Soliloques sur le Vaste Monde, octobre 2017

les sources entre Open et Empty

Dans toute religion, on entend par faux dieux, les dieux des autres.

Paul Valery

 

Sur internet « no-one knows you are a dog »! Sur internet on peut parler librement. Sur internet, personne pour vous imposer le silence par déni ou arrogance ou les deux assemblées. La société est « open » sur internet.

 

Mais « Open » peut aussi se traduire par « à tous les vents ». « Ouvert à tous les vents » veut dire « vide ». Comme la nature a horreur du vide, elle reprend ses droits. Les analystes américains des échanges sur internet ont été contraints de reconnaître que « the participants tended to be more aggressive and angry on line than offline ». L’un d’entre eux proposa une étude sur « the online desinhibition effect ».

 

Evidemment, pensera-t-on aussitôt, cela ne peut concerner que des débats de types politiques, sociaux, artistiques où la raison est souvent emportée par les flots incontrôlables de la passion. Le « on-line » en ce sens ne peut pas être différent du « off-line ».

 

Si vous le pensez, vous avez tort : lancez donc sur Tweeter un propos anodin, tel que : « on peut s’interroger sur le statut monétaire du bitcoin ». Et voilà que les haines les plus recuites déferlent. « t’y connais rien », « c’est nul », «Quand on n'y connaît rien en économie et blockchain, on évite de parler du #bitcoin ». Ceux-là, sont les plus anodins.

 

Sur internet, la liberté d’expression c’est l’ouverture sur le vide. Et comme la nature en a horreur, elle le remplit comme elle peut.

La solitude est en train de mourir

Quelle joie, lorsque le petit enfant a découvert que les feux de signalisation parlaient. Combien de fois s’est-il livré à ce jeu innocent : appuyer sur le bouton jaune, écouter, appuyer à nouveau sur le bouton, ré-écouter, et ainsi de suite des dizaines de fois. Il a ri aux éclats.

 

Un peu plus tard, il a découvert qu’il n’est pas toujours nécessaire d’appuyer sur les boutons. Certains feux parlent tout seuls. Ils sont bavards les feux ? Pas autant que les stations de métro ou les arrêts de bus quand ils annoncent le trafic et parlent de l’avenir. Ils peuvent même prévoir l’arrivée d’une autre rame ou d’un bus et de mesurer le temps pour venir depuis l’avenir jusque dans le temps présent.

 

Les grandes gares, et les petites aussi, avaient leurs haut-parleurs. Inaudibles, mais toujours prêts à s’exprimer. Ils étaient comminatoires : s’adressant à des usagers, ils ne pouvaient pas se départir d’un ton dictatorial. Les gares ne parlaient pas, elles intimaient. Elles ne vous proposaient pas, elles vous enjoignaient. Aujourd’hui, c’est tout l’inverse, elles se montrent amicales, chaleureuses et prévenantes. Elles savent aussi parler aux enfants. Dans ces cas-là, les voix se font douces et féminines. Décidément, on est bien entouré.

 

Quelle joie aussi pour les enfants : à côté du métro qui parle, des gares qui racontent des histoires, leurs jouets participent à la vie de la famille ; avec la géolocalisation, les jouets, maintenant dotés de la parole savent dire aux enfants « maman est dans le métro, à la station machin » ou « elle est chez le pâtissier ». Les enfants seront contents de savoir que maman est en train d’acheter de bonnes choses . Cela va trop loin ? Les jouets ont signé des clauses de confidentialité : par exemple, ils ne pourront pas dire, « maman se trouve actuellement chez un monsieur qui n’est pas papa ». 

 

Tout autour de nous, la parole vient aux objets ; ce sera bientôt pire que la basse-cour de nos ancêtres. Ils nous parleront et se feront les porte-paroles de tous ceux qui nous entourent. L’e-biberon, par exemple, sera non seulement nutritif, mais aussi éducatif, il parlera anglais ou français ou n’importe quoi selon le désir des parents (mais, il y aura toujours place pour un message du Ministère de la Santé).

 

L’e-biberon annoncera la température du lait ou de la soupe pour que les mamans prennent garde. Si les parents, par distraction ou désinvolture ne tenaient pas compte du message, il n’hésiterait pas à hurler comme un petit enfant à qui on refile un biberon brûlant. Toutes les études ont montré que le hurlement à lui seul déclenche les bonnes réactions dans des conditions de rapidité utile. Par précaution, l’e-biberon passera un mail à l’ONG « soigne bien ton enfant » et au Procureur de la République « à toutes fins utiles… ».

 

Un peu plus tard, ce sera au tour des cuillères et des assiettes.

 

Avec l’internet des objets, plus personne ne se sentira seul. 


Enfin, le livre qui vous dit tout sur un Paris qu'on ne veut pas montrer, un Paris méconnu, un Paris retrouvé.

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net…. aux adresses suivantes

 

 

Amazon 

Cultura 

Fnac 

Decitre 

La librairie

Price Minister

Les Libraires 

The horse goddess 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com