Soliloque sur le Vaste Monde, Décembre 2022

Les petits pains sont toujours placés à gauche

Il y a bien longtemps, j’avais été « chassé » pour le compte d’une banque américaine. Ses dirigeants cherchaient le patron de leur succursale parisienne. Je cochais les bonnes cases. Mon CV les intéressait malgré une case manquante : je n’avais jamais fichu les pieds aux Etats-Unis. Je fus convié à New-york, où se trouvait le « Head quarter ». Ce recrutement était d’importance : un déjeuner était prévu avec la direction générale, cinq personnes parfaitement à leur place dans un cadre somptueux d’acajou, de cuivre et de gigantesques surfaces vitrées. A table, un service tout en argenterie anglaise. Des waiters à chaine en argent et queues de pie pour assurer le service. On me tendit la carte des plats. Premier étonnement : ce n’était pas simplement pour me tenir informé, c’était pour me proposer de choisir. Deuxième étonnement : au menu, des hamburgers, toutes sortes de Hamburgers, à la viande de bœuf, de cochon, de mouton, sans viande, avec du fromage italien, français, américain…. Troisième étonnement : une fois choisi et servi, il me fallut déguster mon hamburger avec les doigts, délaissant les merveilleux couverts en argent et vermeil.

En définitive, je me débrouillais tant bien que mal, rassemblant mes souvenirs de déjeuners de campagne « sur le pouce ». Finalement, je ne fus pas retenu. Tant mieux, car, quelques années plus tard, la banque en question fut obligée de vendre son argenterie à l’encan.

Tout ce long récit pour dire que j’aurais mieux fait de me renseigner sur les habitudes à table de nos amis américains. Quand décide-t-on de manger avec les doigts, que dire en face d’un menu où ne se trouvent à choisir que des hamburgers, quelle réaction quand la seule boisson est du coca-cola etc.

Or, il y a peu, une de mes amies, directrice de la maison d’édition « Les Routes de la Soie », m’appela pour le sujet suivant : elle allait publier un ouvrage sur le thème : « Maitriser la culture chinoise des affaires…. » Sous-entendu « pour ne pas provoquer des réactions négatives fatalement nocives à toute négociation, qu’elle soit « for profit » ou « profitless ». Son auteure, Quingshun Zou, Chinoise de Chine, mais Suisse d’activité, avait vécu ces situations où l’impression de bien faire d’un européen n’évite pas, voire provoque des erreurs psychologiques graves. Dans ce livre, elle met à profit son expérience des relations entre pays occidentaux et Chine, entre ressortissants des deux zones culturelles, si différentes les unes des autres. Elle insiste sur la nécessité, pour bien communiquer avec les Chinois, de faire un effort de connaissance de la Chine, de sa diversité, de sa culture et des traditions extrêmement variées qui en font un monde à part.

Mon amie, voulait une préface. Elle savait mon intérêt pour la Chine (elle avait publié un premier livre sur le Crypto-yuan bientôt suivi par un second). Nous avions souvent discuté sur la question des échanges entre cultures radicalement étrangères les unes aux autres. Nous nous étions étonnés réciproquement sur les effets délétères des manquements aux « usages ».

Même entre européens, des catastrophes relationnelles peuvent jaillir d’un comportement apparemment anodin. Je me souvins de ce dîner très formel, organisé pour honorer un spécialiste autrichien ( de je ne sais plus quoi) lequel, à peine assis aux côtés de la maitresse de maison, s’emparait du petit pain à sa main gauche, attirait le beurrier vers lui et, saisissant son couteau, sans autre forme de procès, se confectionnait une belle tartine de beurre, vite engloutie avec un air de contentement parfait.

40 années plus tard, les convives s’en souvenaient encore.

D’où, il faut insister, tout l’intérêt de se plonger dans le livre de Quingshun Zou

 

L’individu anonyme dans la foule solitaire

 

 

 

 

Il m’arrive de regarder la télévision. Sans conviction. Sans illusion. L’effondrement de la culture de l’information et la perte totale d’esprit critique de tous ceux qui sont censés chercher et diffuser l’information ont conduit à des inconséquences doublées de bêlements moutonniers.

