"Photo Appeal" faut-il lutter contre les diktats de la photo imposée?

Vendredi, 19 octobre. Temps parfaitement parisien. Il fait beau. 18 heures. Le soleil commence à disparaître. Des nuages le reçoivent de tous côtés et deviennent des compositions en gris, bleus, blancs, roses, arrangées en trainées multiples formant cortège ou défilé. Ciel bleu pâle qui vire vers le bleu soutenu en attendant que, dans quelques minutes, le bleu tourne à la nuit. Saint Louis des Invalides. Pierre beige et légèrement rosée. Façade « cas d’école » : ombres parfaitement portées, moulures et modénatures ordonnées à la française, chapiteaux, colonnes… Un baroque qui dégrade les autres en Rococo, Rocaille et Kitsch. Le Baroque à la française, raison de l’Etat ou installation de la Raison ? Des touristes photographient. Evidemment. Ce type de scène ne peut pas être laissé de côté. C’est Paris dans son plus beau où la pierre est finement lumineuse, discrètement colorée, élégante intrinsèquement, où la lumière déclinante fait chanter les reliefs, les sculptures, les formes architectoniques, où le bleu du ciel n’est jamais trop bleu, ni trop clair, ni trop blanc.

Un touriste se penche un peu. S’il vise bien, il aura la tour Eiffel et Saint Louis des Invalides dans le même objectif. Fromage et dessert. D’autres touristes sont là qui prennent les mêmes photos. Comme il y a peu, sur le Pont des Arts. Comme je l’ai fait, à Florence à partir du Pont Vieux. Comme d’autres photographient le Mont-Blanc où le Grand Canyon. Devant l'église sublime, offerte à la photo, me revient cette idée que certains paysages, certains monuments, certains moments sont comme des stars people, comme de jolies femmes qui se sont préparées, qui se montrent et s’imposent au regard, qui attirent la photo.

Ils ont un pouvoir magnétique. Autour d’eux, devant eux, s’agglutinent des photographeurs aujourd’hui, des dessinateurs hier. Ils ont un photo-appeal absolument irrésistible. On ne doit pas les manquer. Ils vous le rappellent. Vous DEVEZ les prendre en photo. Vous ne POUVEZ PAS vous soustraire à leur « appeal ». Imaginez Bardot se promenant en tenue légère sur une plage et personne ne la photographierait ! Imaginez la Statue de la Liberté livrée à la seule contemplation des goélands. Aucun photographeur autour, en haut, en bas pour prendre, qui la tête, qui le flambeau, qui les pieds, ou l’ensemble si on est bien équipé et suffisamment éloigné.   Impossible ! La photo s’impose. L’appareil n’est plus sous la gouverne de son propriétaire, artiste ou touriste plouc. La photo ne peut pas ne pas être prise. C’est aussi vrai en peinture. Les peintres du « monsieur tout en haut de la montagne et qui regarde les fourmis dans la vallée avec un air de méditation morose » ne font pas autre chose que de répondre à l’appel d’un puissant sentiment : celui de déréliction compassionnelle. Le plus agréable de tous. Celui qui vous fait ressentir à la fois votre hauteur de vue et votre capacité à considérer les autres autrement que pour les massacrer. Une image comme celle-là, quand elle a envahi l’esprit n’est délogeable qu’une fois le dernier coup de pinceau ou de brosse donné. Et encore, l’artiste n’hésitera pas à retrouver ce type de sentiment en représentant une grande gourde en train de regarder la mer.

Je tombe en pamoison chaque fois que je passe devant Saint Louis des Invalides, mais c’est décidé : je n’en prendrai jamais une photo. Ma façon de résister à « l’appeal » du sujet. Celui qui ose s’imposer pour ordonner à ma main de lever l’appareil. Celui qui forcerait mon doigt à appuyer sur le bouton de déclenchement. C’est ma façon de dire que quand je prends une photo, je choisis et à l'inverse qu'il faut se retenir de prendre certaines photos sauf s’il s’agit de documenter un voyage, de chercher des preuves d'escapades à produire devant ses amis et de créer quelques instants de jalousie lorsque la visite se déroule dans des endroits rares. Il faut éviter de traiter certains thèmes : ils sont trop rusés ! Ils se montrent sous leurs plus beaux jours et poussent au crime anti-artistique: certaines villes sont des menaces permanentes pour le photographe le plus aguerri. Venise, Rome, Paris bien sûr, et tant d’autres.

Certaines postures, dont la pire n’est pas celle de la jeune vierge, nue, habillée, souple, esquissant un pas de danse, plongée dans une rêverie métaphysique, devant la mer calme ou à peine striée de quelques vagues lascives, sur fond de soleil qui s’abîme, de lune lointaine ou, au contraire, incroyablement proche (peu importe, le tout est que le sentiment soit rendu), certaines pensées, certains fantasmes sont presse-boutons et imposent que le photographe ne s’abstienne pas.

C'est à cet instant même, sous la menace de l'"appeal" qu'il convient de le dire haut et fort: la création artistique est un acte de volonté et de liberté. L’artiste ne peut pas être un aveugle guidé par son sujet et qui ne prendrait la photo, qui ne peindrait sur sa toile, que sous la dictée d’une nature, d’idées, ou de personnages, qui n’ont pour eux qu’un photo-appeal, vide et superficiel.


Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com