Soliloques sur le vaste monde

Gilets Jaunes : La philosophie des ronds-points, triomphe de l’immobilité, éloge de la Révolution et critique de l’Evolution.

 

Stocks sur le plan social ce seraient les nazismes, stalinismes, fascismes, castrismes et autres glaciations politico-sociales. Stop ! on ne bouge pas, on lève les mains et on reste comme ça. Stop ! pour que vous ne bougiez pas de la cage mentale, on peut aussi vous mettre dans des camps. Stop ! pour que nous pensiez pas échapper à la grande stabilité, vous serez sous la surveillance de tous, y compris de vos proches ; vous serez aussi un acteur-auteur de la grande stabilité, vous surveillerez vos proches, y compris et surtout votre famille. Les atomes tiennent grâce à des forces colossales qui lient entre eux des corpuscules : plus petites elles sont, plus colossales les forces. Ainsi, il est des sociétés cristallisées, elles durent ce que durent les forces, non plus physiques mais sociales, individuelles, forces d'adhésion dans le vrai sens du terme. Forces colossales. Celles qui reposent sur croyance et confiance. Elles disparaissent dans des éclairs d'énergie. Elles ont pendant des années, parfois des siècles, obscurcit les consciences. Elles ont détruit aussi et massacré pour atteindre la pureté de cristal dont elles étaient porteuses et actrices. Morts par millions, par dizaines de millions, par centaines. Pourquoi ? parce qu'il y a moins de risque à rester debout sans bouger que d'entamer une marche, au risque de tomber.

 

En face les flux, et leur beau symbole : marcher ! Marcher, c'est prendre le risque de tomber. Quelqu’un a dit que de tous les animaux qui peuplent la planète, l’homme était le seul à s’être répandu partout, sous toutes les latitudes, du plus chaud au plus froid, l’homme serait un migrant pas nature, jamais content là où il est toujours prêt à aller ailleurs. L’eau qui dévale les pentes sculpte le territoire, l'eau qui dort dépérit et se corrompt. Les révolutions sont à l'image des torrents, elles forment les paysages, les transforment et les changent. Et dans ces conditions, l'homme moderne, celui-là qui migre, qui descend de celui qui a pris le risque de la bipédie, devrait n'avoir pour slogan à opposer au fameux "je maintiendrai" un "je renverserai".

 

Ce goût du renversement, nous le connaissons bien, nous les révolutionnaires de France parce que c'est dans notre ADN. On ne peut pas s'opposer au flux du torrent et encore moins quand les torrents sont multiples ; quand les forces colossales qui maintiennent les atomes dans leur état stationnaire s'absentent, des déferlements d'énergie s'ensuivent, qui à des degrés divers vont tout déranger et tout faire bouger dans l'univers de proche en proche.

 

On ne peut pas s'opposer aux flux : peu ou prou, ils sont la vérité depuis qu'on sait que le bang est big.

Les gilets jaunes, seraient dans ce bref topo, les particules qui fuitent, en "flux", et qui se heurteraient à l'ordre d'un système qui se veut "stock".

 

Ce serait une belle image si les particules n'étaient pas finalement trop élémentaires et si le torrent était mu par une force qui lui serait intrinsèque au lieu que d’en être le jouet : c’est la gravité qui le fait tomber alors que, justement, la force de l’homme en mouvement c’est d’avoir décidé de prendre ce risque-là, tomber et de sans cesse lutter contre. A ce moment de la réflexion, une question surgit : et si les gilets jaunes n'étaient que l'expression en surface de ces corps immobiles qui paraissent évoluer parce que, soumis aux myriades de flux qui traversent nos univers, ils perdent quelques millimètres de surface et quelques milligrammes de poids durant les millions d’années de leur permanence ?  Qui a dit que les gilets jaunes veulent bouger ? qui a dit qu'ils étaient porteurs de grandes idées pareilles aux torrents qui modèlent les montagnes ? Qui a dit qu'ils étaient une volonté de bouger ?

 

A l'inverse, ne devrait-on pas proposer que les gilets jaunes soient les représentants d'une des nombreuses tendances "stocks" de la société française, comme les brexiters le sont en Angleterre, les Fascistes new-look en Italie et les « platistes » aux Etats-Unis. Les gilets jaunes ne sont pas un torrent, mais des barrages qui ont fini de s'user et dont l'abolition déclenche des déferlements de puissance de l'ordre de celle qu'il fallait déployer pour les maintenir stable. Ce que défendent les gilets jaunes, c'est justement la stabilité, l'immobilité. S'installer sur un rond-point, dont le but est d'organiser l'écoulement d’un trafic, c'est prendre le parti de ne plus bouger. Empêcher les flux de fonctionner, flux de marchandises, flux intellectuels, flux d’hommes, c'est annoncer qu'il faut que plus rien ne bouge.

