Un grand photographe pour une mauvaise photo d’un Président.


 

La photographie comme la peinture, en tant qu’œuvre artistique, est d’abord une affaire de la volonté. Il n’est pas d’œuvre d’art qui vienne à l’artiste, comme ça, par hasard, parce qu’ici et maintenant, il se serait cassé la figure de son cheval et il aurait « vu ». Et donc, peint et écrit et sculpté et photographié. Il n’y a pas d’art accidentel. Quand on réalise une œuvre, c’est qu’on l’a voulu. Ensuite, la question est de savoir si l’œuvre est réussie. Si c’est vraiment une œuvre d’art. La photo de communiant du petit neveu avec son appareil offert par sa marraine ne peut pas donner grand-chose. Ou bien ce serait un accident. Mais comme il n’y a pas d’art accidentel ! En revanche, la photo prise par un artiste a plus de chance d’être une œuvre d’art. Parce que l’artiste a l’œil, il est entraîné, la technique il l’a maîtrise totalement, il sait qu’il faut vouloir. Il sait que le hasard n’y est pour rien. Il sait que l’œuvre est un projet et l’aboutissement du projet. Donc, quand l’artiste arrête son choix sur une photo ratée c’est qu’elle répond à un programme artistique. Il sait qu’elle est ratée. Il a voulu le ratage. Il l’a travaillé. Un ratage artistique, c’est une volonté de destruction, de négation, c’est une volonté de communiquer quelque chose.

 

Des exemples ? on peut prendre la dernière photo de Depardon. « François Hollande » Président. 

 

On sait, le making off est très documenté sur la prise de la photo, que Depardon s’est totalement libéré de la contrainte technique. Lui qui s’est promené dans toute la France avec un appareil pesant 250 kg, monumental et fragile, pour photographier la France éternelle, des boutiques des petits villages et des campagnes à taille humaine, a voulu, pour cette photo, la liberté de l’appareil qu’on porte avec soi, du numérique, de l’argentique, de l’informatique… et pas de ces optiques monstrueusement immobiles, ces plaques gigantesques et tout le personnel qui va avec. Donc, pas de pied pour éviter le « bougé », pas de calculs savants pour éviter le « flouté », pas de travail sur l’intensité lumineuse pour éviter contre-jour et effets d’ombres. Le résultat est à la hauteur de ce qu’il voulait : il y a du flouté, du bougé et du contre-jour. Si la photo avait été prise par le neveu avec son nouvel appareil, on aurait souri. « il y a encore quelques progrès à faire ». Avec Depardon on a aussi souri. Mais, là c’était un sourire de connivence. Il avait tout raté comme il le voulait. Pas plus qu’il n’était nécessaire. Juste le ratage souhaitable.

 

Et c’était voulu avec le Président. Une photo de Président de la République, c’est comme un portrait de Roi. Louis XIV par Hyacinthe Rigaud: ce n’est pas un travail innocent. Le peintre fait du Roi un grand homme, et même gigantesque, non seulement parce que Louis XIV était un géant pour son époque, non seulement parce qu’il en rajoutait des tonnes en portant des talons très hauts , pour rehausser sa taille et en imposer psychologiquement et physiquement, mais aussi parce qu’il fallait montrer à ses sujets et au monde entier un Grand Roi, de droit divin, protecteur des arts, des armes et des lois. On voit bien que le travail de l’artiste, n’était rien autre ici que de porter un message fort. Celui du Grand Roi, celui du Roi Soleil. C’est évidemment la même chose lorsque Depardon rate les photos du Président. C’est l’annonce d’un programme. Derrière chaque détail de cette photo, quelque chose est dit de la France, des Français, de leur Président, du Monde, du temps qu’il fait et des lendemains qui chantent. Parler de la France en ratant une photo, ce n'est pas parler d'un raté. C'est commettre une oeuvre d'art.

 

Un décor, c’est connu, c’est fait pour mettre en valeur, contextualiser, donner des indications de lecture de l’œuvre, voire imposer un sens à la lecture de cette dernière. Il y a des Présidents sans autre fond que des couleurs. Il y a des Présidents qui ont été photographiés devant des décors, dans le genre bibliothèque, posant leur main droite, en général, sur un fragment de colonne dorique.

