Robert Adams

 

Essais sur le beau en photographie

Fanlac éditeur

 

 

(voir aussi la chronique: L'infinie clarté)

les numéros correspondent aux pages de l'édition Fanlac.

 

9. Robert Adams : Fundamentally I think we need to rediscover a non-ironic world.

******************

 

27. Si, personnellement, je n’ai pas choisi ce médium,  (Ia photo en couleurs) c’est parce que je me suis rappelé combien il était difficile d’écrire de bons vers libres comme ceux-ci, la photo en couleurs est presque trop proche de la nature.

******************

 

29. l’art et sa pratique ne font qu’un dans la vie.

******************

 

33. Les images de paysage ont, je pense, trois vérités à nous offrir : géographique, autobiographique et métaphorique. La géographie seule est parfois ennuyeuse, l’autobiographie souvent anecdotique, et la métaphore douteuse. Mais ensemble, comme c’est le cas dans les meilleures œuvres d’Alfred Stieglitz et Edward Weston par exemple, ces vérités se consolident l’une l’autre et renforcent ce sentiment que nous essayons tous de garder intact: une tendresse pour la vie.

******************

 

33. Si l’art du paysage n’était que reportage, toutefois, il équivaudrait à une donnée scientifique, ce qu’il n’est pas.

******************

 

 35. Une photographie sans son photographe n’est que le produit d’un appareil enregistreur anonyme, une machine sans doute capable cl’ un accident heureux mais non de mise en forme.

******************

 

36. … nous choisirions probablement de passer une demi-heure devant la peinture d’Edward Hopper Dimanche matin plutôt qu’une demi-heure inspirée ; la vision de Hopper nous en fait voir plus.

******************

 

36. Que beaucoup de photographes aient aimé les jardins, ces lieux que Leonard Woolf a nommés «le dernier refuge de la désillusion », Les jardins, en fait, ressemblent énormément à des photos de paysage, parce qu’Ils sont des sanctuaires : ils ne protègent pas de la vérité, ils sont cette vérité même.

******************

 

41. William Carlos Williams a formulé la seule définition acceptable d’un point de vue artistique : «Pas d’idées sinon dans les choses.» Les généralisations sont inacceptables à moins qu’elles n’émergent sous nos yeux, nées d’une évidence concrète, spécifique,  matérielle.

******************

 

44. plus précisément, comment l’art révèle-t-il la Beauté, la. Forme ? Tout comme la philosophie, l’art rend abstrait, simplifie. Il n’est jamais I’ équivalent exact de la vie. Dans le domaine des arts visuels, ce tri soigneux en faveur d’un ordre s’appelle composition, et la plupart des artistes savent qu’elle est primordiale.

******************

 

45. Un photographe ne peut décrire un monde meilleur qu’en voyant mieux le monde comme il est. L’invention en photographie est tellement laborieuse qu’elle en semble la plupart du temps perverse. Edward Weston a écrit dans son journal qu’il s’est mis à la photographie à cause de son «émerveillement devant le sujet» ;

******************

 

46. Si l’impasse de la vision romantique est l’incohérence, la faillite du classicisme (le point de vue que je défends ici) c’est le cliché, la dix millième imitation genre photo-club amateur d’une image d’Ansel Adams.

******************

 

47. Des poivrons semblent un sujet bien étroit, mais lorsque Weston les photographie, ils sont illimites.

******************

 

47. Une œuvre d’art se doit – de donner l’impression l’avoir été exécutée facilement, Je dis bien, «L‘impression» car assurément aucune œuvre d’art n’est facile à faire.

******************

 

 51. Prenons Ia photographie prise par Robert Capa d’un partisan pendant la guerre d’Espagne : il s’agit sûrement d’une des représentations de la mort violente les plus fortes de notre siècle. Mais s’agit-il pour autant d’une belle image ?.... pour moi, la vérité de l’image de Capa est limitée ; en conséquence, elle mérite un adjectif moindre que « belle», un mot qui suggère les « Vérités partielles » qu’enregistrent parfois les journalistes héroïques. Donc les photos pleines de sens ne sont pas nécessairement belles.

