Soliloques sur le Vaste Monde, Novembre 2018

- Peut-on faire payer la gratuité?

- A la recherche de la bêtise artificielle

- la bêtise sociale? Elle est sous vos yeux, comme un arc-en-ciel

- Bloquez les Tous, la bêtise reconnaîtra les siens

Bloquez les tous, la bêtise reconnaîtra les siens

Réjoui devant les blocages des « gilets jaunes », un syndicaliste genre « SNCF combattante », expliquait que « l’action continuait » et que les syndicats reprendraient le combat en début d’année.

« Dans le même genre que la fois précédente. Ça marche bien ces grèves à répétition ! ».

Un peu plus loin, c’est un syndicaliste « transports routiers » qui annonçait des blocages et des filtrages dans le premier trimestre 2019. Car, rappelait-il, les transporteurs sont victimes du prix de l’essence. Le collectif des producteurs de viande a compris la leçon : pour intéresser la France à la problématique de l’élevage et de l’abattage, des troupeaux iront paître sur les terre-pleins d’autoroutes et aux péages. On privilégiera l’ile de France.

Quant aux personnels de soins dans les EPHEAD, ils feront participer leurs pensionnaires aux grandes questions du pouvoir d’achat en les déposant, par paquets de 10, ici et là, sur des voies ferrées ou des voies rapides.

Triomphe de la bêtise sans frais. Ce sont toujours les autres qu’on bloque. Un peu plus tard, on ne bloquera plus : on empêchera de bouger.

Le meilleur moyen d’empêcher un pays libéral de fonctionner, c’est de ruiner la liberté d’aller et de venir. Tous les fascismes l’ont compris. Après les filtrages, le flicage puis le fichage. On commence avec des autorités spontanées genre « gilets jaunes » pour annoncer la congélation sociale ! Plus tard, on vous recommandera de rester immobile.

Pour ne pas gêner la marche des totalitarismes.

A la recherche de la Bêtise Artificielle

 

C’était il y a vraiment longtemps. Je me souviens de ce professeur de mathématiques qui nous initiait aux joies du raisonnement par l’absurde. Cela tombait bien, l’époque était à l’absurde, Ionesco et sa cantatrice, Genet et ses prisons, et Antonioni qui faisait déambuler Mastroianni sur des plages incertaines au gré de vagues paresseuses.

 

Laissons de côté ces enchantements moroses et les dérélictions qui les accompagnent et revenons dans notre aujourd’hui. Pourquoi faire retour vers l’absurde ? pourquoi, se souvenir d’un prof. de math et des raisonnements par l’absurde ? Sûrement pas pour retrouver le charme de Monica Vitti ou d’un Belmondo peint en bleu. Mais surement oui, pour s’attaquer à une question qui est en train de prendre des allures civilisationnelles : L’intelligence artificielle. Est-elle ou n’est-elle pas ? Et si elle n’était pas, en souffrirait-elle ? Et si elle en souffrait comment pourrions-nous le savoir ? Et aussi comment pourrions-nous faire face à pareille détresse ?

 

Reconnaissons qu’on est ici en plein « absurde » : imaginer une intelligence artificielle sentimentale dont le psychisme s’effondrerait à l’idée qu’elle pourrait ne pas être…. Totalement absurde. Pourtant, n’est-ce pas une expérience de pensée intéressante? L’absurde n’est-il pas une manifestation de la pensée pure, c’est à dire sans limite? L’absurde ne serait-il pas la pensée qui va au bout d’elle-même ?

 

Essayons de penser l’intelligence artificielle. On pourrait objecter que si l’intelligence artificielle pouvait aller jusqu’au bout d’elle-même, elle se cognerait contre l’homme : l’absurde serait alors total. Et quelques intellectuels interrogeraient la situation créée à l’occasion de cette expérience de pensée et découvriraient qu’il est aussi difficile de faire rentrer l’intelligence artificielle dans la tête de ceux qui l’ont produite que de faire rentrer une pâte dentifrice dans son tube.

 

Propos absurdes et en fait, très rationnel, car reposant sur les rigueurs de la syntaxe et de la rhétorique. Oublions-les. Mais relançons l’idée du prof de math. A condition de ne pas se tromper d’absurde et de croire que parce que les termes du propos ne sont pas classiques, ils sont absurdes. Il faut pour que l’absurde morde sur la réalité, frapper un grand coup.

 

S’il est possible d’identifier une intelligence artificielle qui serait le propre des machines par opposition à une intelligence naturelle qui serait le propre de l’Homme (avec le rire peut-être), il doit donc être possible d’identifier une bêtise artificielle qui serait le contraire de l’intelligence du même ordre, comme la bêtise naturelle est le contraire de l’intelligence naturelle.

 

Dans ces grands moments de la pensée en marche, je ne cesse ruminer ces vers : « Mais rendre la lumière suppose d’ombre une morne moitié ».

 

Le voilà donc mon raisonnement par l’absurde : si je ne peux pas définir la bêtise artificielle comment pourrais-je jamais identifier l’intelligence artificielle? Et vice versa : comment puis-je penser l’intelligence artificielle si ne peux même pas faire tourner une bécane qui pense bêtement? 

 

Aussi ai-je demandé à quelques grands spécialistes de l’intelligence artificielle de me donner des exemples de bêtise artificielle. Des vrais. Pas des bêtises qui viennent de l’homme, quand par exemple, il essaie de mettre une machine moderne en marche et que ça foire. Ceci n’est que de la bêtise humaine amplifiée par des instruments ou des outils. Je leur ai demandé de la vraie bêtise artificielle. Ils sont à l’œuvre et travaillent d’arrache-pied, car ils ont compris que s’ils n’en trouvaient pas, ils devraient se contenter d’évoquer l’intelligence artificielle comme on invoque les dieux. 

