Soliloques sur le Vaste Monde: Septembre 2016

 

- La révolution "Restricta" et le discours politique

- Naissance des cibles

- Qui surveille les banques allemandes? (paru dans le Huffington post)

- Arriverez-vous à lire ceci... 

- On est premier

- Donald, c'est aussi l'Amérique 

- La fuite des Anglais vers la Liberté

- Etes-vous glaçant ou cinglant?

- Tout est à l’envers

Qui surveille les banques allemandes?

 

Il y a des années, on écrivait ces lignes: "...Toutes les anciennes banques privées (allemandes), sauf une, ont disparu". Quant aux banques régionales (les fameuses Ländesbanken) qui sont des banques publiques "la classe politique allemande n'a pas de mots assez durs pour les fustiger"!

 

L'exemple de l'affaire Hypo Real, dont le coût final a atteint 250 milliards d'euro, a montré les trafics d'un système bancaire qui a n'a cessé de dissimuler ses pertes. Un système auquel la banque centrale, la fameuse "Buba" avait prêté main forte. Même les agences de notations ne purent continuer à faire semblant de croire à ce système malgré toute leur bénignité vis à vis de l'Allemagne et son admirable Buba. Elles dégradèrent massivement les notes de l'ensemble du système bancaire allemand dans les derniers mois de 2011.

 

Qu'est-il devenu ce système, en cinq ans ? Qu'ont fait les gouvernements allemands pour lutter contre son impéritie et ses trafics ? En cinq ans, les Allemands ont-ils contribué à améliorer et renforcer le système bancaire européen ?

 

La réponse on la connait: ils n'ont rien fait

 

Au contraire, pendant cinq ans, les pouvoirs publics allemands, le Président de la Bundesbank en tête, n'ont eu de cesse de s'opposer à toutes réformes du système bancaire européen. Ils n'ont pas eu assez de mots violents contre les tentatives de la BCE de lancer une politique monétaire dynamique et tenter de stimuler les économies européennes complétement encalminées. Ils se sont insurgés contre les prétentions de l'Union Bancaire Européenne à contrôler les banques et à leur imposer des recapitalisations lorsque nécessaire.

 

La Bundesbank est indépendante n'est-ce pas? Et à ce titre, Jens Weidmann est la personne du monde la plus diserte en conseils, en critiques et en attaques contre ses confrères et les dirigeants de la BCE, se répandant en déclarations vigoureuses sur l'impossibilité pour la BCE d'être à la fois le banquier des banquiers (y compris allemands) et leur superviseur. "Conflit d'intérêts", clame-t-il! Mais voilà que la question revient lancinante: si la BCE ne peut pas contrôler les banques allemandes, qui les supervisera puisqu'on est sûr d'au moins une chose, la Bundesbank ne le fera pas: elle ne l'a jamais fait.

 

Aujourd'hui, on parle d'une faillite de la Deutsche Bank! On a envie de dire: «à la grande surprise de Monsieur Weidmann!». Savait-il que cinq anciens dirigeants de la Deutsche Bank étaient mis en cause, dont l'ancien président Josef Ackermann, accusés de "manipulation du marché" par la justice italienne? Savait-il que ces «dirigeants» sont inquiétés pour ce qui n'est que "le coup classique du voyou financier": vendre des titres en portefeuille car tout dit qu'ils vont s'effondrer et, dans le même temps, en vanter la qualité auprès d'un public sous-informé?

 

Deutsche Bank est une des grandes banques mondiales. Est-ce une raison pour être cité en permanence dans des affaires qui vont de la complaisance à l'égard de fraudeurs fiscaux, jusqu'au trucage des cours du Libor et de l'Eonia? Et même de l'or. Les complaisants répondront que toutes les banques ont été condamnées pour des raisons diverses et souvent peu flatteuses. Les affaires de violations d'embargo à l'égard de l'Iran en témoignent. Il n'en demeure pas moins que la Deutsche Bank est citée dans quasiment tous les cas où des incriminations financières sont imaginables!

 

L'Etat allemand, ne sauvera personne?

