Soliloque sur le Vaste Monde, Décembre 2019

- Name and Shame

- La charge héroïque contre les bicyclettes électriques

- Les nouvelles polices

- Il fait bon vivre à la SNCF en quelques chiffres

- Le mauvais regard

Name and Shame

« Name and shame… » encore une de ces merveilleuses idées qui nous viennent de l’Amérique. Il faudra l’ajouter à « fire and forget », « shoot’em up », « so far so good”… and so forth”!*

 

Avant, nous avions nos citations latines préférées dont une que j’appréciais par-dessus tout parce qu’elle m’évitait beaucoup de choses qui m’ennuyaient : passer l’aspirateur, ou ranger mon bureau, ou balancer à la poubelle toutes les éditions du Monde que je n’avais pas lues. C’était l’ineffable « de minimis non curat Praetor »**.

 

Mais ça c’est fini. Lorsque vous esquissez un « in medio stat virtus » vos interlocuteurs vous font vite comprendre que vous êtes encore dans le monde ancien où paissaient paisiblement les derniers diplodocus.

 

Définitivement, l’Amérique a gagné ses galons de fournisseur de pensées universelles et, par conséquent, de langage pour tous. Avec le langage, elle nous a refilé des locutions que nos journalistes reprennent avec volupté, roulant leurs langues autour d’accentuations qu’ils veulent « grosse pomme » s’ils sont un peu ploucs ou très « frisco » s’ils ont poussé un peu plus loin à l’Ouest.

 

Inconsciemment, pour pouvoir user le plus souvent de tournures nouvelles et riches en émotions, nouvelles elles aussi, ils en viennent à considérer que grâce à une maîtrise approximative de leur américain de cuisine, ces tournures nous disent des vérités toujours bonnes à dire.

 

Revenons à « name and shame » qui est la version « soft » de « shoot’em up*** », (ça y est je m’y mets moi aussi) mon sujet initial auquel je pensais en pensant à ce bon Monsieur Delevoye.

 

Name : je viens de le faire.

 

Shame : Ici j’ai été précédé par la meute habituelle des « honnêtes gens ». Chez Prévert, « ils font la chasse à l’enfant ». En 2019, ils font la chasse à tout le monde. Prévert rappelait « pour chasser l’enfant, pas besoin de permis, tous les braves gens s’y sont mis ». Il anticipait, comme tous les poètes : pour injurier sur tweeter, là aussi, pas besoin de permis.

 

Mais, au fait, pourquoi « name » Delevoye particulièrement et en conclure que « Shame on lui ». Pourquoi pas “Shame » sur les autres » ? Ne pourrait-on pas essayez de « name » une ou deux autres personnes pour « shame on’em » ?

 

Par exemple. On va dire que Delevoye était trop bourré de boulot et s’oubliait lui-même. Catholique fervent, il lui arrivait de ne plus plier devant le Seigneur alors que tombait l’injonction « flectamus genua****».

 

« So what ? ***** » comme disent les gens qui ont poussé jusqu’à Austin (Texas). Eh bien, en France, il y avait (il existerait toujours) un type dont la mission était de penser à ces petites obligations secondaires : le patron de la Haute autorité devant laquelle on doit décliner ses noms, prénoms, fonction etc. Toutes choses que Delevoye connaissait comme sa poche mais que sa modestie occultait.

 

Il y avait donc quelqu’un qui aurait dû s’écrier « curo ******» : « I take care » (en américain, pour ceux qui sont allés jusqu’à Detroit)

 

Name : Jean-Louis Nadal.

Shame : Toute sa vie durant il a été Praetor!

 

Peut-être a-t-il pensé que tout ça, tous les titres de Delevoye, c’était « minimum », voire comique, celui à la fondation SNCF par exemple. Du coup, il en aurait conclu « non curo ».

Eh bien, moi, je « Name » Nadal et je dis « Shame! » .

 

 

Lexique

 

Ce petit texte comporte de nombreuses expressions en langue étrangère. La transparence nous imposait donc de le rendre le plus proche possible de tout un chacun. Aussi a-t-on proposé ci-dessous la translation de certains mots dans les langues qui nous sont familières.

 

* So forth. En latin : et caetera ; en français, on dit : etc.

