Judy Roy Ross

Judith Joy Ross,

au Bal

Dans la photographie, comme la peinture, ou la littérature, il est toujours une hésitation entre art et documentation. On dira dans tous les cas que l’auteur, peut, cherchant une façon de dire ou croyant s’être libéré des « façons » pour aller droit au monde et à sa réalité (c’est-à-dire sa vérité), hésiter et « produire » de l’art croyant dire la réalité, et clamer une réalité en produisant de l’art. Bel exemple et peut-être éternel exemple de cette ambiguïté : la célèbre jeune afghane aux yeux verts !

Parfois, dire le monde, l’emporte totalement et l’image acquiert son statut documentaire. Et n’en départit pas : l’image est un document sur le monde. Nécessairement incomplet car le monde ne tient pas dans une seule photo.

Dans la cadre de l’exposition du Bal où la photographie de Judith Joy Ross est mise en valeur, c’est bien à ce débat que le regardeur est confronté. L’ambition objectiviste de l’auteure est clairement exprimée. Il s’agit de montrer les images d’un monde que personne n’a envie, ni ne trouve utile ou intéressant de montrer. Son monde à elle, dans un coin un peu reculé, oublié, délaissé des Etats-Unis. Son monde à elle comme il y en a des milliers aux Etats-Unis.

Elle s’est aussi adonnée à la documentation de mondes qui ne sont pas exclusivement les siens. Elle a voulu aussi montrer des mondes enfermés dans des huis-clos mentaux tels que ces photos de parlementaires américains.

Documentation d’un monde en voie de disparition, de gens qui ne sont peut-être plus là dans des cadres qui ne sont plus que des souvenirs, la photo de Judith Joy Ross est austère. Il s’agit de documenter, pas de plaire, de rêver, d’étonner ou d’inquiéter.

J’oubliais : l’auteure a un peu fait bouger l’art de photographier aux Etats-Unis.

 

Suivre ce lien pour quelques exemples.

 

Enfin un livre simple et souvent drôle sur un sujet que de nombreux sachants s'acharnent à rendre compliqué et ennuyeux

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net,

Babelio, Amazon, Fnac, books.google, BOD librairie et l'éditeur: Arnaud Franel Editions

 

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

En collaboration: Institut de l'Iconomie

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com