 

Les dirigeants de Deutsche Bank ne seraient pas brillants? Il faut cependant reconnaître qu'ils sont largement soutenus dans leur médiocrité par une presse allemande parfaitement inconsciente, coupable d'un suivisme stupéfiant à l'égard des thèses officielles de la Buba en matière bancaire et monétaire. La question n'est pas de savoir ce qui peut aider l'Union économique et monétaire mais de montrer à l'épargnant et au retraité allemands les effets vénéneux d'une politique de Quantitative Easing sur la rémunération de l'épargne et sur le niveau des rentes. "Mario Draghi est en route pour ruiner l'avenir de l'Europe" commentait "sereinement" un quotidien bavarois.

 

Pendant que les brillants observateurs de la scène monétaire européenne se lançaient dans ce genre de propos, la Deutsche Bank annonçait que les amendes auxquelles elle devait s'attendre pour ses agissements sur le marché américain (il n'y a pas que des victimes italiennes) la contraindrait à une augmentation de capital, à moins que la justice américaine ne soit indulgente, à moins qu'on «négocie». De combien l'augmentation de capital? On parle de 5 milliards d'euros. On parle aussi du double, car, il n'y a pas que les Américains dans cette affaire, et surtout, il n'y a pas que cette affaire!

 

"Ce n'est rien" entend-on dire. Que sont 5 milliards d'euros, pour une grande banque mondiale de la taille de la Deutsche Bank ? Les Qataris, n'ont-ils pas déjà apporté leur obole et ramassé 10% du capital? On ne débattra pas sur la question du niveau réellement nécessaire, on rappellera que ces fameux 5 milliards avaient déjà été sur la sellette, "...la recapitalisation des banques et les besoins en capitaux propres (sont) nécessaires pour faire face à la montée des risques. Les banques allemandes ont annoncé que leurs besoins s'élèveraient à quelques 5 milliards d'euros... ".

 

Vous avez bien lu: «les banques allemandes», toutes les «banques allemandes», y compris les «landesbanken" Prudemment, "les banques allemandes" indiquaient que ce serait "peut-être 10 milliards"! Une erreur bancaire à l'allemande, c'est du simple au double. La comptabilité est une chose délicate et parfois le tapis sous lequel on essayait de cacher la poussière se dérobe sous vos pieds! Les mauvaises aventures de la Deutsche Bank font venir beaucoup de questions sur la réalité de la gestion du système bancaire allemand.

 

Toutefois, il est une certitude officiellement: le sauvetage de la Deutsche Bank, ne sera pas assuré par les pouvoirs publics allemands. Le Gouvernement allemand est clair là-dessus et la Chancelière l'a rappelé. La Deutsche Bank est "too big too fail"? Ses engagements représentent 1 902 milliards d'euros la moitié du PIB allemand? Sans compter ses engagements dans les produits dérivés. Rien n'y fera. Indiquons que la réglementation européenne a aussi évolué dans ce sens. Il n'est plus question que les Etats épongent les pertes après que les capitalistes aient épongé les bénéfices. Les déposants peuvent être protégés jusqu'à un certain niveau, mais les autres créanciers ne le seront pas. Certes, les pouvoirs publics auront une marge de manœuvre, mais la Chancelière a été stricte: Pas d'aide.

 

Pour autant, si la Deutsche Bank évoluait dans le mauvais sens, le gouvernement allemand laisserait-il vraiment faire? N'aurait-il pas à craindre un effet domino sur le reste du système bancaire et sur la confiance dont il est surinvesti? Les liquidités européennes qui viennent se réfugier dans ce que les investisseurs voient comme un havre monétaire ne fuiraient-elles pas provoquant une nouvelle crise de liquidité au centre même de l'économie européenne? Dans une pareille situation de crise, les autorités allemandes laisseraient-elles le capital et la direction de la première banque allemande entre des mains étrangères? Imaginez seulement que le sauveur de la Deutsche Bank soit une banque française, un peu comme ce fut le cas (partiellement) pour une grande banque belge au tout début de la crise bancaire, il y a près de 8 ans: Madame Merkel laissera-t-elle les capitaux déferler dans son pays sans limitation pour sauver la grande banque nationale et d'autres aussi qui auraient été emportées dans le maelström? Pourra-t-elle s'écrier comme elle le fit en d'autres circonstances: "Wir schaffen das"?

 

Arriverez-vous à lire ceci....

Donald c’est aussi l’Amérique

 

Donald n’est pas le Donald ridicule de Walt Disney ! Donald c’est l’Amérique. C’est un symbole. Fort. Très fort.