Et la dernière fois, n’a pas fait mentir les précédentes. Tout le monde connait cette merveille de l’anonymisation qui consiste à cagouler le suspect d’un crime au nom du respect de la présomption d’innocence. Et aussi, par ce moyen juridique, on protégerait le présumé innocent contre les risques de vengeances (toujours aveugles) auxquels pourraient se livrer les parents, père, mère, frères et sœurs de(s) la victime(s).

Ainsi, le présumé innocent est-il autant anonymisé que le réel coupable. Il est encagoulé comme le braqueur de base, il est rendu invisible comme le plastiqueur de résidences secondaires, on ne voit plus que ses yeux, sa bouche et son nez, exactement comme les « divers » qui vont s’en prendre aux vitrines de la rue de la Paix.

Cette technique est d’autant plus efficace que l’anonymisation est pratiquée pour déresponsabiliser. J’ai dans la tête un récent morceau de gloire du journalisme d’investigation : les journalistes vont interroger des contrôleurs de la SNCF. Ils sont sur le terrain, proche de l’évènement qui se crée. Ils acceptent donc que l’interview se déroule selon les conditions des contrôleurs. Première condition : être anonymisé, via la traditionnelle cagoule virtuelle, le floutage, celle des braqueurs, des violeurs et des tueurs. Deuxième condition : la voix doit être filtrée et transformée. Pourquoi ces gens qui veulent parler de leurs revendications, éprouvent-ils un intense besoin d’anonymat? Que le violeur de petits enfants préfère se cacher se comprend. Il risque vraiment sa peau. Mais, le contrôleur de la SNCF ? qu’a-t-il à craindre ?

Si vous vous interrogez sur cette question pourtant simple c’est que vous avez raté une information. Vos journalistes d’investigation ne vous ont pas dit que les contrôleurs ont décidé de faire grève un jour de Noël. Ils ne vous ont pas informé de la situation dans laquelle ils ont précipité les braves gens qui souhaitaient rejoindre leurs familles. Ils ne vous ont pas parlé des sièges réservés aux salariés de la SNCF et à leurs familles au nom des avantages sociaux des cheminots.

Le besoin d’anonymat des cheminots se comprend bien mieux si on se met en situation : les victimes de leur chantage, tous ces gens qui ont été jetés en dehors des trains, des wagons et des sièges qu’ils avaient payés fort chers, ne devraient avoir qu’un seul souhait : casser la figure des brav’cheminots. C’est là que se comprend le mieux leur anonymisation. Faute de masques, ils seraient facilement reconnaissables ! Imaginez un contrôleur gréviste déambulant avec la décontraction de celui qui n’a rien à faire si ce n’est plonger le salarié de base dans le pire des embarras. Imaginez-le reconnu par un téléspectateur qui vient d’avoir été jeté de son siège, son compartiment, son wagon et dont les vacances de Noël ont été sabotées. C’est là, à ce moment particulier, que le cheminot se dit que la transparence est dangereuse.

Le contrôleur se met tout à coup à trembler : et si, au nom de la transparence sur le mouvement de grève qui pourrit la vie de quelques millions de personnes, des hackers « robin des bois » volaient le fichier informatique de la direction des RH dénommé « contrôleur de la SNCF »; s’ils avaient décidé de menacer les brav’cheminots de le rendre public au nom de la transparence de l’information.  

Les conséquences seraient dramatiques : de nombreux contrôleurs se verraient transformés en poulets goudronnés, des femmes de contrôleurs rongées par la honte divorceraient, quant à leurs enfants, par humanité, on leur ouvrirait une procédure rapide de changements de nom pour éviter que la cour de récréation ne leurs soient plus qu'un enfer ou une jungle.  

Mauvais rêve pour les brav’cheminots : ils s’attendaient à une vraie belle anonymisation, une qui aurait dû les protéger, dans les mêmes conditions que le floutage de la gueule du flingueur de Kurdes.

Mais, au fait, pourquoi tant de délicatesses vis-à-vis d’un tueur ou d’un collectif d’irresponsables immatures ?


 

Enfin un livre simple et souvent drôle sur un sujet que de nombreux sachants s'acharnent à rendre compliqué et ennuyeux

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net,

Babelio, Amazon, Fnac, books.google, BOD librairie et l'éditeur: Arnaud Franel Editions

 

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

En collaboration: Institut de l'Iconomie

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com