 

Le cadre en dit beaucoup. Il faut marquer que Depardon, en toute simplicité, use de l’opposition ombre du premier plan et clarté du fond de la photo, pour parler du temps qui vient et qui s’écoule. Le temps des honneurs est riant. C’est celui du Palais. Il est dans le lointain car s’il ne faut pas oublier la solennité de la fonction. Cependant il ne faut pas en faire autre chose qu’un pur cadre dans lequel l’humain se déploie. Le Palais est loin parce que le Président est proche ? Mais surtout, il y a Palais, c’est indéniable. Incontournable. On est dehors. Et le dehors c’est la vie, le vrai, la réalité. A l’opposé des livres et de leur prétention à tout contenir, à tout avoir dit et à donner une onction purement intellectuelle au « sujet » de la photo. En même temps, le Palais se devine et ne s’impose pas, car les détails du fond ont été abolis par le flouté de Depardon. En somme, il a l’air de s’excuser d’être le Palais de la Présidence tout en donnant à penser, soleil, lumière, fond champêtre, ciel bleu, irradiations d’un été chaleureux qu’il est l’Elysée, un Olympe rieur et plein de gaieté. Tout ceci est mis en valeur par la démarche du Président. Oui ! On voit bien que le Président est en marche, comme la France et vers la France. Il s’éloigne des fastes du Palais pour venir vers nous. En toute simplicité. Mais aussi, il quitte le passé (le vieux Palais) pour s’avancer vers l’avenir (Nous, les Français) . Depardon n’est pas un grand photographe pour rien.

 

Restons dans le décor. Tout au fond, en clignant bien les yeux, il semble, sur la façade du Palais, que des linges sont pendus et orientés vers le soleil, mis à sécher probablement. La photo, floutée-bougée interdit une investigation plus précise. On n’est pas dans une photo à la hollandaise où mêmes les détails qu'on ne peut pas voir sont visibles. C’est une photo "Depardon" qui renouvelle le genre Depardon, en rupture avec son enquête de la France profonde où tout est donné à voir, y compris les panneaux de stationnement. Là, on a du mal à voir. Et c’est un fait exprès! Ce n’est pas une maladresse de débutant. Si on ne voit pas bien c’est qu’il n’y a peut être pas de quoi s’appesantir ! Que devine-t-on ? Des draps gigantesques puisqu’accrochés au faîte d’une aile du château ils retombent jusqu’en bas. Sont-ce des draps de lit ? Il aurait été plaisant de donner à penser qu’ils sont à l’image de ces draps tachés de rouge que les peuplades un peu primitives exigent des nouveaux mariés. Depardon dit-il qu’il y a dans la présidence de François Hollande une sorte d’union charnelle, humaine entre l’homme, le Président, et la Nation, la France. Après tout, il y a eu Léda et son cygne, Danaé et sa pluie d’or. Non, décidément, il n’y a pas de hasard dans un grand œuvre par un grand artiste. La symbolique est encore plus forte, quand on s’aperçoit, muni d’une loupe, d’une longue vue ou d’un regard de Lynx, qu’il s’agit des drapeaux. Le Français et l’Européen. Le symbole du drap nuptial est complètement élucidé. Union de l'Homme et de sa Nation, Union de la Nation à Europe. Le drame antique est joué. Le drap teinté de rouge est mis à la fenêtre. Consumatum est. 

 

A t-on épuisé le mystère du "dit des draps" par Depardon. Non certes, car, il faut aussi, dire un mot du lointain dans lequel sont propulsés les Draps-Drapeaux.

 

La France est-elle donc maintenant reléguée dans le lointain? Un lointain flouté, pas net et pas clair? N’est-elle qu’un élément banal d’une toile de fond ? Est-elle comme l’Europe et l’Horizon : une ligne imaginaire qui recule au fur et à mesure qu’on avance? Est-elle seconde, dans son histoire, sa personnalité, son image, par rapport aux peuples. Renvoyer les drapeaux au statut de drap n’est-ce pas énoncer que le Président n’est pas « que » Président des Français? N’est pas « que » un membre éminent de l’Europe ? N’est-ce pas aussi, parler du Président, libéré des Palais, libéré des temps anciens, libéré de toutes ces vieilleries qui entraveraient cette marche, dont on a vu, qu’elle va de l’avant. Vers nous, et d’abord vers Depardon, qui , sûrement, ému a su transcrire en flouté-bougé le frisson artistique que cette marche décidée lui a inspiré.

