont de la réalité en suspension

 

*******************

Quatre cent douzième pensée

L’écriture congèle le temps, la parole le liquéfie

 

*******************

Quatre cent onzième pensée

 

Un regard lourd et un pas léger entre Tirésias et Achille

 

*******************

Quatre cent dixième pensée

 

La nature, c'est ce qui reste quand la culture ne sait pas quoi faire.

 

*******************

Quatre cent neuvième pensée

 

Le sage était perplexe et se demandait ce que pouvait être un vrai-semblant. Et si cela n’était pas invraisemblable.

 

*******************

Quatre cent neuvième pensée

 

Les bals les plus démocratiques sont les bals masqués


*******************

Quatre cent huitième pensée

Le sage ne rit pas. Il pense. Il ne sourit pas. Il pense. Il ne rêve pas. Il pense. Et s’il se nourrit, c’est pour continuer à penser.

 

*******************

Quatre cent septième pensée

 

« Pour atteindre le dernier échelon de l'échelle ne néglige pas ceux qui sont tout en bas..... »


*******************

Quatre cent sixième pensée

 

Est-il vrai qu’on médite mieux dans les lieux de méditation ?

 

*******************

Quatre cent cinquième pensée


L’incendie fait les cendres, les cendres ne font pas l’incendie

 

*******************

Quatre cent quatrième pensée

 

Ne cesse jamais de bouger : immobile, tu es la cible parfaite

 

*******************

Quatre cent troisième pensée

 

Chaque matin est un coup de poignard à la nuit.

 

*******************

Quatre cent deuxième pensée

 

La vieillesse est un naufrage ? Si c’était vraiment le cas, il n’y aurait plus de vieux

 

*******************

Quatre cent unième pensée

 

Une différence entre poissons vivants et poissons morts : Les poissons morts ne remontent pas le cours de la rivière


Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion et Le retour de l'Empire allemand. 

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@orange.fr