Le jardin des Tuileries est cruel 1

Il faut savoir traîner dans Paris, au hasard des lumières et des ombres portées, à la rencontre de quelques rêves. Et aussi, au risque des drames imaginaires. Les lieux sont porteurs de mémoire dit-on. Mais on peut aussi imaginer des lieux marranes. Ils sont là, souriants et accueillants, mimant sur leurs façades et leurs gazonsle bonheur et l’hospitalité.

 

Puis, insensiblement, les histoires et les lieux glissent et s’effacent. Se fendillent et se délitent les sourires et la lumière des visages. Comme un miroir part en étoile et s’effondre en éclats menaçants. Comme la peur ravine les peaux les plus douces et leur arrache leurs couleurs de vie. Comme les os aspirent à prendre leur vraie place, celle qui restera de nous pour toute éternité. Alors laissant la place aux vrais évènements,  aux vraies personnes, aux brisures et aux fêlures, aux abimes et aux béances, les masques tombent.

 

Au hasard d’une promenade au petit matin, il faut avoir l’esprit aiguisé et l’œil inquisiteur, il faut s’attendre à voir se lever les voiles charmants et se dissoudre les jeux de soleil et de pluie. Scruter s’impose et ne pas se laisser jouer par les apparences qui rassurent. 

 

II

C’est ainsi que tôt du côté des Tuileries, je m’interrompis un jour dans une promenade heureuse. Une agitation étrange dans le matin à peine émergé de la nuit m’attira. Je me penchai, pensant à une rixe de vagabonds ou à une bataille de chats pour quelques ordures abandonnées. L’obscurité n’était pas encore dissipée et c’est tout d’abord un amas indistinct de cordes et de nœuds que je réussis à apercevoir.

 

Posés sur les marches d’un escalier, émergeant d’une cave, d’une grotte ou d’une cache et semblant prêts à un emploi indéfinis, ils étaient disposés en tout cas pour un travail immédiat. J’interrompis le parcours matinal que je m’étais tracé pour demeurer en attente de quelque chose dont je pressentis l’intensité et la gravité. Ce n’était pas simplement l’attente d’un moment de la vie de Paris, ni le goût de me faire badaud et spectateur d’un pittoresque « quelque chose » comme la ville en regorge qui me poussa à ne plus bouger, fixant silencieusement ces boucles de câbles et de cordes, apparemment reliées entre elles par des embouts ou des raccords de plastiques. Le matin donnait à cet ensemble des couleurs bleutés, confinant le noir, interdisant de penser à d’autres couleurs, laissant pourtant poindre le sentiment qu’elles n’étaient pas impossibles.

 

Le jardin des Tuileries est cruel II

Le premier indice du jour déchira la nuit, arrachant au ciel quelques lambeaux de son aube. Un arbre jetait, dernier sursaut dans la déroute nocturne, un entrelacs de branches nues et noueuses terminées à l’évidence par des fouets et des lames de rasoirs. Je détournai le regard, irrité des griffures de l’aube et par sa violence sournoisement silencieuse.

 

Etait-ce là le but recherché ? Les branchages, tendus en défi à l’encontre des lueurs matinales, devaient-ils m’appeler à d’autres regards et me contraindre à accepter d’autres violences ?  Etait-ce un plan pour me faire voir ce que, trop content de jouir de la ville, j’évitais soigneusement : sa part d’ombre ? La ville ne voulait-elle pas me crier que la lumière est toujours accompagnée du noir, du sombre et de l’obscur ? N’en voulait-elle pas à ma négligence, à ma légèreté? A mes choix trop faciles ?

 

Sans intention vraie, sans désir exprimé de regarder ailleurs, je sentis  mes yeux abandonner le ciel et le réseau des branches qui voulait l’interdire pour s’abaisser vers le sable du jardin des Tuileries. Ne s’offrirent à ma vue ni les allées poudreuses, ni les traces charmantes inscrites la veille par les courses d’enfants. Si le gazon avait été visible, il aurait été d’un bleu profond. Rien vraiment ne pouvait être encore discerné.

 

C’est alors que mon regard buta sur une étrange structure qu’on venait à peine de monter. Quelques boulons, quelques pièces de métal, figures géométriques décomposées, barres captant quelques taches de lumière fragiles, grillages d’acier ou équerres en aluminium, laissés ici ou là, témoignaient d’une activité récente. Un sorte de podium avait, dans la nuit, été érigé. Les nœuds et les cordages dont le spectacle avaient interrompu mes pas devaient être destinés à parachever l’ouvrage.

 

Je n’eus pas longtemps à attendre pour voir quels desseins étaient à l’œuvre. 

 

Le jardin des Tuileries est cruel III

Je n’eus pas longtemps à attendre pour voir quels desseins étaient à l’œuvre.

 

Je contemplais les préparatifs d’une pendaison.

 

Les pavillons sévères des Tuileries, dressés fièrement contre les lueurs du matin, allaient présider à une mise à mort. Le jour, triomphant insensiblement de la masse encore noire des arbres des terrasses entourant l’allée centrale, réduisit à rien toute tentative d’incertitude. Les nœuds qu’on avait préparés et les cordages que j’avais tout d’abord aperçus étaient maintenant installés pour que le sinistre office fût rempli. Le soleil se levant enfin, les nœuds coulants laissèrent voir leurs allures de lasso, exhibant la perfection d' outils parfaitement adaptés à leur tâche.

 

Ce ne fut pas une seule pendaison qu’il me fût imposé de regarder, mais plusieurs. En ligne, comme à la parade,  espacés également et à la même hauteur au dessus du podium, plusieurs nœuds, dansaient, tournoyant sur eux-mêmes et revenant sans cesse à leur point d’équilibre, en rythme, dans l’air frais du matin.

 

Isolée, à l'écart, dans un renfoncement du jardin, la fleur vénéneuse qui annonce et accompagne les œuvres de mort venait d’éclore. Elle était parée de ses couleurs livides et prête pour le funeste instant. Prête pour l’accompagner du lent mouvement  de ses corolles. Prête à répandre ses effluves, lourdes et épaisses comme les fumets méphitiques des sacrifices humains. Prête pour jeter quelques pétales aux malédictions,  aux épouvantes et aux imprécations qui scandent les jeux mortels et l’agonie des acteurs.

 

Le temps avait passé. La mort avait fait son œuvre. Ne restaient plus sur le sol que quelques pauvres signes d’une dévotion impuissante. Fleurs de papiers et réseaux de plastiques colorés, je les vis se dissoudre dans la stridence du soleil de midi. Comme je vis disparaître les fleurs de mort. Les parfums funèbres ne peuvent s’exhaler dans le blanc en fusion de la lumière répandue. Et seul, dernier à disparaître avant que les façades retournent à leur vie de tous les jours, rieuse et aimable, je vis s’effacer le dernier nœud coulant encore accroché.

 

Pour renaître dans un autre univers, tendu vers la foule des enfants comme un anneau offert à leurs acrobaties. 

 


Enfin, le livre qui vous dit tout sur un Paris qu'on ne veut pas montrer, un Paris méconnu, un Paris retrouvé.

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net…. aux adresses suivantes

 

 

Amazon 

Cultura 

Fnac 

Decitre 

La librairie

Price Minister

Les Libraires 

The horse goddess 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com