« C’est aussi l’Amérique » comme son frère Joe. Qui est Joe ? Pourquoi frère de Donald ? Pourquoi « aussi »?  Parce que l’aventure de Donald Trump me fait de plus en plus penser à celle de Joe. Rappelez-vous ce film prémonitoire : « Joe, c’est aussi l’Amérique » (1970). Joe, le petit blanc, ouvrier fier de sa « blanchitude » entraîne Bill, bourgeois de la haute, dans une entreprise de nettoyage : dégager l’Amérique de tous les blacks, les pédés et les camés.

Joe, c’est un type bien. Il aime l’Amérique. Il n’aime pas les armes pour le plaisir, mais il en a comme tout bon américain qui aime l’Amérique et qui veut la défendre contre la vermine. Il a convaincu Bill de l’accompagner dans son œuvre de nettoyage.

Donald aussi est un type bien. Il aime l’Amérique. La vraie Amérique, celle des types qui bossent, qui en veulent, qui en ont. Les gars qui avancent seuls dans la prairie et la forêt n’ont pas besoin de toutes les sécurités de la terre, à commencer par la "sociale", pour avancer.

Donald est en train de convaincre des tas de Bill, comme Joe avait réussi à le faire. Ça ne se termine pas bien. Joe et Bill partent nettoyer un squat à coup de flingues. Dans le squat, la fille de Bill. Elle est nettoyée par son propre père.

La fuite des Anglais vers la Liberté

Le Brexit n’en finit pas de faire parler de lui. Au début, tout était évident : les Anglais avaient voté pour quitter l’Union Européenne. Ils voulaient être entre eux et ne plus être dérangés par les "autres  (les européens)" et les "divers (les non européens)". L’idée était la suivante : l’Angleterre aux Anglais, la Livre (sterling) aux Grands-Bretons, le Chester… 

Les Anglais ayant voté, des foules en délire avaient déferlé devant Buckingham Palace pour manifester leur bonheur : "enfin libres, criaient-ils !" On n’avait pas vu cela depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale quand l’hydre hitlérienne avait enfin été terrassée.

Dans ces grands moments de communion nationale des zones d’ombre persistent pourtant. Certains déversent leur bile et leur rancœur. D’autres se taisent et n’en pensent pas moins. Ce sont les plus dangereux. Ils se disent Anglais à l’extérieur (d’ailleurs ils parlent l’Anglais impeccablement), ils n’hésitent pas, pour détourner l’attention, à boire du thé comme les brexitophiles et même, comble de duplicité, ils connaissent par cœur les prénoms des petits-enfants de la Reine et leur ordre dans la succession au Trône.

Or, ils n’en ont rien à faire car ce sont des traîtres. Des manieurs de double langage. Un indice ne trompe pas : les Anglais qui veulent quitter le navire sont de plus en plus nombreux. Ils déferlent partout : Irlande, Ecosse, Australie, Allemagne et même France et partout viennent réclamer l’Asile.

Plus grave : ils savent que les pays Européens sont lassés par les migrants et que l’obtention d’un visa est de plus en plus difficile. La naturalisation? Il n’y faut pas penser. Alors, ils prennent les voies les plus dangereuses : ils essayent de joindre le continent à la nage. Les tentatives les plus désespérées sont-elles les plus belles ? Peu importe : quand la liberté est sur l’autre rive, tous les moyens sont bons pour l’atteindre.

C’est ainsi que sont morts noyés, vaincus par la mer, deux britanniques qui étaient partis à la nage rejoindre les côtes de France, la terre promise. D’autres suivront : on ne pourra pas empêcher les Anglais de se jeter à l’eau (il faut reconnaître que c’est nouveau, en général, ils préfèrent y jeter les autres) ? Comment retenir ces foules qui voient dans la France d’abord, dans l’Union Européenne ensuite et même dans la zone euro ( à quels sacrifices ne sont-ils pas prêts ?) la fin de leurs souffrances et le début d’une vie nouvelle ?

On dit qu’à la suite de cette avant-garde vont suivre les capitaux. En premier lieu, ceux qu’on nomme familièrement les capitaux flottants. Ceux-là n’ont pas peur de faire des vagues et savent choisir les « safe heavens ».

