Démographie

Et si la France faisait trop d'enfants

Cet article est paru dans les Echos de mai 2009.

Mais oui ! Les comptes sont bien là ! La croissance démographique naturelle Européenne c’est la France…et l’Irlande, un peu aussi. Petit à petit, des chiffres s’accumulent. Lentement, des projections sont retracées. Un renversement des idées reçues fait son chemin.

Mais non ! Illusion que tout cela ! crypto-pétainisme et démocratie-chrétienne ringarde ! Çà n’existe pas ! Tout le monde sait que la France traîne un grave problème démographique depuis les guerres napoléoniennes. Quasiment tous les pays européens l’avaient surperformée en à peine 100 ans. Quand il y avait répit, cela ne se voyait pas : la France n’a pas eu le monopole du baby-boom.

D’où vient que maintenant, tout d’un coup, la population Française challengerait, l’anglaise, et même….oui ! Vous entendez bien ! Même l’allemande !

Et si les Français s’étaient lâchés ?

Ecartons d’emblée le salace porno et la posture machiste. Les autres européens honorent leurs compagnes, femmes, épouses, concubines, petites amies …dans les mêmes conditions que les Français. Aucune étude récente, sérieuse, ne tend à dire que les relations sexuelles assorties d’un potentiel de fécondation sont plus fréquentes en France qu’ailleurs en Europe.

Les premiers ministres Français ont cessé leurs commentaires douteux sur les mœurs anglaises. Les allemands ont tout fait pour favoriser la femme maternante en instaurant le règne des trois K°. Les italiens étaient encouragés par les injonctions vigilantes du Vatican. Rien, donc, rien n’autorise personne à invoquer une sorte de supériorité du mâle Français dans la lutte pour la reproduction de l’espèce humaine.  

Qu’est-ce qui s’est passé ?

Et si, ce n’était pas des Français…. ?

Prudence ! Les commentaires simplistes sont à portée de bêtise. Le racisme ordinaire n’est pas loin.

« En fait, si vous regardez bien autour de vous… » « Vous ne prenez jamais les transports en commun ? » «  Et dans les administrations ? Vous n’avez jamais rien remarqué? » « Dans les hôpitaux ?  Rien vu, rien constaté? » «  Eh bien ! Prenez un peu sur vous de regarder….elle sera plus claire cette fameuse révolution. Vous voyez ce que je veux dire… »

Non ! Je ne vois pas ! Car la France n’est en rien originale. La population étrangère est tout aussi importante en Angleterre. L’Allemagne est bien au-delà des chiffres Français. Çà ne date pas d’hier. Le nombre des candidats d’origine Kurdes ou Turcs aux élections européennes sur des listes Allemandes n’est pas moins significatif que les candidats Français « de la diversité ». Non ! Çà n’a aucun sens ! Surtout en France où 34% de la population a au moins un grand-parent d’origine étrangère.

Et si, les Français faisaient beaucoup d’enfants parce que, vivre en France, ce n’est pas si mal…..

Il faut oser ce genre de propos !!!  Il vous catalogue quelque part entre les parades bouffies du racisme latent et l’euphorie simplette de l’imbécile heureux !

Avant d’oser penser cette pensée, il faut prendre son élan. Respirer. Se dire que la vie sans risque, c’est comme un banquier sans parapluie. Regarder devant soi avec sérénité. Répéter, d’abord tout bas, pour soi, et puis, un peu plus haut : « au fond, en y réfléchissant, si on revient aux fondamentaux …faire des enfants ? C’est peut-être le signe, qu’on veut partager quelque chose, passer un message ou projeter des ambitions. Ce n’est peut-être finalement pas une pure catastrophe familiale, financière ou sociale ».

Il y aussi ces sondages surprenants, quand prés de 90% de nos concitoyens considèrent qu’il n’y a pas de plus beau pays que le leur, quand la majorité est satisfaite de son sort individuel en pleine crise mondiale, tout en exprimant les plus grandes inquiétudes…pour les autres !

Il faudrait dire heureux comme un Français en France ? Au lieu de “glücklich wie Gott im Frankreich”°° ?