 

** De minimis non curat praetor : en latin : l’autorité (le juge, le préfet, le commissaire de police, le responsable de la 3ème centurie chargée de l’ordre public dans Rome) ne se soucie pas des choses sans intérêt. En Americain: « People in charge do not deal with non-profitable business »

*** shoot’em up : sorte de jeu vidéo subventionné par la NRA, où le job c'est de flinguer tout ce qui bouge. 

**** flectamus genua: Injonction forte de l’Eglise Catholique. "Fléchissez le genou " (en général suivi de « levate », "levez-vous", et ainsi de suite, une cinquantaine de fois. C’est un exercice physique destiné à élever l’âme. Intraduisible en américain : on dit que lorsque les américains tombent sur  le mot « âme », ils s’écrient « graecum est, non legitur » (c’est du français, on n’y comprend rien)

***** So what : cette expression fait hyper américain. Même les types qui ont fait leurs études à Heidelberg l’utilisent. C’est l’équivalent du « Et alors ? » français dont la vie sémantique démarre dès l’école primaire.

 

****** Curo :  S’intéresser, s’occuper, soigner. Première conjugaison ; première personne du présent de curare. (rien à voir avec le poison)

 

Il fait bon vivre à la SNCF en quelques chiffres

 

L'entreprise

 

Recettes annuelles : 9 milliards d'euros

Budget annuel : 18 milliards d'euros

Subvention annuelle de l'état : 12 milliards d'euros soit un Crédit Lyonnais tous les deux ans avec nos impôts !

 

Financement des retraites : 14 milliards toujours avec nos impôts

Dette à financer : 2 milliards (SNCF +RFF, l'équivalent du CDR au Lyonnais)

 

Situation financière d'un conducteur de TGV

 

Salaire : de 2 200 euros net en début de carrière (2 smic) a 3 200 € (4 880 € net conducteur TGV) en fin de carrière. Plus :

 

prime de fin d'année,

prime de travail (restons calme) Prime de travail mais ????,

prime de parcours,

prime de TGV,

prime de charbon (vous lisez bien),

gratification de vacances (restons calme),

gratification annuelle d'exploitation,

indemnités pour heures supplémentaires,

allocation de déplacements (non imposable) etc.

 

Pour un conducteur TGV de 40 ans, le salaire net annuel toutes primes et avantages confondus s'élève à 75 000 € (source Vie du rail 2002) (là vous pleurez !!!)

 

Conditions de travail

 

Horaire de travail : 25 heures par semaine (vive les 35 heures).

 

Retraite à 52 ans pour les conducteurs et 57 ans pour les autres (quand la France entière doit travailler jusqu'à 60 ans + parfois !)

 

Soins : gratuits (sur leur temps de travail) auprès d'un des 15.900 établissements de soins agréés où ils sont couverts à.. 100 %

 

Autres petits avantages

 

Gratuité des transports pour les agents et leur famille,

 

C.E. très généreux,

ET L'EMPLOI A VIE...

 

 

Pour les sédentaires qui n'avaient droit à aucune prime, la SNCF leur a créé la "prime d'absence de prime" !!!

 

 

Le mauvais regard

Ceux qui, comme moi, sont pendus aux nouvelles de Tweeter et autres messageries porteuses du pessimisme ambiant, savent ce qui se passe lorsqu’un « mauvais regard » traîne quelque part. Il suffit, dans une banlieue, dans une rame de métro parisien (plutôt nord-sud) ou dans un wagon de RER qui se déplace vers le Grand-Paris nord, d’un de ces regards, qui, lâché imprudemment ou, pire, à dessein, s’accroche à une sensibilité encapuchonnée, pour que le drame éclate.

« Il m’a lancé un mauvais regard » c’est ce que clamera la victime de ce forfait aux enquêteurs de police. On parle ici de ce qu’il s’efforcera d’expliquer sur sa défense légitime. En effet, le coupable, femme ou homme au sale regard a été défoncé par une meute enragée. Le pronostic vital est engagé. Parfois, c’est trop tard pour un pronostic, c’est un constat qu’il faut faire; de décès, hélas !

La question, bien entendu, sera de savoir si les actes de défense légitime étaient proportionnés à la brutalité de ce regard mauvais. Mais, peu importe! Puisque ce regard était mauvais. Un coupable qui a tué avec un couteau n’est pas moins coupable que celui qui a tué avec un revolver. Un regard mauvais, c’est mauvais. Point n’est besoin d’en débattre.

Laissons les transports en commun français et leurs version extrémiste, les transports parisiens. Reportons-nous de l’autre côté de la terre. En Chine. Et observons les voies et les moyens de la lutte contre les mauvais regards. Car, les Chinois n’ont pas les yeux si bridés que leurs regards le soient : ils peuvent se laisser aller à de mauvais regards. Les pouvoirs publics y sont sensibles qui en connaissent les conséquences et savent bien que leur ampleur et leur gravité sont à la mesure de l’immensité de la population locale.

