Carole Azuar, Underwater

Underwater

Chez BOA, 11 rue d’Artois, 75008

Jusqu’au 31 decembre

Vernissage 17 novembre à partir de 17 :00

 

Carole Azuar est une femme de passion. En d’autres temps et pour d’autres personnes ce serait certainement porter atteinte à un souci de discrétion, voire de modestie que d’énoncer, tous ses diplômes, ses activités dans la recherche scientifique et dans la pratique de la médecine des pathologies du cerveau et des fonctions cognitives, et aussi son rôle en tant que spécialiste et sachante à l’égard des institutions publiques, interventions devant députés, sénateurs….

Il ne serait pas difficile d’approfondir et de multiplier les références.

 

Pourtant, ici, dans cette galerie à l’ouverture artistique constante, ce n’est pas de la passion du chercheur (de la chercheuse ?) et de la professionnelle talentueuse et fortement engagée qu’il s’agit mais d’une autre passion : la plongée sous-marine d’où elle a tiré encore une autre passion, celle de la photo « underwater ».

 

Le monde sous-marin est étonnamment addictif et les passionnés de plongée sont le plus souvent d’excellents communicants, illustrant leurs moments d’émerveillements, par l’image ou les vidéos. Reconnaissons à leur décharge que leur fascination éblouie est très facilement partagée car ils offrent à voir des mystères entre gravité qui s’efface et lumière obscure quand le plongeur s’éloigne au plus profond de la fragile limite entre eau et ciel.

 

Monde qui se révèle sans effort apparent ? Il vient parfois à l’idée qu’entre les profondeurs de la mer et le silence de l’espace intersidéral, se déroulent les mêmes enjeux tout en mouvements souples où la pesanteur a disparu, lourdes aussi de fautes qui ne pardonnent pas, spectacles surhumains qui donnent au regard cette belle ambition qu’il demeure des mondes à découvrir. Et c’est très précisément le sentiment que les photographies de Carole Azuar font naitre.

 

Les photos qu’elle propose aux regardeurs expriment les lumières qui tendent vers le noir à force de profondeur, des rencontres avec des myriades de poissons qui forment des nuages. Il y a aussi les faux bouquets qui sont des coraux et des algues voire des poissons de toutes les couleurs.

 

 

Et puis, il y a ce bleu, obsédant dans toutes ses variétés, dans tous les songes qu’il fait venir, dans tous les souvenirs inconnus incrustés depuis des millions d’années et qui percent à la surface de la conscience. 

 

Enfin un livre simple et souvent drôle sur un sujet que de nombreux sachants s'acharnent à rendre compliqué et ennuyeux

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net,

Babelio, Amazon, Fnac, books.google, BOD librairie et l'éditeur: Arnaud Franel Editions

 

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

En collaboration: Institut de l'Iconomie

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com