Soliloques sur l'Art, Mai 2024

 

Pour méditer sur la sombre destinée de l’artiste

 

« Je n’ai jamais commencé à peindre » se serait exclamé Bernard Réquichot, dont la peinture est exposée au Centre Pompidou. Cette phrase, par elle-même puissante venant d’un peintre consacré par une exposition dans le saint des saints de l’art français, et peut-être même programmatique, renvoie à une pensée du Pseudo ( la Trois cent troisième pensée)

 

« Au début, il n’y avait rien. Même pas de début ».

Et pourtant, il y avait bien « Réquichot » et des peintures de Réquichot accrochées aux cimaises du musée Pompidou ! Pas beaucoup, Réquichot s’étant donné la mort fort jeune et n’ayant pas, à l’inverse de Van Gogh, décidé de peindre frénétiquement dans les derniers jours de sa vie.

 

La peinture de Réquichot fait partie de ce qu’on nomme souvent « l’Ecole de Paris » soit tout un ensemble de peintres qui avaient beaucoup appris de ce qui s’était fait « avant-guerre » et d’artistes vivant encore. Il avait commencé fort jeune et avait reçu le solide enseignement de l’Ecole des Beaux-Arts.

 

L’exposition montre bien les hésitations de l’artiste, entre cubisme et surréalisme. Il y a de belles choses, en particulier ses reliquaires, puissamment construits et colorés.

 

Réquichot, peintre ignoré de tous sauf de ceux qui savent, est exposé en même temps que des monuments, Brancusi, Vera Molnar, Hervé di Rosa…

A l’occasion de cette exposition, on pourra dire que le Centre Pompidou, n’est pas uniquement un lieu où on conserve l’art consacré et où on met en valeur l’art qui a de la valeur. Cette exposition, d’un peintre plutôt confidentiel, peintres qui réjouissent l’âme des critiques d’art, toujours à la recherche de l’artiste maudit, injustement oublié, que personne n’a compris, sauf eux, est à mettre au crédit de l’institution de Beaubourg.

 

Faut-il se rendre au Centre Pompidou pour cette exposition : oui, si on veut par là signifier au centre qu’il remplit bien sa mission.

 

 

 


 Comprendre le Métavers en 20 questions

 

 

 

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net,

Babelio, Amazon, Fnac, books.google, BOD librairie et l'éditeur: Arnaud Franel Editions

 

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

En collaboration: Institut de l'Iconomie

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com