Normandie "upside down". mars 2014

L'air avait été très pollué, apportant à la prise de vue son écran de particules très fines, déchets des moteurs diesels si prisés des Français mais aussi fumées du chauffage en cette fin d'hiver et quelques fumerolles industrielles pour ne rien gâcher. Un léger brouillard planait sur la majeure partie nord-ouest du pays. Rien d'idéal pour la respiration. Quelques gros fumeurs s'essayèrent à lutter contre l'odeur et la sécheresse de cette bruine des temps modernes. Ou bien, il fallait fumer clope sur clope en soufflant la fumée alentour, ou bien il fallait téter des barreaux de chaise. Mais tout a un coût, parce que tout a un prix. Les fumeurs abandonnaient les uns après les autres préférant la maladie qui traîne à la ruine qui galope et rejoignaient les cohortes crachotantes de leurs concitoyens.

 

Les anglais disent "every cloud has a silver lining" qu’on peut traduire par "à quelque chose malheur est bon". Ce jour-là, le "silver lining" de la pollution se trouvait dans ce mince voile "de fines particules" qui filtrait délicatement toute luminosité. Il donnait à un jour ensoleillé de fin d'hiver le charme délicat des couleurs apaisées derrière des rideaux de gaze. Gaze, Gaz, Gas... Evidemment la comparaison pour poétique qu'elle ait tentée d'être n'était pas très heureuse. Comme si on évoquait avec émotion les zéphyrs qui caressaient les prés au jour du printemps tout prés du vieux Paris. Comme si on se souvenait, un brin nostalgique, des filets d’air frais et joyeux qui font se balancer les fleurs en rythme avec les pendus au gibet de Montfaucon.

 

En se bouchant le nez et en évitant de respirer trop souvent, on pouvait tirer quelques belles photos, naturellement voilées. Ce que j'ai essayé de faire. L’inconfort de la situation a provoqué quelques renversements de perspectives. Je n'y ai pas touché. J'ai laissé les photos telles qu'elles sont entrées dans l'objectif. A de pareils moments, quand la société s'est montrée prodigue de ses artifices, il faut s'efforcer d'être naturel et de laisser la nature choisir le bon angle de vue.

 

Enfin, le livre qui vous dit tout sur un Paris qu'on ne veut pas montrer, un Paris méconnu, un Paris retrouvé.

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net…. aux adresses suivantes

 

 

Amazon 

Cultura 

Fnac 

Decitre 

La librairie

Price Minister

Les Libraires 

The horse goddess 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com