Placement refuges

 

Article repris par le Courrier Financier

 

Le mot se décline : n’y a-t-il pas des valeurs refuges, des monnaies-refuges, pays-refuges… ?

 

Il est utile de faire un sort aux truismes et aux fausses évidences. Il est bon aussi qu’on puisse s’y livrer à un peu de décapage de livrets publicitaires. Le terme « placement-refuge » présente tous les charmes de la vie financière et de ses abus de langage. D’ailleurs, faut-il vraiment ne parler que de vie financière ? En fait, les placements refuges sont bien souvent ceux qu’on recommande pour se protéger contre ses errements : risques, volatilité, effondrement des places financières et des titres qui y sont côtés !

 

Le « placement-refuge-par-excellence » ou PRPE

 

C’est pourquoi les placements refuges doivent être constitués de valeurs contra-cycliques. Un exemple, parce qu’il faut bien commencer par quelque chose : l’or. C’est un vrai PRPE. Partout, dans toutes les brochures, on dira que l’or monte quand la bourse baisse et il monte follement quand la bourse dégringole comme jamais. C’est une très bonne idée. Sauf que l’or fait le chemin inverse lorsque tout le monde est rassuré. Il avait gagné 25% ? il en perdra, 40% sans hésitation ! Il l’a déjà fait : en 1996, le lingot (1kg) vaut approximativement 12371 dollars, il n’en vaudra plus que 8185 en 1999.)  Il le fera encore : 59082 à son plus haut en 2011, et 35806, en janvier 2016. Celui qui s’était « réfugié » en 2011 pour sortir de son refuge 5 ans après a trouvé l’hospitalité très coûteuse. 5 ans c’est long ? Celui qui pensait s’être mis à l’abri le 6 septembre 2011, s’est réveillé un peu comateux, le 26 ! 10% de baisse en 20 jours…

 

Pourquoi, commencer ainsi un exposé sur les placements refuges ? Pourquoi commencer en débinant « La Valeur Refuge Par Excellence » (VRPE) ? Simplement pour attirer l’attention sur le nombre assez étonnant de VRPE. En effet, celui qui veut s’informer sur les placements refuges a l’embarras du choix. Commençons petit bras ! Les placements refuges dont de nombreux conseillers qu’ils soient banquiers ou non n’osent pas parler : les comptes en banque sont-ils des VRPE ? Il y a ceux qui rapportent un petit peu, livrets avec ou sans A …comptes d’Epargne, logement ou pas et même plans. Et puis, il ya les comptes à terme. Quand même il y a un risque qui tient au fait qu’on est créancier de la banque et que cette dernière peut sauter ! Les Banques font faillite, tous les jours aux Etats-Unis. En Europe, elles ont fait très peur en 2008 et 2009. Et encore à nouveau en 2011, quand on s’est demandé si elles n’exploseraient pas avec  la crise des dettes souveraines. Donc, voilà un placement-refuge qui n’est pas de tout repos ! Il y a la garantie des dépôts bien sûr. Cette garantie vaut pour chaque banque où vous avez des comptes Donc, plus vous êtes riche…plus il faut avoir de banques !

 

Les PRPE, comme s’il en pleuvait !

 