Pourquoi ne prennent-ils pas l’Eurostar qui est sûr ? Hélas, les places sont retenues pour les deux ou trois prochaines années afin de rapatrier les Français qui se sont laissés abuser par la propagande du « red carpet » de David Cameron. La République n'abandonnera pas ses enfants perdus dans un monde désolé.

La révolution « Restricta » et le discours politique

 

Autrefois, j’avais écrit une chronique sur la «Camera Restricta» , un appareil photographique révolutionnaire conçu par un artiste Allemand dans le but d’empêcher de faire des clichés de lieux, de monuments ou de personnes sans aucun intérêt en tant que photo parce que déjà photographiés des milliers de fois.

L’appareil s’appuyait sur la possibilité de géolocaliser le photographe. Imaginez-vous devant la Tour Eiffel. L’appareil évalue le risque d’une prise de vue inutile et fouille dans les gigantesques big data centres pour qualifier votre erreur. Votre prise de vue est totalement banale ?  Rien ne se passe quand vous pressez le déclencheur. « Verboten » (« interdit ») s’inscrit en rouge. Vous insistez ? Un deuxième message vous informe que le logiciel va procéder à la destruction de l’appareil photo.  

Une application « restricta » dérivée, en cours de test en France, concerne l’art du discours. Ecrit ou parlé, le discours est sans cesse en risque de répétition. Discourir du bonheur des hommes, sur la nécessaire égalité entre eux, sur l’éducation qui doit être la même pour tous, sur l’accès aux chances de la vie qui ne peut pas écarter les blessés, les souffrants, les handicapés, est devenu problématique. Autrefois, chez les Grecs, inventeurs de la démocratie, les orateurs n’étant pas nombreux, il y avait peu de chances pour que les mêmes mots soient usés jusqu’à la trame pour dire les mêmes choses. Hélas, le progrès dans les techniques de communication, les améliorations apportées à la méthode du discours, l’accès d’un nombre de plus en plus grand de citoyens à la parole publique ont conduit à ce que les grecs ne pouvaient pas trop redouter : la répétition incessante des discours. Aujourd’hui, on dit les mêmes mots toutes les secondes, ânonne les mêmes choses toutes les minutes, répète les mêmes thèmes avec les mêmes mots toutes les heures. Quel résultat ? Une dépréciation du mot, de la phrase, du discours et finalement des idées du politique.

C’est pourquoi la Révolution « Restricta », inspirée de la caméra, est en passe de s’imposer. Un politique sera-t-il sur le point de nous dire qu’il s’oppose à l’alourdissement de l’impôt : un logiciel ira chercher si cela a déjà été dit. Si oui, le micro dans lequel l’homme politique s’exprime s’éteindra, gommant une énième redite et nous évitant le supplice des répétitions contentes d’elles-mêmes. Un chef d’entreprise évoquant des résultats « au-delà de toutes espérances » se verra couper le sifflet. Un syndicaliste annonçant que « la lutte continuera » sera obligé de trouver quelque chose d’autre à dire.

Quel bénéfice considérable, quelle économie fantastique ! Tous ces mots que les répétitions ont épuisés ne seront plus dits en pure perte. Les hommes politiques seront contraints à des discours nouveaux, solides, originaux. Faute de quoi, le Logiciel "Restricta" sera fatal à tous ceux qui se vautreront dans la répétition : constatant l’obstination du discoureur, il procédera à son élimination comme la Camera Restricta procède à la destruction de l’appareil photographique.

Naissance des cibles

 

« Aujourd’hui » est le temps de la différence. On ne « s’inscrit » plus dans le long terme. On ne marque plus son territoire en pissant sur les arbres et les rochers. Et pourtant, il faut s’identifier, c’est-à-dire se rapporter à une « Identité » et y adhérer. D’où le succès du réflexe identitaire.

On en connait des manifestations bruyantes : techno-parades, Gay pride ou défilé de la Montagne à Paris. On en connait de plus silencieuses : la burqa, les épingles à nourrice dans les narines, le kilt breton, la Kipa. A cet ensemble hétéroclite, il manque des lieux où planter son identité. Une identité sans territoire, c’est un rêve fumeux : il faut pouvoir s’ébattre entre « identiques ». C’est ainsi que des territoires identitaires émergent.

