Les Artistes de la FIAC, de YIA et des autres foires

 

J'ai rassemblé des noms. Tant d'œuvres à voir. Tant de galeries qui exposaient. Difficiles de progresser au milieu de tout cela.

Ce ne sont pas des noms lancés à la volée. Ce sont des artistes qui m’ont impressionné au milieu de centaines d’œuvres et d’artistes. Je ne leur ai pas associé les noms de galeries. Trop compliqué. Ajoutons que pour de nombreux artistes, plusieurs galeries peuvent être « sur le marché ». J’ai griffonné des commentaires pour chaque œuvre remarquée. Ils sont simples et directs ! J’aurais pu me contenter de dire : « j’aime ». J’ai essayé d’être un peu plus qualitatif !!!

 

Les prix ? On me dira que cela aurait été bien que j’interroge les galeristes sur les prix !!! Fi donc, l’art est sans prix. Gardons en tête que les prix dépendent de…. Allons faites un effort, vous trouverez bien. En tout cas contrairement à ce qu’on aurait pu penser, ce qui se trouvait à la FIAC n’était que rarement au-dessus du million d’euros. Ce qui se trouvait à YIA au carreau du Temple, n’était pas non plus à 100 balles !!!

 

Je n’ai pas fait ce « travail » d’identification et de recension pour Art Elysées pour une raison qu’on pourra trouver superficielle : les artistes présentés sont le plus souvent des signatures connues et respectées qui n’ont plus besoin qu’on les défende. Ils sont maintenant dans « le paysage », ils ont marqué leur territoire, on ne peut plus vraiment se tromper en faisant l’acquisition de telle ou telle œuvre. Cela ne leur retire rien. Ils sont simplement désirables sans effort. Ce sont des œuvres belles comme tout ce qui est beau : des formes, des idées qui ont fait leur chemin et qu’on rencontre sur le nôtre comme on rencontre des amis, des gens qu’on connait bien et avec qui on aime entamer une conversation ou poursuivre une méditation. Le beau ne trouble plus aucune surface, il n’arrache plus les rochers, il ne fait plus frémir les branches des arbres. Le beau c’est un zéphyr, qui rafraichit et réchauffe à la fois et ne décoiffe plus.

 

 

 

FIAC

 

Robert Longo : magnifique dessin, Potemkin with black square

 

Rauschenberg: plusieurs tableaux ou techniques mixtes dans plusieures galleries

 

Felix Gonzales Torres : deux photos, oiseaux-traces minuscules, comme des balles de fusil.

 

Katharina Grosse : très beau grand tableau proche de Kirkeby ? Couleurs splendides, composition indiscutable

 

Ulle Brandeburg : aquarelles, très figuratif, pas de révolution ! Proche d’une technique qu’avait développée Chambaz.

 

Daniel Richter : expressionnisme allemand, couleurs fortes, peinture puissante

 

Garth Weiser : technique mixte intéressante

 

Albert Oelhen : compositions abstraite, couleurs pâles, à peine marquées, mystère et aussi un gigantesque tryptique : Help. Remarquable. Passionnant.

 

Tracey Emin : étonnante composition en fils noirs sur fond blanc

 

Lûpertz : deux œuvres splendides, fortes, dures aussi.

 

Kirkeby : entre texturologie et Monet

 

Des Grandschamps : beau et grand tableau classique (de desgrandschamps) et aussi une composition colorée avec comme toujours un peu de mystère.

 

David Nash : pastel noir et charbon de bois, composition en deux dimensions et trois, qui font finalement quatre !!! magnifique.

 

Raha Raissnia : série de dessins excellents. Remarquable composition.

 

Paulo nimer Pjota

 

Myriam Cahn : couleurs, formes qui s’effacent, violence proche des cobras

 

Gérisimos floratos : colorés, construction impeccable, fort

 

 

 

 

 

YIA Art Fair

 

 

 

Matthieu Boucerit : Peinture conceptuelle passionnante et très belle.

 

Thomas Kaniowski : aquarelle, dessins, couleurs, entre inspiration hopperienne et photographie. Très bien

 

Pia Rondé et Fabien Saleil : technique mixte, verre, photos argentiques. Excellent. Très prometteur.

 

Andrea Papi : très belles photos, entre détails infinis et visions épurées.

 

Katrin Bremermann : techniques mixtes, formes abstraites simples et très gaies

 

On retrouvait quelques-uns de ces artistes dans l’espace Street art 

 

Avec d’autres artistes et non des moindres : Banksi, Blek le rat, Grimaldi

 

 

 

Un petit moment de tristesse.

Fort peu de noms français.

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion et Le retour de l'Empire allemand. 

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@orange.fr