Entre éveil et lumières: une Villa toscane

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Une très belle Villa Toscane dit tout un monde et est elle-même un monde qui s'offre. On peut y entrer comme dans n'importe quelle maison. Y poser ses bagages pour une quinzaine, comme on le ferait dans un hôtel. On peut jeter ses livres, ses chemises d'été, ses habitudes, des manies, en provenance directe de la France. Aprés tout que lui doit-on à cette Villa? n'est-ce pas elle qui nous doit? 

En Toscane, en Ombrie, je n'entre pas dans des maisons de location, mais dans des lieux que je désire enchantés. J'y viens pour cet enchantement Lorsque la Villa est exactement enchanteresse, un miracle se produit. J'y entre, comme on entre en religion, à pas comptés, savourant un dévoilement progressif, apprenant tout au long du séjour, comment marcher dans les couloirs, comment fermer les fenêtres lorsqu'il fait trop chaud, comment ménager les lueurs matinales et les violences caniculaires. 

Les quelques photos qui suivent exprimeront mal tous ces sentiments si personnels, si intimes... mais, s'ils arrivaient à en dire un peu, ce serait formidable....

 


Pour les précéder, je livre à mes lecteurs un fragment d'une nouvelle, encore à achever... elles progressent ces nouvelles sur la Toscane et, parfois traduites en Italien, se sentent portées par une musique enchanteresse. 

 

EVEIL...

 

(.... )    Elle ne fut plus un court moment que tensions de tous ses membres, de son ventre, de ses cuisses, de tout son corps poussé dans une cambrure discrètement douloureuse. Répétition, souvenir, appel ? Revenir ou aller ? Le vide, dans sa tête et dans son corps. Mais non ! Emplie encore et débordante, elle ne sentait aucun vide. Une attente, peut-être ? Nouvelle, à laisser éclore, encore toute fraîche et sans raison.


Lentement pour ne pas rompre, et le plaisir, et le bénéfice de ce retour au monde, elle relâcha son dos puis son cou et retrouva les formes molles et profondes du matelas sans âge. Les yeux fixés sur le mur en face de son lit, elle suivit, quelques instants, les alternances de lumière et d’ombre qui se formaient au gré des mouvements que la brise de la plaine imposait aux volets. Frôlée d’air frais venu aux fenêtres entre-ouvertes, délivrée de tous les draps, elle était maintenant à l’orée de la conscience des choses du monde, de l’autre monde, celui du dehors de la chambre, de l’ailleurs du sommeil....                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

 

 Risveglio.....
 
(....)   Fu solo un attimo di tensione di tutte le sue membra,del suo ventre,delle sue cosce,di tutto il suo corpo spinto in una incurvatura discretamente dolorosa.Ripetizione,ricordo,richiamo ? Tornare o andare ? Il vuoto,nella sua testa e nel suo corpo.Ma no ! Colma e ancora debordante,essa non sentiva alcun vuoto.Una attesa,forse ? Nuova,da sbocciare,ancora tutta fresca e senza motivazione.
Lentamente,per non rompere sia il piacere che il beneficio di questo ritorno al mondo,essa rilasciò la sua schiena poi il suo collo e ritrovò le forme molli e profonde del materasso senza età.Gli occhi fissi sul muro di fronte al suo letto,essa seguì,per qualche istante,le alternanze di luce e di ombra che si formavano secondo i movimenti che la brezza della pianura imponeva alle alette della persiana.Aliti di aria fresca arrivati alle finestre semiaperte,liberata da ogni drappo,essa era adesso al limite della coscienza delle cose del mondo,quello fuori della camera,come dal sonno.

 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com