******************

 

53. Matisse sur le mot «expression : « L’expression, pour moi, ne réside pas dans la passion qui éclatera sur un visage ou qui s’affirmera par un mouvement violent. Elle est dans toute la disposition de mon tableau : la place qu’occupent les corps, les vides qui sont autour d’eux, les proportions, tout cela y a sa part.»

******************

 

56. L’ascension foudroyante de la photographie a aussi à voir, je suppose, avec notre méfiance pour le langage ; la véritable figure des guerres et autres actes de barbarie a été obscurcie à un degré inhabituel par le discours ; peut-être avons-nous l’espoir de découvrir la Vérité uniquement en regardant.

******************

 

57. Alfred Stieglitz… a observé que «la Beauté, c’est l’universel vu ».

******************

 

73. … il est plus difficile en photo qu’en peinture de se créer un style ; en conséquence, les photographes font des efforts désespérés pour y arriver, et finissent par faire des images techniquement parfaites mais vides de contenu, exaspérantes pour ceux qui doivent les commenter.

******************

 

74. Camus un jour observé que « … dans sa recherche obstinée, seuls peuvent aider l’artiste ceux qui l’aiment et ceux-là aussi, qui, aimant ou créant eux-mêmes, trouvent dans leur passion la mesure de toute passion, et savent alors juger».

******************

 

75. La plupart des photographes ne sauraient pas dire exactement pourquoi ils photographient. Cette incertitude est un bon aiguillon à l’examen intérieur, mais ne constitue pas une bonne raison pour mépriser les compromis supposés de quelqu’un.

******************

 

75. James Joyce pourrait être accuse d’être un Irlandais sans sincérité ; son souci n’est pas vraiment l’indépendance de l‘Irlande, mais plutôt comment cette lutte pour l’indépendance peut servir à illustrer d’autres vérités.

******************

 

76. Une autre norme incorrecte consiste à juger d’après la biographie, la vie de l’artiste. Ce n’est pas juste de détester la poésie de Marianne Moore à cause de son goût farfelu en matière de vêtements, ou les romans de Faulkner parce qu’il buvait trop, et ce n’est pas particulièrement adéquat d’attaquer une photographie parce que la personne qui l’a prise travaillait pour Life ou une université, était ou n’était pas socialiste, aimait ou n’aimait  Minor White!

******************

 

76. Si les images restent incompréhensibles à moins d’être au courant des détails de Ia vie privée de l’artiste, alors oui, c’est une raison de les mettre en question : par définition, une œuvre d’art importante existe indépendamment de son créateur.

******************

 

78. John Rewald a touché au cœur du problème : « II est vrai que ceux qui ont essayé d’exploiter les recherches de Seurat et de son groupe étaient si faibles qu’ils n’ont fait que souligner la force et l’originalité des autres, c’est vrai aussi que le succès public, lorsqu’il est finalement arrive, est allé, temporairement, vers ceux-là, car il va aux vulgarisateurs avant d’atteindre les inventeurs.»

******************

 

79. Une bonne part de la critique s’appuie sur une notion erronée : puisque l’art est mystérieux, la critique devrait l’être aussi. Mais art et critique ne sont pas synonymes. Le travail de la critique consiste à clarifier le mystère de l’art sans le  détruire.

******************

 

80. Henry James proposait de faire à I ‘art trois demandes simples et pertinentes : Qu’est-ce que l’artiste essaie de faire ? Le fait-il ? Cela valait-il la peine de le faire ?

******************

 

82. être clair sur le mode de fonctionnement de quelque chose et les raisons pour lesquelles il fonctionne est difficile, alors que diriger son animosité contre quelque chose de faible est à la fois facile et sans risque personne ne peut vous accuser de faire du sentiment.