 

Pour Depardon, la symbolique du Drap nuptial est complétée par la symbolique de l’émergence du Président.  D’habitude dans les photos d’amateurs, le neveu dont on a parlé par exemple, on évite les contre-jours. D’instinct, on comprend que le contre-jour obscurcit le sujet photographié. Si ce qu’on veut montrer se détache sombre sur un fond lumineux, évidemment le résultat, c’est qu’on voit mal le sujet. Depardon a choisi un gigantesque contre-jour. A dessein. On ne l’expliquera plus qu'il n'y a pas de hasard. Il y a là de la volonté, une forte intention. Comme partout en Art. Ici, Depardon nous montre une silhouette qui est dans l’ombre. Vient-elle du fond lumineux, éclaboussé du soleil d’un été idéal ? Le Président viendrait de la lumière pour rentrer dans l’ombre ? Où à l’inverse, il aurait surgi de l’ombre. Venu à une sorte de naissance, quittant l’ombre matricielle pour surgir à la lumière douce et tamisée de la chambre de travail ? Draps nuptiaux-Drap-eaux qui coulent. Encore une puissante symbolique. Le Président dans l’ombre n’est cependant pas le Président de l’ombre. Il ne peut pas être une ombre de Président, on ne peut l'associer à Scarron: «  …. l'ombre d'un cocher, qui, tenant l'ombre d'une brosse, nettoyait l'ombre d’un carrosse. » .  Depardon a tout simplement figuré que l’espace du Président n’est pas celui des ors et des fastes des Palais. Il est celui, calme et tempéré, de nos jours habituel, où l’ombre suit la lumière. Il nous dit suivant Valery : « …Mais rendre la lumière, Suppose d'ombre une morne moitié ». C'est pour cela que le Président d'aprés Depardon, fait plutôt morne?

 

Il faut en venir à l’homme lui-même. Nous avons tourné autour du Président évoquant le fond du tableau et aussi la forme, floutée, bougée, contre-jour, nous avons parlé de son union et du drap qui parlait de consommation. Nous avons parlé de son émergence. Il faut parler maintenant de ce travail si beau, mais si difficile, que Depardon nous a livré, révélant le Président et montrant l’homme. Bien sûr, rien d’original dans la tenue. Le Président ne sortira pas de l’ombre au moyen de fleurs multicolores dans les cheveux ou en tutu. Le Président est cravaté. Il est costumé. Il est décoré. A peine. Il faut bien qu’il le soit. Tout est discret. Rien n’est au soleil n’est-ce pas? Rien ne rutile. Ni ne cliquète. Ni ne blingue-blingue. Rien. C’est là que le génie du photographe s’impose véritablement. Il a réussi à photographier "rien". Attention, il ne faut prêter à Depardon une intension politique de type anarchiste. On ne doit pas dire de lui qu’il a roulé tout le monde en photographiant le Président pour montrer « Rien ». Depardon est ici au paroxysme du message. En effet, pourquoi, avoir photographié un personnage aux mains ballantes, pendues au bout de bras ballants ? Parce que le Président qui émerge vient au monde des chefs d’Etats, avec rien dans les mains. C’est clair. C’est montré. La veste est solidement fermée. Il n’y a pas de protubérance indiquant un portefeuille bien rempli. Il n’a rien dans son portefeuille. L’homme est au premier plan, devant nous, à portée de nos mains. Il n’a rien. On ne peut rien lui prendre. Il n’a rien à donner. Il se livre à nous dans le dénuement le plus total.

 

Cette attitude n’est pourtant pas si simple. Si le Président vient à nous, il ne se montre pourtant pas de face. Il n’est pas animé par le souci du don pur. Il est légèrement tourné, l'épaule gauche se dégageant vers l’arrière. Depardon nous dit ainsi que si le Président vient vers nous, il pourrait tout aussi bien, revenir en arrière. Il est prêt à retourner dans le Palais. 

 

Il vient à nous avec ce demi-sourire qui convient à une demi-photo. Ce n’est pas une photo en buste. Ce n’est pas une photo en pied. C’est une photo à demi. Le demi-sourire du Président répond au cadrage. Les sourcils formant accent circonflexe sont une mimique bien connue en France qui dit « vous m’avez posé une question ? ». Le visage, éclairé d’un fin sourire nous dit que ce n’est pas un homme de certitudes qui s’avance. C’est un homme comme tout le monde à qui on a dit de faire le Président et de ne pas se faire remarquer.

 

Une belle leçon de photographie.

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com