Nouvelle page 10

MOURIR                            

 Sur les petits-enfants de Khadafi : les martyrs en question sont des accidentés de la route de l’histoire. Pas de chance leur grand-père n'avait pas compris qu'il y a des codes, parmi lesquels "tu ne bousilleras pas les avions et leurs passagers". Et aujourd’hui, il a voulu passer sans respecter le stop. On ne conduit pas en état de vieillesse, impunément. Grand papa croyait qu'on peut corrompre sans relâche et sans frein. Il a oublié de freiner dans un virage. Un accident d'inconduite.

 

**********************

 

ETRE                     

 Les singes ayant enfin réussi à satisfaire leurs besoins les plus élémentaires se sont donc réunis et en sont venus à la conclusion: et si maintenant on faisait "homme". Et là franchement ils auraient mieux fait de s'abstenir car ils se sont retrouvés avec des besoins élémentaires d'un nouveau genre, qui ne sont toujours pas satisfaits.

Autre version: les singes n'arrivant pas à satisfaire leurs besoins élémentaires, se réunirent un jour et ayant à décider quelque chose d'important se dire que le meilleur moyen était de faire "homme". Et depuis, unissant leurs cordes vocales se promènent à la recherche de la satisfaction de leurs besoins les plus élémentaires.

 

**********************

 

PARLER                               

 N'est-ce pas le langage qui nous a inventé?

 

**********************

 

REVER                 

 Si le piano est blanc, sur un sable blanc et se profile sur la lumière pâle d'un jour finissant, on risque de ne plus rien voir que les touches noires... l'idée cependant peut présenter un intérêt: imaginez un piano qui n'apparaîtrait totalement que par éclipse et qui le reste du temps serait comme le chat du Cheshire, dont on ne voit le plus souvent que le sourire, ici, pour le piano, on ne verrait que les touches noires!!!

 

**********************

 

PARLER                               

Y-a-t-il des lieux où naissent les langages, comme il existe dans l'espace des essaims d'étoiles d'où émergent les galaxies, et sur terre, des lieux inspirés d'où viennent les génies?

 

**********************

 

COMBATTRE                    

 Dumouriez sera finalement, le premier "traître" à la patrie, s'était trompé de siècle, pensant qu'on pouvait continuer le petit business de la vente de compétences sur le grand marché de l'Europe des Lumières. Il ne s'était pas rendu compte que le siècle avait changé, que les lumières s'étaient éteinte et que le soldat gratuit avait été inventé : la plus belle invention de la Révolution, le Soldat gratuit mis au service du combat pour les idées politiques, pour la nation et pour la race. (cf Céline). Dorénavant, le Prince ou le Général qui avaient coutume de mettre leurs épées aux enchères devenaient des "Vendus".

 

**********************

 

SURVIVRE                         

 Dans ces moments de décadence où une civilisation doute d'elle-même, les âmes moisies s'évadant de corps desséchés se dissolvent dans une sarabande amorphe sur fond de déclins crépusculaires. Musique pour cette danse d'ombres avachies: Le cliquètement des os, le sifflement de poumons racornis, le froissement de chairs parcheminées, rythmés par des toux nauséabondes, s'accordent aux tressautements fatigués d'un cœur qui ne peut plus battre ni aucune chamade, ni pour personne.

 

**********************

 

COMBATTRE                    

 En revenant sur Dumouriez, après avoir jeté un coup d’œil rapide sur sa biographie, il est amusant de constater que s’il s’est souvent mis sur le marché, il n’a pas souvent rencontré d’acheteurs !

 

**********************

 

RIRE                     

 c'est une mode en effet que de proposer des meubles, des objets de décoration qui ont l'air fané et usé, comme les vieilles maisons de campagne ou de province qui sentaient bon le renfermé, l'encaustique et le savon noir. Il y a des magasins qui me donnent parfois un sentiment bizarre d'avenir regardé dans le rétroviseur. Il m'arrive d'y rentrer, pour demander s'ils ont l'électricité....

 

**********************

 

NATURE  

Aucune beauté de la nature à Venise, Turin, Florence, Eze mais rien que l'homme qui ordonnance la nature, et lui fait comprendre que sans lui, elle n'est rien....quand aux photos toscanes: ce que j'aime justement dans la "nature" Toscane, c'est cet aspect complètement humain. Rien n'est moins naturel qu'un paysage structuré par les vignes, les plantations d'olivier et d'arbres fruitiers, rien n'est moins naturel que les alignements de cyprès, qui conduisent vers un lieu saint ou un cimetière, rien de naturel dans le chant des cloches et ce campanile qui rend un peu de hauteur à un paysage strié de bandes horizontales. La beauté d'un sfumato n'est pas dans le brouillard hasardeux d'une aube naissante mais dans le pinceau de Léonard qui en invente la beauté.

 

**********************

 

VOULOIR                           

 Le singe dégringolant de son arbre ne peut pas faire autre chose qu'être singe, comme d'ailleurs tous les êtres vivants à l'exception de l'homme qui, lui, a la chance ou la malchance d'être invité à se refuser tel qu'il est et à se bâtir tel qu'il se voudrait. Pour autant qu'il veuille. Mais même, ne voulant pas, il choisirait quand même et se trouverait en train de vouloir.

 

**********************

 

VIVRE                  

N'est-il pas préférable de courir vers ce qu'on se veut être que de rester avec ce que l'on pense avoir trouvé? Vivre ne se fait-il pas au risque de trébucher, et plutôt que d'être centré? N'y a-t-il pas une fêlure initiale, par quoi le temps s'insinue nous donne vie, brisant l'immuable, désaxant les moyeux et nous jetant dans le mouvement.....?

 

**********************

 

ETRE                     

  Et si le désir était d'abord ce qui nous assure que nous resterons entre les deux et que nous n'irons pas nous perdre dans la branche mal arrimée d'une fausse alternative. Et si le désir était cette fêlure où le temps s'infiltre et vient nous intimer de ne pas arriver et de demeurer entre-deux.

 

**********************

 

VIVRE                  

  " Vivre ne se fait-il pas au risque de trébucher...?" dit le sage.

 

**********************

 

MOURIR                            

Faut-il vivre comme si chaque jour devait être le dernier suivant Marc Aurèle. Et si, on faisait l'inverse? vivre la vie comme si elle ne devait jamais s'interrompre... considérer que l'interruption, si nous en ressentons une, (or qu'est ce que ressentir si ce n'est se tromper de sens) n'est qu'un accident, une errance de la pensée, un excès de présent, ou un abus de passé, somme toute temporaire, une mise en suspension de l'Etre, une fissuration sidérante du moi ou une image arrêtée dans l'attente d'une nouvelle plongée dans l'Etre, d'un nouveau langage, de nouvelles ruptures.

 

 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com