******************

 

84. Matisse sur la peinture : « Un peintre n’a pour ennemi véritable que sa propre peinture ratée »

******************

 

87. Quand, ces derniers temps, je me sens découragé parce que je n’assume pas souvent mes responsabilités dans le domaine social, j’avoue que je me console parfois en songeant aux échecs des autres. Après tout, Stieglitz et Weston semblent à peine savoir qu’il y a des pauvres, et bien que Paul Strand ait été socialiste sa photo le montre rarement : c’est le cas aussi de nos jours pour Chauncey Hare, dont les photos ne reflètent guère le souci de réforme économique.

******************

 

89. On a critiqué, par exemple, Bruce Davidson lorsque, dans Centième rue, il a soigneusement fait poser certains de ses sujets. «Les gens ne sont pas comme ça », lui a-t-on dit, et nous ne pouvons qu’être d’accord. Mais le but de l’art n’a jamais été de créer  quelque chose qui soit synonyme de la vie, mais plutôt de créer quelque chose de moins complexe mais qui soit analogue à la vie et puisse  donc la clarifier. C’est pourquoi nous n’avons rien à dire quand Goya regroupe suivant un arrangement ordonné ses personnages dans Les Exécutions du 3 mai, Ou lorsque Géricault fait de même avec les passagers du Radeau de la méduse. Nous acceptons ces manipulations parce qu’elles constituent l’essence de l’art, la révélation de la forme.

******************

 

92. William Carlos Williams lorsqu’il a écrit que « il est difficile / de trouver les nouvelles du jour dans les poèmes/pourtant des hommes meurent misérablement chaque jour / par manque / de ce qu’on y trouve».  Nous avons tous eu le triste privilège de contempler cette vérité.

******************

 

93. W. Eugene Smith …  a découvert en tant que photographe de guerre qu’il regardait les corps d’abord comme éléments d’une composition.

******************

 

98. une fois où j’avais du retard pour payer mon réabonnement à Art Forum, j’ai reçu un courrier à la teneur caractéristique : «L’allure de l’art contemporain est rapide, m’avertissaient les rédacteurs. Ne soyez pas laissé en route ». Tous à bord de l’art-express, qui fonce à une vitesse de rêve vers des contrées inconnues.

******************

 

101. Si la grandeur de Shakespeare résidait dans son appartenance à la nation anglaise et la religion catholique, alors, mon professeur avait l’habitude de nous le faire remarquer, ses œuvres seraient aussi mortes qu’un recueil de sermons élisabéthains.

******************

 

101. Degas, généralement considéré comme un innovateur, déclare pourtant que «L’art, ne s’élargit pas, il récapitule»,  Cid Corman, un poète américain contemporain non conformiste, écrit que «la révolte du poète a toujours des racines conservatrices, quels que soient les visages que le poète utilise ou révèle.

******************

 

103. Mark Tobey : «aucun artiste jeune ne peut évoluer s’il ne se mesure pas à quelqu’un de plus grand que lui-même ». Nous commençons tous modestement.

******************

 

103. A la fin, il semble que notre lot soit une série de renaissances.

******************

 

105. Même la toile la plus extraordinaire de Matisse perd une partie de son pouvoir avec les années. Cette perte de substance ne tient pas à ce que la familiarité engendre le mépris ; il s’agit simplement  d’un amortissement progressif. Apparemment nous avons besoin de ce que certains appelleraient un émerveillement enfantin, de la joie de la surprise.

******************

 

106. Si la photographie est un genre nouveau, je pense que c’est parce qu’elle figure parmi les rares formes d’art qui, au XXème siècle encore, sont restées attentives aux faits du monde, à l’apparence véritable de ce lieu qui nous trouble. En peinture et en sculpture, il a souvent été dangereusement facile de fuir dans le domaine du soi-disant spirituel ou encore de se contenter d’une facilité ornementale.

******************

 

114. Minor White : « la photographie documentaire, l’image littérale, c’est l’illusion absolue ».

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion et Le retour de l'Empire allemand. 

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@orange.fr