On continuerait alors, un peu comme quand on se parle à soi-même. Des choses du genre : « ce n’est pas une histoire d’il y a deux ou trois ans cette remontée de la production d’enfants. »  On chercherait des comparaisons. On se rappellerait ce vieux dictionnaire Larousse retrouvé dans une malle au grenier, Edition 1947, qui disait « la France, 39 millions d’habitants » et le bouquin de géo de 1922, donnait lui aussi, 39 millions ! On poursuivrait ce monologue «  maintenant, c’est 63…64 ». On se souviendrait qu’on avait voulu comparer avec l’Angleterre. En 1947, 46 millions d’anglais. 7 millions de plus que de Français. Et maintenant ? 2 millions de moins !

Qu’est ce qui s’est passé ?

Alors on regarderait autour de nous et on verrait une révolution en marche, paisible, toute simple et redoutable: la France sera en 2050…le pays d’Europe, le plus peuplé, après la Russie.

Et si, les Français pulvérisaient les équilibres, les convictions et quelques supériorités Européennes ?

Pour dire le vrai, les premiers équilibres que les Français bousillent dans cette affaire, ce sont…les équilibres Français.

En France coexiste donc une explosion du nombre des seniors et un développement régulier du nombre des juniors….plaignons les gens qui sont au milieu !

L’OCDE a pointé du doigt l’incapacité pour la France à mener  une politique d’emploi des jeunes efficaces. Elle a donné une note médiocre. Par comparaison à d’autres qui ont eu un prix d’excellence, ou d’encouragement ou qui ont reçu des « awards ».

Par comparaison avec les petits génies de l’Europe, tiens ! Le Danemark par exemple ? : En quinze ans, de 1990 à 2005, le nombre d'emplois a augmenté de 1,7 % au Danemark (43.600, de 2.615.000 à 2.658.600) et de 11,2 % en France (2.521.000, de 22.400.00. à 24.921.000). Pas difficile de bien contenir le chômage au Danemark, il suffit de laisser décliner la population active et de multiplier les préretraites : il y en autant au Danemark qu’en France pour une population dix fois plus faible !

Par comparaison avec l’Angleterre ? Dans le même laps de temps,  l’Angleterre créait, 1 millions d’emplois en moins que la France (1 520 000, 5,82%). Quant à la population active (emploi + chômage) elle a beaucoup plus augmenté en France (2 970 000) qu'en Grande Bretagne (960 000).

Par comparaison avec l’Allemagne par exemple. Voilà un pays qui peut parler de l’emploi des jeunes ! La croissance de la population totale dans le dernier demi-siècle, y a été de 16% sur la période, contre 34% pour la France.

L’Allemagne combien de divisions ?

De moins en moins puisque la population n’a pas progressé entre 1993 et 2008 quand, en France, la croissance a été de 5 millions, soit de l’ordre de 9%. Quant à la population active allemande, elle est stable depuis 15 ans. Dans ces conditions avoir de bons résultats dans la lutte contre le chômage n’est pas trop difficile. A l’opposé, la population active Française n’a cessé de progresser sous le double impact de l’accroissement de la population en âge de travailler et la progression vigoureuse du taux d’activité des femmes. A l’opposé, donc, avoir des résultats difficultueux en matière de chômage…n’est pas trop surprenant.

C’est une évidence qu’un pays qui connaît un essor régulier des naissances doit ensuite assumer des contraintes qui n’ont rien à voir avec  les pays dont la population décroit. C’est une évidence que la France, par comparaison à ses voisins, doit faire face à des surcoûts considérables, en termes de santé, en termes d’éducation, en termes de contraintes de vie familiale. L’impact est lourd aussi pour l’accès au marché du travail, au logement, aux transports etc. et c’est d’autant plus lourd que la société Française a développé des standarts élevés, exigeants, en matière de dépenses sociales et de protection de la santé.

Finalement çà nous mène où cette production effrénée d’enfants? Çà nous mène très simplement à accumuler davantage de déficits pendant que nos voisins font des économies !

Et si on faisait comme Margaret Thatcher !

« I want my money back ! » hurla-t-elle à la face de l’Europe prétendant que le Marché commun agricole coûtait trop cher à son pays.

Et si les Français hurlaient eux-aussi à la face des Européens que l’ensemble de leurs populations va décroissant dans le pire des cas, n’est ce pas Italie ? N’est ce pas Espagne, n’est ce pas Allemagne  et tous les autres Etats, confettis ou non ? Ou se maintient tout au plus, n’est ce pas Angleterre ?

Vous économisez les dépenses de santé, les crèches, les nurseries, les jardins d’enfants, vous économisez les professeurs, les écoles, les universités, vous économisez la formation des jeunes sur le marché du travail.