Sans pouvoir l’expliquer.

Même par l'absurde.

 

 

 

La Bêtise sociale ? Elle est sous vos yeux, comme un arc-en-ciel

 

J’ai lancé, la semaine dernière, un appel à la recherche sur la question de la bêtise artificielle. S’interroger sur celle-ci n’impose pas qu’on lance des études sur l’existence d’autres bêtises, individuelles ou collectives car, dans la plupart des cas, aucune étude n’est vraiment nécessaire pour démontrer leur existence : la bêtise sociale, pour ne prendre que celle-là, offre à l’observateur, sans discontinuer, sa propre démonstration (étalage serait peut-être plus approprié).

 

On partira d’un exemple simple : les épidémies de rougeole qui avaient à peu près complètement disparu en France, se multiplient depuis quelques années avec le cortège qu’on croyait oublié d’enfants ou d’adultes qui trépassent. Bel effet de la bêtise sociale : la vaccination s’accompagne parfois d’accidents ? Alors opposons-nous à la vaccination ce qui est une parfaite bêtise sociale : la rougeole est une maladie hautement contagieuse, l’individu qui, au nom de son droit absolu à ….(complétez avec le mot grandiloquent que vous affectionnez : liberté, choix, conscience), refuse la vaccination, non seulement prend un risque pour lui (bêtise individuelle) mais pour les autres (bêtise sociale). Imaginons qu’un audacieux veuille retrouver les beaux effets de la vaccination : les routes seraient bloquées par des types en rouge.

 

Autre exemple : les motos. Parmi elles, des belles qui atteignent parfois des niveaux absolus d’esthétique maitrisée. Splendides mais stupides comme la dernière des pin-up, elles pétaradent autant que l’autre se tortille. Symbole de la bêtise sociale ? En vrai, ce symbole-là, est porté par les municipalités promptes à faire taire l’auto mais respectueuse du droit absolu des motards à polluer le monde par décibels interposés et production de fumées infectes. Ils sont plus dangereux que les autres véhicules, c’est leur Droit absolu ! L’édile a surtout peur qu’ils viennent pétarader et polluer en masse à la moindre annonce de réglementation. Le motard est aussi intelligemment à gauche que M.Mélanchon : La bêtise sociale vole de concert avec la bêtise politique. Ne chatouillez pas le motard, il bloquerait la place de la Bastille et trouverait des camions pour bloquer le reste. Et il se ferait passer pour un écologiste actif primaire en portant des gilets verts.

 

Le dernier exemple en date est celui du prix de l’essence. On sait qu’en dix ans le poids unitaire des voitures s’est accru 100 à 150 kg : plus grandes et plus spacieuses, elles accueillent des conducteurs toujours plus obèses. Elles ont donc à charrier pas loin de 200 à 250 kg en plus (en comptant les enfants, obèses par éducation). Conséquence évidente (sauf aux yeux des personnes atteintes de bêtise sociale) la taille des réservoirs a progressé pour répondre aux besoins accrus de consommation, les prix ont suivi. La facture a augmenté sans même un coup de main des saoudiens ni une menace de Trump. Pour réparer l’injustice faites aux gros SUV, pour qu’on leur rende leurs droits à polluer, bloquons les villes et les autoroutes. Et mettons, des gilets jaunes.

 

Un vrai arc-en-ciel…

 

Que devrait être une intelligence sociale ? Une façon individuelle de penser le bien de l’ensemble de la collectivité.

 

 

Qu’est-ce donc que la bêtise sociale ? Une façon collective de dépenser pour le confort des individus.

Peut-on faire payer la gratuité?

Les Google, Facebook, Tweeter et même Amazon et leurs semblables sont devenues incontrôlables. Il faut agir.

Plusieurs solutions : les unes radicales consisteraient à les obliger à se scinder en plusieurs entités, comme les Etats-Unis le firent pour les grandes compagnies au début du XXème siècle. Les autres, « à la » française : on nationalise, on confie la gestion de ces monstres à des inspecteurs des finances et on attend une dizaine d’années. Au bout de ce laps de temps, il ne restera plus qu’à liquider et le tour sera joué.

On peut décider des taxer les bénéfices estimatifs, ou inventer une taxe sur les octets qui passent par le net en direction de ces super-sociétés! Mais, cela risquerait de se heurter au principe de l’égalité devant la loi et ce ne serait pas aussi facile que l’installation des compteurs linky…

Or, on sait que la plupart des grandes entreprises du net ont quasiment détourné les grands flux de la publicité. On sait que c’est grâce à cette manne que peut se déployer gratuité de l’accès à leurs services. Dans la réalité nous payons la gratuité au travers des achats de produits et services dont le prix de revient comprend ces coûts publicitaires.

La gratuité des services de google et des autres est « financée » par les consommateurs? Imposons aux entreprises qui placent de la publicité sur leurs sites de rendre aux consommateurs le montant des dépenses publicitaires qu’elles versent. Ainsi la boucle serait bouclée, et le gratuit redeviendrait payant.


Enfin, le livre qui vous dit tout sur un Paris qu'on ne veut pas montrer, un Paris méconnu, un Paris retrouvé.

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net…. aux adresses suivantes

 

 

Amazon 

Cultura 

Fnac 

Decitre 

La librairie

Price Minister

Les Libraires 

The horse goddess 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com