Avant « Aujourd’hui » certains se contentaient des lieux de prière. Aujourd’hui, notre « saint aujourd’hui », nous dit qu’il n’y a pas que Dieu dans l’existence. Naissent alors les « bars identitaires » où seuls la djellaba et la burqa seront tolérés. Des parcs à naturistes seront bientôt ouverts dans les grandes villes. Et aussi des pizzerias pour femmes (dont seront exclus les pizzaiolos…). Ne parlons pas des lieux pour vieux… ceux-là prennent une place croissante : on met des bancs publics un peu partout. Progressivement, les lieux pour tout le monde vont disparaître et le monde se transformera en un patchwork d’identités

Dans un « Aujourd’hui-futur » vous serez identifiable d’un seul coup d’œil. On pourra tirer sans se tromper.

On est premier

 

Je déteste le French-bashing, celui que les Anglo-saxons adorent. Je le déteste encore plus quand il vient des Français eux-mêmes. Pourtant, au nom de cette maxime  « si on s’appuie sur des principes, ils finissent toujours par céder », je vais céder à la tentation. Socrate dissertant sur la nature de la souffrance et du plaisir, observait : quand on commence à se gratter on en tire un certain plaisir, si on continue vient la souffrance. A ce jeu, je me sens Socrate. Il y a pire.

Ces excuses étant proférées, il faut attaquer le vif du sujet : La France n’est pas à la traine, la France sait être parmi les premiers et si la France ne parvient pas à défendre sa place dans les domaines d’excellence, elle sait mener la course en tête dans de nombreux autres domaines, les domaines d’insuffisance par exemple.  

La France fume des millions de cigarettes et elle est première en Europe dans cette activité. Une étude récente montre que, sur ce point au moins, le french bashing est légitime : les Anglais sont les premiers non-fumeurs, alors que les Français sont les derniers. Les Français fument plus que tous les autres. Or, fumer c’est mauvais pour la santé.

Rapport à la fumée : j’ai entendu des complotistes murmurer que les volcans d’Auvergne n’étaient pas éteints. J’ai entendu de mauvais esprits (Français) expliquer qu’il n’est pas vrai que les Anglais achètent moins de paquets de cigarettes. La réalité est qu’ils ne les achètent plus en Angleterre mais en France. Comme le vin et les alcools. Et qu’ils en fument une partie sur place. Mais les statisticiens Anglais n’ont pas poursuivi leur enquête jusque-là. Résultat ? les statistiques françaises seraient détériorées et les anglaises améliorées. Du classique de chez classique pour ce qui concerne les Anglais.

Oui, mais voilà, il se trouve que les voitures françaises « diesel » fument beaucoup elles aussi. Beaucoup plus que les autres voitures européennes. Avant, quand l’Allemagne de l’Est est arrivée en Europe, les voitures françaises étaient surperformées par les Trabant ! Aujourd’hui, les études « in vivo » à partir des déjections mêmes des moteurs diesel sont concluantes : la couronne de l’émission de fumées nocives revient aux Français. Répliquer en soutenant que les Anglais diesélisent moins parce qu’ils le font en France quand ils vont passer leurs vacances en Espagne ne serait pas pertinent.

La France détiendrait le pompon au titre des fumées, fumerolles et autres fumisteries jusqu’au plus haut niveau de l’Etat ! La preuve ? La France a été honorée d’un «Homme d’Etat de l’année» attribué à notre François pour 2016. Autrefois, on aurait dit que cette information était fumante. Aujourd’hui, elle est glaçante ! Est-il rassurant que David Cameron ait été son prédécesseur : on dit qu’il avait un peu trop « fumé » lorsqu’il s’est embrouillé dans le Brexit.

Rassurant ? Pas trop ! Les études les plus sérieuses montrent que les Français sont, là aussi, les premiers en Europe.

Etes-vous glaçant ou cinglant?

 

Autrefois, le vocabulaire journalistique se piquait d’une certaine richesse littéraire. On n’interpellait qu’avec prudence car « il faut savoir raison garder ». On savait où se trouvaient les vraies valeurs, car "il n’est de richesse que d’homme". Quand on ne savait plus que dire devant des choses vraiment terribles, on y allait franchement : l’horreur était « indicible », la violence des propos laissait « sans voix » etc. les appels à la solidarité étaient « inaudibles ».