Vous piochez dans le réservoir des pays en développement, comme le font et l’ont toujours fait les Etats Unis. Ainsi vous vous économisez les coûts que représente la période de gestation pour les femmes enceintes, vous vous économisez les dépenses liées à la naissance, hôpitaux, soins médicaux, vous vous économisez les coûts de formation de population entière….

Et vous pérorez sur les estrades internationales en vantant vos capacités supérieures à maîtriser vos dépenses quand vous n’êtes qu’avaricieux sur la production de l’avenir.

Et si la France hurlait à la face de l’Europe « I want my money back ! ».

Ne serait-il pas normal, que les pays Européens, participent à nos frais de jeunesse, d’avenir et de renouvellement? Nous leur fournissons bien les consommateurs de demain !

° Kindern, Kirche, Küche : les enfants, l’église, la cuisine, définition (un peu datée) de la politique allemande à l’égard de la femme

°° « heureux comme dieu en France », dicton allemand que les uns datent de Louis XIV et les autres de la Révolution Française….


Chômage et natalité


« Frédéric Lefebvre persiste à lier natalité et chômage »….Valls


Et évidemment, il y a un socialiste pour pousser des cris d’horreur. « La droite veut réduire le nombre des naissances. La droite préconise donc l’eugénisme, prône l’avortement, prend ses conseils auprès de la Chine populaire. La droite va proposer une importation massive de vodka pour s’aligner sur les méthodes russes de diminution de la durée de la vie (c'est-à-dire moins de seniors à employer) et la diminution de la natalité (moins d’emplois à créer.)…


« Il veut dire quoi Frédéric Lefebvre ? Qu'on devrait faire moins d'enfants, qu'on devrait revenir à des politiques moins natalistes ».  Et Monsieur Valls de faire aussi un petit couplet sur les immigrés qui font trop d’enfants. Cher Monsieur Valls ! Sa défense des politiques natalistes ramène le débat politique et économique trois-quarts de siècle en arrière. Candidat à des primaires, il doit être simple dans ses propos. Le tout est qu’ils passent auprès des camarades. Là, dans son commentaire sur les propos de Frédéric Lefebvre, il a vraiment voulu faire simple. Ou primaire, peut-être ?


Grandiloquence et langue de bois contre arithmétique élémentaire…


Et tout ça pour quoi ? « Le secrétaire d'Etat au Tourisme, Frédéric Lefebvre, a redit … qu'il y avait un lien entre chômage et natalité, en soulignant que quand la natalité est élevée, il faut créer davantage d’emploi pour éviter que le chômage progresse ». On pourrait reprocher à Monsieur Lefebvre d’avoir quitté sa zone de compétence et de s’être laissé aller à des propos qui n’ont pas grand-chose à voir avec le tourisme. Mais c’est un homme politique. Pas le gérant d’une agence de voyages. Il se doit d’avoir une opinion sur beaucoup de choses qui n’ont rien à voir avec le tourisme. Pourquoi pas, une opinion sur le chômage et la difficulté d’en réduire le niveau ? S’est-il laissé aller à des idées iconoclastes ? En affirmant « qu’avec 140.000 à 150.000 jeunes par an entrant sur le marché du travail, il fallait créer plus de 150.000 emplois pour faire baisser le chômage » il est loin d’avoir révolutionné la théorie économique !!!


Intellectuellement honnête, Monsieur Lefebvre a cherché des points de comparaison. A l’étranger. « Quand je me regarde je me désole, quand je me compare, je me console ». Ce faisant, le Secrétaire d’Etat au Tourisme n’a pas livré une conclusion « massue » dans le genre « tout ce que vous auriez dû savoir sur le chômage et qu’on vous cache depuis un demi-siècle ». Qu’a-t-il dit qui était si risible, si étonnant, si choquant ?  La question du chômage est plus compliquée en France «parce qu'on a un taux de natalité beaucoup plus important que beaucoup d'autres pays, parce qu'on a beaucoup de Françaises et de Français qui entrent sur le marché du travail alors que l'Allemagne par exemple, qui a un taux de natalité qui s'est effondré, a beaucoup moins d'Allemandes et d'Allemands qui entrent sur le marché du travail". C’est du « grand bon sens » et, au surplus, une sorte de vérité arithmétique !  


Au commencement de ces questions, une chose simple : vivre en France n’est pas si mal.


