Soliloques sur le Vaste Monde, Avril 2021

Poisson d'avril

 


Aujourd’hui, mardi à 17:00, heure locale, il neigeait vraiment. Et, franchement, par les temps que nous vivons, neiger est une très mauvaise idée. Peut-être quelque chose venue de l’Hôtel de ville pour nous faire comprendre que « mère nature » commande. 

Pourquoi sortir quand les bourrasques de neige s’accumulent en congères, quand les rues blanchissent, quand le froid vient tout transpercer ! Saugrenu, j’en conviens ! Quelque chose de riant était annoncé. Cela suffisait.

Allez, je casse le morceau : le riant des Champs, c’est « le chat » ! Ce personnage inénarrable de Philippe Geluck dont les propos sont stratosphériquement plus élevés que ceux d’Heidegger à son meilleur. Grâce à son chat, Philippe Geluck associe la plaisanterie délicate et légère à une façon arachnéenne de saisir les problèmes vrais. Genre « qui suis-je, d’où viens-je, ou vais-je… ».

D’habitude son auteur insère les dessins de son « chat » dans les étroites contraintes de la petite taille des cartoons. Il doit jongler avec les couleurs pour rendre sylphidesques les volumes monstrueusement anormaux du félidé. Sur les Champs, il s’est laissé aller. L’avenue est grande assez (disent les Belges) pour penser grand. Donc, il a représenté son chat en « trois-D », (pour parler moderne) en vingt sculptures (pour parler ancien), gigantesques, toutes exprimant un grand dessein de l’humanité (c’est pourquoi, elles sont gigantesques). Tout est grand, la sculpture, le dessein, le propos (exprimé par un titre à faire pâlir de jalousie M.Magritte lui-même). Franchement, il faut remercier les hommes de bonne volonté comme Philipe Geluck. Ils nous offrent une suspension des temps mauvais et du temps pour envisager des lendemains sereins. 

Mais, Geluck n’est pas seul. Récemment, un nommé Chalençon nous a fait vraiment rire : Il aurait organisé des diners fins à l’encontre de toutes les règles du confinement et, cerise sur la queue du poisson, des ministres y auraient participé. Evidemment, fureur des politiques intègres et rigolades des gaulois anarchisants. « Poisson d’Avril » ! s’est-il écrié peu après que le Procureur de la République a été saisi. " Poisson d’Avril, ils ont tous été bien attrapé! C’est même pas vrai ! C’était pour de la pub… etc ". Hélas, il faut être Philippe Geluck pour savoir ce qui fait rire, tout en disant des choses graves sur l’humanité.

Un cousin de M. Chalençon: Victor de Charanson, éleveur d’insecte de son état, a poussé la blague plus loin que son parent. Il a révélé aux Français ébahis et incrédules que les pouvoirs en place avaient relancé les activités du camp de Drancy et du Vel d’hiv afin d’y rassembler tous les vieillards réticents à la vaccination et les envoyer ensuite dans des camps de réanimation secrets. Il a dit que même la police française, les gendarmes mobiles et dans certains cas les troupes d’assaut ont participé à cette opération. Charanson, hilare et certain de son effet, s’est écrié sur C-news « poisson d’Avril ! C’était pour faire rire ». Rafler les vieux et les enfermer dans des camps vaccinatoires, c’est à mourir de rire. Son cousin a adoré mais pas trop fort, à cause du Procureur.

Il ne faut pas s'arrêter en si bon chemin: le moment le plus drôle a été atteint lorsque le bon professeur Raoult a été interviewé par la radio chinoise. Les Chinois, en blouse blanche pour faire honneur au bon professeur, lui ont demandé tout de go (qui est, il faut le rappeler, un jeu chinois) de résumer la situation épidémique mondiale en quatre idéogrammes. Sentencieux et sentant que le monde entier le regardait, le bon professeur s’est saisi d’un pinceau, l’a plongé dans un seau de chloroquine teintée au brou de noix pour l’occasion.

Juste au moment où il allait opérer, quarante millions de citoyens de la bonne ville de Wuhan se sont écriés : « poisson d’avril ! » (en Français car les Chinois sont délicats) . 


On  a entendu le "poisson d’Avril" chinois jusqu’à Marseille.


 

La Chine est en passe de lancer la première crypto-monnaie souveraine. Un livre qu'il ne faut pas manquer. Pour l'obtenir, il faut suivre ce lien.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

En collaboration: Institut de l'Iconomie

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com