 

Basiquement, les gilets jaunes constituent un groupe social qui revendique l'absence de mouvement.  Révolutionnaire ?  Au sens initial du mot révolution, « qui revient à la place initiale ». Les gilets jaunes apportent de l'agitation qu'ils confondent avec du mouvement, de la destruction parce qu'ils n'acceptent pas que produire c'est mettre de l'intelligence dans la nature, de la confusion, parce qu'ils confondent multiplication des désirs avec richesse des idées, de la violence parce qu'ils se prennent pour des flux alors qu'ils se font les chantres des visions sociales les plus passéistes, c'est à dire, les plus stockées.

 

Et pendant ce temps-là, les flux continuent de modeler le monde, produits de l’homme et de ses excès : celui-là est incapable de s’arrêter… et son mouvement, jamais interrompu, se déroule, irrésistible dans les directions que l’humanité lui assigne.

 

Les gilets jaunes rêvent de beaux bateaux, ancrés dans de belles rades quand l’humanité est partie vers une destination qui ne cessera d’être à définir sur un bateau qui restera toujours à construire avec des moyens qui devront sans cesse être inventés.

 

 

L’agent infectieux se nomme : « Créance sociale »

 

 

Donc, arrive ce qu’on pouvait prévoir sans risque de se tromper : quand on ne vaccine pas, les contagions se multiplient ; quand on détruit les radars, les accidents explosent ; quand on manifeste violemment contre le système, les blessures sont probables (les morts aussi, mais, le maintien de l’ordre est confié à des professionnels).

C’est ainsi que de proche en proche, on parvient à caractériser une maladie socio-politique dont le symptôme superficiel est caractérisé par un gilet jaune sur le corps.

 

Quelle est cette affectation « Gilet jaune » ? Au travers d’exemples apparemment très différents, les manif, le refus de la vaccination et les radars, on retient qu’il s’agit d’une atteinte générale au sens social.

 

C’est le triomphe du « pas vu pas pris », d’où l’anonymisation systématique, la cagoule dans les foules et le pseudonyme dans les réseaux. C’est aussi, le triomphe de l’égotisme du créancier social : « j’ai bien le droit », « pourquoi les autres et pas moi ». La mère de quatre enfants, plaquée par les trois géniteurs et qui ne comprend pas comment elle ne peut pas « joindre les deux bouts ». Le retraité qui a travaillé une bonne partie de sa vie au « black » et qui se plaint de sa retraite minuscule. Le père de famille qui ne comprend que son enfant ne doit pas dire « je t’emmerde » à sa maîtresse.

 

Comment faire pour réduire cette affection mentale dont les effets délétères se constatent chaque Samedi ? Quelques propositions : pas de vaccination? Pas d’école ni d’autorisation de sortie du territoire (pour éviter d’exporter la connerie française); des accidents en hausse sur le territoire d’une commune? Prélèvement sur son budget des dépenses matérielles et humaines qui en sont la conséquence. Il y aura davantage d’impôts locaux et moins de déficit pour la sécurité sociale; des dégâts liés aux manifestations ? Suppression des RMI, RSA, allocations diverses pendant des périodes plus ou moins longues selon la gravité des destructions, contributions forcées physiques ou monétaires aux réparations.

 

Ce seraient les premiers pas en vue de l’éradication de cette maladie sociale, « le gilet jaunisme » version modèle réduit des terrorismes sociaux en vogue: climatologiques, indigénistes, communautaristes.

 

L’agent infectieux à l’origine de cette épidémie s’est développé insidieusement, trouvant un terreau propice dans la passivité du corps social et de ses représentants. Il se nomme : « Créance sociale ». Progressivement, au mépris de la comptabilité sociale la plus élémentaire, notre société l’a laissé prospérer. Elle s’est traduite par « j’ai droit à » sans qu’il y ait de « devoir à ». Droit au logement, opposable pas négociable, droit à l’éducation, c’est-à-dire au diplôme, opposable lui aussi, droit à être malade et/ou absent (souvent identique), car il est indigne que l’argent dont on a besoin  soit soumis aux lois du marché…

 

Le pas sera difficile puisqu’il s’agira d’effacer tous les faux pas d’une classe politique abusivement compassionnelle ou trop heureuse de se constituer des clientèles aux frais de la collectivité.


 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com