Décembre 14

Articles parus ce mois


- Allemagne, bancale, un équilibre instable

- Du feu dans les cheminées

Allemagne, bancale, un équilibre instable

L'Allemagne récolterait donc maintenant le double effort qu'elle a mené sur elle-même, effort sur l'organisation du travail et celle du non-travail, d'une part, effort, d'autre part, sur les dépenses exposées pour le "confort de la société", éducation, santé, infrastructures routières etc. Pourtant....

Le bunker est installé sur du sable!

Si on veut vraiment descendre dans les tréfonds, un peu plus bas que la cave, vers les quelques tonnes de béton qu'on a insufflé pour que le bunker tienne bien, on devrait s'inquiéter: ce rééquilibrage fait plus bidouille qu'efforts créatifs. Si on prend la régression du chômage tel que comptabilisé dans les statistiques allemandes, on invoquera, si on est optimiste, la bonne gestion des dépenses "sociales", le retour au travail des paresseux (il y en aurait même en Allemagne) et la croissance allemande; si on est pessimiste, on dira qu'il n'est pas bien difficile de réduire les dépenses relatives au chômage des jeunes par exemple quand on sait qu'en matière de jeunes, l'Allemagne est plutôt en fort déclin ... Pour en savoir plus, il faut consulter Huffington Post.

 

La baisse des prix du pétrole est-elle déflationniste ?

La déflation, est-elle devenue la nouvelle hydre ? Quand on se pique d’histoire économique, quand on veut parler des monstruosités en matière de prix, en matière de monnaie, en matière de marché, on a un choix abondant : l’horreur de la spéculation sur la Tulipe, l’abomination des assignats et la destruction massive des classes moyennes allemandes par l’hyperinflation. On sait dire combien de malheureux ont payé de leur vie l’inflation du prix du blé, de la farine et même des brioches. Les argentins savent ce que production monétaire veut dire et comment les prix valsent.

La valse des étiquettes…

En fait, dans l’esprit du public les étiquettes, ne valsent que dans un sens, celui de la montée. Les prix ne peuvent s’exclamer : «  l’ai-je bien descendu ?» ou bien c’est tellement rare qu’on préfère ne pas le mentionner. Ou c’est tellement catastrophique qu’on préfère l’oublier.

Les prix qui se cassent la figure sont souvent ceux des actions. Pour le coup, ces prix-là, on a le sentiment qu’ils ne descendent pas, ils dégringolent, ils s’effondrent selon que l’on est un gros porteur de valeurs mobilières ou non. « C’est la bourse, monsieur ! » qui est incapable de s’arrêter à la vraie valeur des choses. C’est la bourse qui fait tomber les prix des actions après les avoir portées aux nues. Et puis, ce sont les bourses de matières premières qui jouent avec les malheurs des anciens pays en voie de développement et de la veuve de Carpentras. Les premiers parce que le cacao s’effondre, la seconde parce que l’or a divisé son cours par deux. Les prix qui baissent seraient donc des débuts de catastrophes économiques ?

Pour tout savoir, il faut lire les Echos.fr

Humeurs 80 : Du feu dans les cheminées

J’ai beaucoup aimé le «coup de gueule» de Ségolène, il y a quelques jours, dans ’affaire des «feux de cheminées». Passons sur les imprécisions de langage qui ont pu occulter la vigueur du message.

Il ne s’agissait pas de défendre le droit à faire des «feux de cheminée». Ceux qui rêvaient à un Président chantant depuis les hauteurs de l’Elysée sur Paris brûlant en seront pour leurs frais. Et les germanolâtres, même les plus nostalgiques, n’entendront pas résonner la terrible question : «Paris brûle-t-il» ? La ministre de l’environnement entendait tout bonnement protéger la tradition « du feu DANS la cheminée » à qui un fonctionnaire borné voulait donner le coup de grâce. La ministre s’est interposée avec courage. On pourra faire encore de belles flambées dans les immeubles parisiens et, pour Noël, cuir des brochettes dans les cheminées, faire griller le faisan d’élevage flingué lors d’un lâcher solognot ou le cuissot du chevreuil que le cousin Arthur a rapporté des forêts vosgiennes. Il y aura aussi des moutons à la broche: en France, l’intégration n’est pas une blague.

Une bonne flambée dans la cheminée, c’est une occasion de mettre grand-père dans le cantou et, quand il est bien sec, de l’ajouter à la flambée.  Une bonne flambée, c’est l’occasion de méditer sur les mérites de l’oxyde de carbone: technique moins brutale que de pousser grand-père dans les braises. C’est aussi retrouver les grands hommes à leur dernier moment: grâce à la ministre, la mort de Zola sera rendue accessible à tous. Une bonne flambée dans la cheminée, pour les enfants, c’est l’annonce de joies surprises, les voitures de pompiers qui hurlent dans la ville et éclaboussent les rues de mille éclats de couleur bleu et rouge et blanche aussi.

Mais aussi, une bonne flambée, c’est l’annonce de programmes politiques comme on les aime ces derniers temps : La ministre de l’environnement alliée à la mairesse de Paris: d’un côté la promotion des particules naturelles, les fumées qui viennent du bois (naturel) qui se consume (comme depuis la nuit des temps, dans les cavernes) contre, de l’autre côté, le diesel et ses particules (pas naturelles), résidus de combustion qui sortent des moteurs ( et pas des cavernes) pour aller se nicher dans les poumons et provoquer des cancers. Justement, Moi-Président réfléchit à la fin de vie. Entre cancer et oxyde de carbone, le second serait moins coûteux pour la sécurité sociale!

C’est dit: «Rien de tel qu’une bonne flambée».

Cette question étant réglée, il faut s’attaquer à l’explosion des vols de poussettes-cannes. L’enjeu est grave et national. Il pourrait même prendre une dimension internationale : certains germanophobes accusent l’Allemagne de commanditer ces vols. Pour faire face à la dénatalité, ses dirigeants voudraient distribuer les poussettes dans les foyers allemands. Ainsi, donneraient-ils envie aux jeunes Allemands de faire comme les jeunes Français: pousser des poussettes.

Après les vols de poussettes, les vols d’enfants, peut-être? Agissez madame la Ministre, il est encore temps !


Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com