Maintenant que la presse doit rivaliser avec les « Walking deads » et les « Serial and sexual killers », elle cherche les images fortes. Celles qui font trembler.

C’est ainsi que les commentaires sont devenus « cinglants ». Par exemple, Emily Ratajkowski met les points sur les «i» ! …dans Glamour US … le top de 25 ans rédige un essai féministe cinglant. Ce n’est rien à côté des Françaises de l'équipe de France de basket fauteuil qui ont connu un nouveau revers cinglant contre la Chine (59-39). Montons d’un cran et retrouvons Mélenchon. Celui-ci lance ce tweet cinglant après la démission de Macron : « Hollande ne produit que des monstres". Nous n’oublierons pas la réplique cinglante de Manuel Valls aux élus ...

On en vient à se demander d’où pareil mot peut venir. On hésite entre marine à voile et claquement des fouets. Si on écrivait « singler » comme on l'a toujours fait jusqu’au XVIème siècle, les bateaux singleraient et les commentaires seraient cinglants. On ne pourrait plus se tromper.

Pareille accumulation devrait prêter à rire si la fièvre journalistique n’était pas tombée en dessous de zéro défiant au passage le prétendu réchauffement climatique. « Comment êtes-vous entrée dans la peau de ce personnage à la fois attachant et glaçant… » interrogeait un journaliste. Un peu plus tard, un autre relevait un propos : « il était calme, menaçant et glaçant. On le sentait capable de passer à l'acte ».

On relevait aussi qu’on avait produit un Teaser glaçant pour la nouvelle série Channel Zero et que HRW publiait un rapport glaçant sur le Soudan (pourtant frappé par des températures très élevées). L’effondrement de la température journalistique allait jusqu’en Allemagne où « le quotidien glaçant d'Heinrich Himmler » était exhumé.

Faut-il s’étonner qu’un journaliste ait divulgué cette information glaçante au sujet de Phoenix (Arizona) : la température y est montée au-dessus de 45,5 degrés Celsius au cours de l’été. On attend pour les jours prochains, une réponse cinglante.

Ne cherchez pas: les gens qui cinglent ne sont pas tous des cinglés et les gens qui glacent ne sont pas en sucre.

Vous qui demeurez attachés à cette formule simple : « l’eau du pôle nord est glacée et les blizzards qui y soufflent sont glaçants », gardez-la au fond de votre mémoire. De nouvelles menaces sont sur le point d’éclater. J’ai aperçu dans le lointain des expressions qui s’élançaient : les commentaires pleins de fiel seront bientôt "grinçants" et les journalistes de plus en plus "crispants".

Tout est à l’envers

Tout est à l’envers. On signale, ici et là, des désertions de britanniques à la nage, en bateau ou même en avion (mais en passant par les Etats-Unis pour ne pas attirer l’attention). Autrefois, patrie des audacieux, l’Angleterre est devenue un repoussoir.  

Tout est vraiment à l’envers : autrefois, un pays victime de la fraude fiscale des entreprises, quelles que soient leurs nationalités, aurait réagi vigoureusement. Il aurait dénoncé les fraudeurs et les aurait condamnés à de justes amendes en sus du remboursement des impôts non payés. Aujourd’hui, c’est tout l’inverse. Apple a été reconnu coupable d’une gigantesque fraude fiscale à l’encontre de l’Irlande portant sur quinze milliards d’Euros, 7% du PIB. L’Irlande conteste ! Elle ne vient pas dire qu’Apple lui doit davantage que ces quinze malheureux petits milliards ! Elle proteste de la parfaite honnêteté d’Apple. « Ils ne nous doivent rien » dit L’Irlande.

Tout est de plus en plus à l’envers : autrefois, une armée de vendeuses attendaient les clients dans les boutiques, sur les marchés, dans les centres commerciaux, aujourd’hui, les clients attendent qu’une armée de cyclistes leur apportent leurs achats.

Plus rien n’est à l’endroit : Vous n’utilisez pas votre voiture ou votre perceuse ? Louez-les. Votre vaisselle de mariage. Idem. Le temps qui n’est pas rentabilisé est du temps gâché. Et même le temps libre, objet de toutes les luttes sociales ! Vous n’avez rien à faire ? Au moins, cliquez sur la pub ! Votre femme a du temps libre…


Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion et Le retour de l'Empire allemand. 

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@orange.fr