Les Chinois ont décidé de s’attaquer à la racine du mal. De même qu’ils ont entrepris, pour lutter contre les violences faites aux femmes, d’installer des bracelets électroniques sur les poignets des hommes, de même ont-ils pris la décision de soumettre le regard des citoyens à un système de qualification intégré dans tout smartphone.

L’usage des smartphones a submergé la société chinoise en l’espace d’une dizaine d’années. Pour des raisons qu’on va exposer, tout smartphone utilisé en Chine doit être doté d’un algorithme de reconnaissance faciale. Donc, pour dire les choses simplement : vous allumez votre smartphone ? Il ne se passe rien, si ce n’est que l’écran va afficher une de ces sentences qui jalonnent la conscience des Chinois comme les cailloux blancs le chemin du petit poucet. Par exemple : « L’œil, porte entrouverte. Le regard s’enfuit ».(1)

Une fois affichée la sentence, vous serez invité à regarder le smartphone dans le blanc de ses yeux, sans mettre dans votre regard autre chose que de la pureté tant il est vrai que « Si les sources sont pures, leur jaillissement ne donne pas de l’eau trouble ».(2)

Alors, le smartphone vous reconnaîtra facialement. En revanche, vous laisseriez-vous aller à un regard mauvais, il se refuserait à vous, comme, au chasseur, la gazelle farouche et, au pêcheur, le poisson craintif. Il vous faudrait recommencer votre tentative et, pour ce faire, introduire dans vos pensées de quoi repousser la méchanceté de votre regard.

Au troisième essai, votre smartphone serait simlocké. Un message s’afficherait portant l’adresse du commissariat de police le plus proche et indiquant que vous êtes attendu à la suite du signalement transmis par votre smartphone. Ainsi, en Chine, les pires conséquences des mauvais regards ne seront pas les plus sûres, à l'inverse des banlieues franciliennes.

Mieux encore, reconnaissons-là, un moyen humain de rendre au regard sa fonction profonde ; le sage n’a-t-il pas dit que « les yeux sont les fenêtres de l’âme».(3)

 

(1) Laeu Tso: 31ème pensée
(2 ) Laeu Tso: 103 ème pensée
(3) Proverbe français

La charge héroïque contre les bicyclettes électriques

Les groupuscules « agitateurs de conscience » se multiplient sur le thème de « la planète qui souffre », de « il faut faire quelque chose et vite, parce qu’au rythme où tout va, on sera tous bientôt complètement lyophilisés ».

 

Un groupe a fait son apparition dans la « réchaudsphère » dont le nom serait « extinction generation ». C’est un nom un peu comme deliveroo, metoo, newbank, googoo. Quand on est dans la modernité, on doit faire amerloque, comme on a des CEO, des Partners, des targets et tout ça.

Toujours d’après mes informateurs, ce groupe sévit partout où il faut faire régner un ordre bafoué. Dans leur cas, ils ont choisi "l’ordre naturel" Dans l’esprit d’un homme classique, « l’ordre naturel » est un truc qui n’est pas entouré de bonnes ondes mais plutôt par des barbelés. Mais ça, c’est la preuve qu’on est un boomer (cf « Ok.Boomer ») et qu’on ne mérite que des points Godwin. (1)

Or, donc, lorsque l’ordre naturel est bafoué (je ne me livrerai pas à l’énonciation de toutes les bafouades possibles, ce serait trop long) les membres de la secte « extinction generation » se déchaînent dans une lutte finale d’enfer, genre « grande grève du jeudi noir » quand Ratepeu et Essehene-sesfesses se sont associés pour que les Français n’aient pas à se déplacer.

Evidemment, se mettre en travers des rails pour empêcher les trains de passer, (Le Tien an Men ferroviaire dont rêve Martinez ), aurait été parfaitement imbécile. De même, empêcher les tourniquets du métro de mouliner des tickets de métro aurait été aussi nul. Se précipiter aux urgences avec un afghan en colère et le lâcher dans les couloirs de l’hôpital n’aurait pas été plus malin. Plus rien n’est vraiment urgent : les urgences sont en grève.

Or, donc, pourtant, c’était certain, il y avait des atteintes à l’ordre naturel dont le bel ordonnancement demeurait bafoué malgré les manif, malgré les gilets jaunes, malgré les black boxes. Extinction Generation a montré sa maturité dans ce moment de grands défis : c’est dit, ils ne sont pas qu’une bande de brêles, un peu trop nutellisées et trop vite sevrées de la présence chaleureuse de Sophie la girafe. Ils ont su prendre des décisions appropriées : ils ont attaqués des troupeaux de bicyclettes électriques.

