Un americano à Certosa di Pavia

Premier jour en Italie, Août 2011. 

 

Un petit texte qui commence l'histoire d'un quiproquo... et quelques images aussi.

 

 

extrait de "un americano à Certosa" 

 

(...).Il fait chaud, doucement, en tout début du mois d’août, une fin de journée, la lumière est belle, elle fait vibrer les rizières tout autour. Vert foncé et vert soutenu. Lignes d’arbres presque noirs. J’aime ces alignements et la noirceur des troncs et celles des feuilles et leur façon de rythmer les perspectives. Nous revenons de la Certosa. Celle de Pavie, « la Certosa di Pavia », qui resplendit de ses pierres sculptées en dentelles. Personne pour visiter la chartreuse. Ou si peu ! Promenade rêveuse. Nous revenons vers notre hôtel, lentement, accrochant nos regards à tous les signes qui nous disent que l’Italie est là, à toutes les couleurs qui nous parlent d’une autre lumière, celle de la plaine du Pô. Il est encore tôt pour dîner. Il est trop tard pour visiter. Aller à Pavie. Pour méditer sur le rêve italien des rois de France ? C’est assez de la voiture et de la route. Tant pis pour Pavie. Il vaut mieux s’asseoir et bavarder.


Un café en lisière du village, quelques chaises en plastique, une terrasse qui donne directement sur la rue, peu fréquentée à ce moment, qui conduit vers la « Certosa ». Les rizières encore visibles, tâches vert dur sous le soleil déclinant. Chercher un autre café, une autre terrasse ? Il n’y a pas tant de choix. Tant mieux ! Il faut laisser ce moment décider à notre place. Oublions, un instant les plans, les délais, les moyennes, les kilomètres faits, ceux qui restent à faire. Le café fait terriblement, petite bourgade. Tant mieux ! Nous sommes en Italie. Même une chaise en plastique paraît accueillante. Même une nappe en toile cirée jurant de couleurs impossibles se mue en sourire. Nous sommes arrivés en Italie et nous avons été accueillis par la Certosa . Un moment de grâce architecturale. Alors, les chaises en plastique, la toile cirée…

 

 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com