Revenons sur le fond du débat que le candidat aux « primaires » a esquivé.  On pourrait liminairement tenter une proposition : « Et si, les français faisaient beaucoup d’enfants parce que, vivre en France, ce n’est pas si mal… ».


Quand on ose ce genre de propos, on vous catalogue ! Ou on vous traite de « pétainiste, nostalgique de la France aux beaux villages et aux douces églises romanes» ou de « traitre à la classe ouvrière souffrante ». C’est pourquoi, avant de livrer cette pensée, il faut prendre son élan. Se répéter cette phrase improbable : «au fond, en y réfléchissant, si on revient aux fondamentaux …faire des enfants? N’est-ce pas vouloir partager quelque chose qu’on aime, projeter des ambitions ? Ce ne serait donc pas une pure catastrophe familiale, financière ou sociale».


Il y aussi ces sondages surprenants : prés de 90% de nos concitoyens considèrent qu’il n’y a pas de plus beau pays que le leur ; la majorité est satisfaite de son sort individuel en pleine crise mondiale ; tout en exprimant les plus grandes inquiétudes…pour les autres! Il faudrait dire heureux comme un Français en France? Au lieu de “glücklich wie Gott im Frankreich”?  


Continuant à réfléchir on remarquerait que la progression démographique de la France n’est pas une histoire d’il y a deux ou trois ans ; ce n’est ni la faute à, ni grâce à « Sarko ». On chercherait des comparaisons. On se rappellerait ce vieux dictionnaire Larousse retrouvé dans une malle au grenier, Edition 1947, qui disait «la France, 39 millions d’habitants». Et le bouquin de géo de 1922 ? Lui aussi, 39 millions. Aujourd’hui ? c’est 63…64». On se souviendrait de la comparaison avec l’Angleterre. En 1947, 46 millions d’anglais. 7 millions de plus que de français. Et maintenant? 2 millions de moins! Un écart comblé à hauteur de 9 millions d’habitants.


Qu’est ce qui s’est passé? On regarderait autour de nous et on verrait une révolution en marche, paisible, toute simple et redoutable: la France sera en 2050…le pays d’Europe, le plus peuplé, après la Russie. Les Français, sans bruit, sans grandiloquence, pulvérisent les équilibres, les convictions et quelques supériorités Européennes. Sans demander la permission au parti Socialiste.


Pour dire le vrai, les premiers équilibres que les français bousillent dans cette affaire, ce sont…les équilibres français.


En France, coexistent donc une explosion du nombre des seniors et un développement régulier du nombre des juniors….plaignons ceux qui sont au milieu! (Monsieur Valls peut-être ?). L’OCDE a pointé du doigt l’incapacité de la France à mener une politique d’emploi des jeunes efficaces. Elle lui a donné une note médiocre. Dans le genre « la Grèce vue par Standard and Poors ». Par comparaison avec d’autres pays qui ont eu un prix d’excellence ou des « triple A ».


Par comparaison avec les petits génies de l’Europe! Le Danemark, par exemple? En quinze ans, de 1990 à 2005, le nombre d'emplois y a augmenté de 1,7 % (43.600, de 2.615.000 à 2.658.600) contre 11,2 % en France ! (2.521.000 c'est-à-dire de 22.400.00. à 24.921.000). Dans ces conditions contenir le chômage au Danemark n’est pas trop difficile. Il suffit de laisser décliner la population active et de multiplier les préretraites: il y en a autant au Danemark qu’en France pour une population dix fois plus faible!


Par comparaison avec l’Angleterre? Dans le même laps de temps, l’Angleterre créait, 1 millions d’emplois en moins que la France (1 520 000, 5,82%). Quant à la population active Française elle progressait trois fois plus vite (2 970 000) que l’Anglaise (960 000). Relisez ces chiffres : si la France avait eu la démographie de l’Angleterre, le chômage serait deux fois moins important, soit 2 millions de chômeurs toutes catégories confondues, moins de 5% de la population active !!!


Par comparaison avec l’Allemagne. Voilà un pays qui peut parler de l’emploi des jeunes! La croissance de la population totale dans le dernier demi-siècle, y a été de 16% contre 34% pour la France.


L’Allemagne combien de divisions?