Ouais ! (Comme je dis. Et pas « wahoo !!! »). Lancer une attaque d’envergure, frontale et multi-cités, contre les troupeaux de bicyclettes électriques qui paissent paresseusement sur les trottoirs entre motos fumantes et scooters puants était audacieux. Portant leurs charges dans trois cités de taille nationale en même temps, ils ont démontré une impressionnante compétence logistique. En s’attaquant par un petit matin un peu frais aux bicyclettes de Paris, Bordeaux et Lyon, ils ont montré une coordination rare (tranchant avec le côté bordélique des gilets jaunes).

Et le résultat… mieux que les chasseurs de je ne sais plus quel coin qui ont flingué plus d’une centaine de sangliers dans un délire de massacre animal, ils ont mis hors d’usage des milliers de bicyclettes. Une fois leur acte guerrier achevé, ils sont allés se cacher pour profiter de quelque chose de rigolo : voir la tête des gars qui pensaient pouvoir se déplacer malgré les grévistes des transports en commun. Leurs tronches désolées étaient à pleurer de rire.

Bientôt pour remettre « l’ordre naturel » dans le bon sens, ils s’associeront avec les Vegans et, coupant l’herbe sous les pieds des bouchers, ils supprimeront les vaches comme ils ont éliminé les bicyclettes électriques !
 

Les nouvelles polices

La police, dans les pays démocratiques s’entend, protège les citoyens contre les atteintes aux personnes, aux biens et même aux idées. Ce noble objectif répond à une des fonctions du souverain. L’Etat démocratique n’est pas là pour opprimer (même les imbéciles ne sauraient être maltraités) et sa police n’est pas là pour réprimer. L’un fonde sa légitimité sur les libertés publiques et privées, l’autre est déployée pour que cette légitimité ne soit pas qu’un vœu pieux.

 

La police qui se déploie met en œuvre les principes énoncés plus haut.

 

Pourtant, ce qu’on vient d’énoncer est très « général ». Trop peut-être ? Le mot « liberté » comme le mot « justice » comme le mot « police » sont de très beaux mots mais ils deviennent des maux lorsqu’il n’y en a pas assez mais aussi quand il y en a trop.

 

Allons au cœur du problème directement : trop de justice dit-on, avec raison, tue la justice. Trop de liberté, tue tout aussi net, la liberté. Pour compléter ces quelques évidences, on dira que trop de police tue la police.

 

Ne pensez pas un instant que ce massacre s’entende au sens primaire des mots. On veut dire simplement que les solutions générales ne valent pas pour les problèmes particuliers et que le « trop » qu’on évoquait plus haut adresse la question de l’inadaptation de l’application générale de principes généraux à des soucis particuliers.

 

Un exemple, pour montrer que le général ne va pas avec le particulier : peut-on mobiliser la justice pour des litiges infinitésimaux ? Cette question est porteuse de grands risques ! 1) si on répond « non » on condamne la justice à ne traiter que de grands litiges. Or, les litiges grands naissent entre des personnes qui en ont les moyens, donc les riches. Donc la justice devient une justice de classe (vade retro…) 2) si on répond « oui », on condamne la justice qui croulera sous le poids des requêtes au nom des humbles, ceux des petits litiges, qui sont numériquement nombreux bien qu’infinitésimaux sur le plan capitalistique.

 

Ce qu’on aborde ici, c’est ce qu’en logique des réseaux et d’internet on nomme le « déni de service » : pour tuer la proposition d’un service, il faut et il suffit de le saturer de demandes … de services. C’est l’équivalent de la meute des justiciables qui déferle sur le tribunal pour en appeler à sa justice. Le système explose, les foules incendient le tribunal et massacrent les juges…

 

Donc, la justice ne peut pas à la fois énoncer le principe de la « justice pour tous » et l’appliquer. Ce qui vaut pour la Justice, on ne s’étonnera pas que cela vaille pour la police. Une police pour tous, c’est-à-dire une police qui protège les personnes et les biens contre le risque de trébucher sur une plaque d’égout mal équarrie en même temps qu’elle prétend traiter du cas dramatique de tous les hystériques qui font « loulou babar », un couteau à la main, cette police n’existe pas.

 

Il faut en vérité adapter la police aux besoins particuliers de la population. Besoins dont on ne s’étonnera pas qu’ils sont nouveaux et, c’est bien là une difficulté supplémentaire, pas toujours connue des victimes elles-mêmes !!!

 

Eh bien ! J’ai le plaisir de livrer ci-après, quelques exemples de ces nouvelles polices qui vont à la fois nous permettre de compléter les services des anciennes et nous protéger contre des risques et des désordres nouveaux que nous ne connaissons pas toujours.


 

La Chine est en passe de lancer la première crypto-monnaie souveraine. Un livre qu'il ne faut pas manquer. Pour l'obtenir, il faut suivre ce lien.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com