Il faut creuser un peu si on veut trouver un PRPE sans faille. Si on lit bien la littérature consacrée aux PRPE, on trouve un véritable bazar. Les montres, par exemple ! On lisait dans un blog que de nouveaux acheteurs âgés de moins de 30 ans avaient, en 2009, investi en moyenne 3.000 euros dans des montres acier sur le thème « mieux vaut avoir une montre à son poignet que de l’argent sur son compte en banque ». Et de chanter les louanges des montres sophistiquées, prouesses technologiques qui vaudront pour les siècles à venir. Le même blog, notait, en toute honnêteté que, parfois, les prix des belles montres peuvent se casser la figure. Comme l’or, finalement. Alors, quoi ?… Les meubles anciens ? Les beaux, s’entend ! Ceux-là on est sûr qu’ils ne seront pas édités par milliers comme le célèbre fauteuil club de Charles Eames. Malheureusement, ce sont de beaux objets bien fragiles. Il y a le diamant. C’est solide le diamant ! Et puis, c’est comme l’or. La demande ne cesse de grimper. Mais il est aussi comme l’or, quand tout le monde panique, quand la révolution menace, le diamant a toute sa place. Tiendrait-on ici un PRPE, portable et incassable ? A condition de s’en débarrasser dés que les premiers signes d’apaisement se manifestent, car, la paix et la tranquillité revenus, il dégringole. Il y a le franc suisse à condition de prendre le risque sur les banques suisses ! Il y a aussi le dollar quand les Chinois veulent bien. Et les obligations du trésor allemand. On peut essayer les bons du trésor fançais…Ça ne rapporte rien, on paye même pour en avoir, mais au moins, on sait à qui on prête ! (C’est-à-dire à des gens déjà très endettés !)

 

N’a-t-on pas ici oublié quelque chose ? L’immobilier parbleu ! C’est le placement refuge des placements refuge. C’est un PRPE ! Lui aussi, comme l’or, comme les diamants est contracyclique. Les valeurs immobilières montent quand la bourse descend. Sauf aux Etats-Unis où ils auraient tendance à s’effondrer en même temps ; sauf au Japon où l’immobilier n’est jamais remonté ; sauf en France où, pendant 50 ans, il a traîné lamentablement. Pourtant, « les Français plébiscitent » l’immobilier, (ils plébiscitaient aussi le Général Boulanger !) C’est solide et ça pourrait rapporter. Comme l’or et les diamants, on en a toujours besoin. Il peut prendre la forme de pierre-papier, mais aussi de studios à Megève, d’appartements dans le Marais, de lois Malraux à Bordeaux, de villas en Toscane. Sauf que l’immobilier en France serait au sommet d’une bulle ! Une bulle qui péterait ? Des prix immobiliers qui baisseraient ? Si c’est une plaisanterie, Monsieur elle est sinistre ! Pourtant, il n’y a pas 20 ans les prix de l’immobilier s’effondraient, en France, Paris et province confondus. 

 

Les PRPE sont-ils immobiles ou portables ?

 

Encore n’a-t-on pas évoqué la « portabilité » des PRPE. Il y a des placements refuge, qui peuvent plus facilement aller chercher refuge ailleurs que dans les Banques sur des comptes ou dans des coffres. Il y a les PRPE qui trouvent plus aisément refuge dans les matelas, les caves à charbon et les pays frontaliers au contraire d’autres qui courent moins vite comme l’immobilier, sachant cependant que la portabilité rencontre vite ses limites. Un million d’euros au cours d’aujourd’hui :25 kilos et si l’or baisse de 20%, 30 kilos. (Faut-il se dépêcher ? Voilà une question pour les PRPE !) 

 

Et les billets de banque ? Il faut aller en Allemagne d’abord pour faire emplette de billets de 500 euros. En France, il n’y en a pas beaucoup et ils ne circulent pas. Dans les périodes d’incertitude que nous vivons, il faut se souvenir que les billets sont marqués selon les pays émetteurs. Pour l’Allemagne, c’est un X (les billets allemands sont des billets X !). On ne sait jamais ! Si la zone euro éclatait la Bundesbank pourrait décider que seuls les billets X pourraient être changés en nouveau DM !

 

 

Et les comptes de dépôts, les comptes à vue ? Si on a confiance dans le système bancaire ce n’est pas une mauvaise idée. Une fois que vous avez mis au taquet tous les livrets, les PEL, les CEL…Les dépôts à vue ne rapportent (encore) rien, mais, à la différence d’un placement en bourse, ça ne peut pas perdre en capital. Et en plus, c’est liquide. On peut en disposer du jour au lendemain, en billets de banques, on peut acheter de l’or avec et d’autres PRPE et on ne prend pas de risque de change (sauf si on est non-résident) !!!

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com