De moins en moins (d’où sa timidité militaire dans l’affaire libyenne ?) : sa population n’a pas progressé entre 1993 et 2008. En France, la croissance a été de 5 millions, soit de l’ordre de 9%. Quant à la population active allemande, elle est stable depuis 15 ans. Réfléchissez, Monsieur Valls, 5 millions de jeunes en plus par rapport à l’Allemagne ! Ça se finance tout seul n’est-ce pas ? Tentez donc le calcul !


Nos voisins qui ont de bons résultats dans la lutte contre le chômage ont-ils des mérites ?


La singularité démographique française doit être davantage mise en valeur par les hommes politiques.


C’est une évidence qu’un pays qui connaît un essor régulier des naissances doit ensuite assumer des contraintes qui n’ont rien à voir avec les pays dont la population décroit. C’est une évidence que la France, par comparaison à ses voisins, doit faire face à des surcoûts considérables, en termes de santé, en termes d’éducation, en termes de contraintes de vie familiale. L’impact est lourd aussi pour l’accès au marché du travail, au logement, aux transports etc. et c’est d’autant plus lourd que la société française a développé des standards élevés, exigeants, en matière de dépenses sociales et de protection de la santé.


Ce que Monsieur Lefebvre énonce, c’est que la France n’a pas à rougir de ses résultats, face aux autres pays de l’UE. Au lieu de se lancer dans des imprécations : « halte à la droite! Interdisons le contrôle des naissances ! Non à Malthus ! » Monsieur Valls devrait plutôt avoir le culot de Margaret Thatcher !


«I want my money back» hurla-t-elle à la face de l’Europe prétendant que le Marché commun agricole coûtait trop cher à son pays. Et si les Français hurlaient eux-aussi à la face des Européens que l’ensemble de leurs populations va décroissant: Italie, Espagne, Allemagne et tous les autres Etats, Hongrie, Tchéquie, confettis ou non, qui tous voient diminuer leurs populations?


Pourquoi ne pas lancer ces autres vérités : « Vous tous,  pays en voie de dépopulation, vous économisez les dépenses de santé, les crèches, les nurseries, les jardins d’enfants, vous économisez les professeurs, les écoles, les universités, vous économisez la formation des jeunes sur le marché du travail ».


« Vous piochez dans le réservoir des pays en développement, comme le font et l’ont toujours fait les Etats Unis. Ainsi, vous vous économisez les coûts que représente la période de gestation pour les femmes enceintes, vous vous économisez les dépenses liées à la naissance, hôpitaux, soins médicaux, vous vous économisez les coûts de formation primaire et secondaire de populations entières…. »


« Vous bénéficiez d’un apport de consommation venu de France : les importations françaises, 25% du PNB. La démographie Française, c’est l’équivalent de 1750000 consommateurs que nous vous avons fournis gratuitement. Et pendant ce temps-là, vous perdez des habitants… réduisant notre potentiel d’exportations ». « Oui, le dynamisme d’une population se mesure aussi à sa natalité. Oui, la France ne démérite en rien dans sa lutte contre les déséquilibres ! Elle doit gérer les contraintes liées à ce dynamisme. »


Si les hommes politiques français étaient un peu audacieux et moins prompts à admirer leurs voisins, ils le clameraient haut et fort. Ils diraient à la face de l’Europe ce qu’elle nous doit au lieu de faire de la politique primaire (ou de la politique pour « primaires »). Ils diraient aux Européens que s’ils s’étaient comportés comme les français, il y aurait eu au minimum 20 millions d’habitants en plus dans l’UE. Qui auraient importé des produits français. Comme la France, exporte prés de 25% de son PNB, ce sont 5 millions de consommateurs qui lui ont manqué. Etonnez-vous, Monsieur Valls qu’il y ait des déséquilibres liés à la natalité !


La France n’a jamais démérité de l’Europe. Seuls ses hommes politiques, prennent plaisir à la dénigrer et à la desservir. Thucydide a dit des Athéniens qu’ils étaient « Regardeurs de discours et auditeurs d'action". Pour une fois, un Français observant nos voisins y découvre que la France a aussi des qualités et les inconvénients qui vont avec !


Et vous dénigrez, Monsieur Valls. Et vous ricanez. Régis Debray dans un très beau petit livre nous dit : « Le ridicule tue mais la grandiloquence paie».


Vous auriez pu nous éviter vos effets de manche pour « primaires » et vos grandiloquences électorales et proposer, peut-être, des actions, ou, à défaut, des idées.





Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion et Le retour de l'Empire allemand. 

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@orange.fr