Soliloques sur l'Art, Juin 2019

Barbara Probst, the moment of Space

 

Barbara Probst, the Moment in Space,

Le Bal, 6 impasse de la Défense- 75018

Jusqu’au 25 août,

 

Bien loin de “l’instant décisif », qui valorise un présent absolu, ce moment qu’il ne faut surtout pas laisser échapper, bien loin des séquences vidéos qui moulinent du temps, des heures, des minutes, des secondes comme on entre des données dans un ordinateur, garbage in garbage out, Barbara Probst veut mettre de l’ordre dans l’image et dans le temps de la scène mise en image.

 

Cela ne donne pas de « belles photos », ni des « photos de rupture » ! pas davantage cela ne donne-t-il des « photos documentaires » ou des « illustrations d’une moment de vie ». Les photos de Barbara Probst parlent d’un monde compliqué où les moments ne sont jamais univoques et les déroulements du temps ne rendent pas compte de la variété de sens des images.

 

Il en ressort des photos qui paraissent, par leurs juxtapositions, raconter des histoires, mais qui, en fait ne sont qu’une seule et même histoire dont le récit est multiple. De même que les peintres cubistes prétendaient montrer ce qu’on ne voit jamais, l’avers des choses, pour cause d’espace pictural en deux dimensions, de même la photographe met en valeur la complexité du sens des photos en posant des instants, des cadrages, des partis-pris d’objectif qui appliqués sur une même scène en montrant d’autres facettes que l’image première. En montrant qu’il n’y a pas d’image première, mais un temps multiple de l’image, ou d’un temps défini, la variabilité des sens.

 

C’est une belle exposition, austère comme une leçon ou l’exposé d’une théorie.

 

 

Othoniel, et ses pièges à lumière

 

 

 

 

Othoniel, chez Perrotin

10 passage Saint Claude 75003,

Jusqu’au 8 juin

 

Ce ne sont plus des boules comme celles de noël ou celles des colliers qui s’ensuivent et dansent en sarabandes colorées, ce sont des murs, des pavements sur le sol, des objets posés sur les murs comme on fait pour toutes les sculptures.

 

Murs, pavement, objets irradient de lumière et de couleurs internes. Ils sont faits de briques de verre dont l’accumulation provoque des circulations lumineuses intérieures. Les murs opposent non pas des masses hostiles, des interdictions de passer ou des moyens d’enfermement, ce sont au-contraire des appels à transgresser, à passer de l’autre côté, des tunnels et des portes pour aller au-delà.

 

Othoniel est un frère de Rothko, multipliant les expériences lumineuses et interpellant les regardeurs. C’est un passeur qui invite à laisser là, toutes les idées qu’on a sur l’art, la sculpture, la lumière, pour passer plus facilement, naturellement vers là-bas, au-delà , « beyond ».

 

 


 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com