Nathalie Sarraute

"ICI" gallimard

Trés difficile de trouver de quoi nourrir un livre de citations dans les oeuvres de Nathalie Sarraute! J'ai essayé. Parce que c'est un des auteurs qui m'ont le plus marqué. Parce qu'elle ne cesse de parler des mots. Et enfin, parce qu'elle s'efforce d'énoncer l'infinitésimal, le "à fleur de peau", l'indicible, l'insaisissable... Les quelques citations ici rassemblées sont tirées d'ICI, un livre de nouvelles. Des nouvelles venues des mots. Voilà quelques nouvelles que les mots de Nathalie Sarraute apportent avec eux. Au fait, parmi les mots favoris de Nathalie Sarraute, les verbes, et puis, ensuite, très prés, la ponctuation...

 

 

 

 

 

 

31           …. Les mots viennent, ils appuient, ils veulent bondir, se lancer à l’assaut…mais il ne faut à aucun prix qu’ils sortent, rien ne doit faire soupçonner leur existence….

 

*******************

46           Alors, que « Est-ce que vous l’avez lui ? » s’élance… une avant-garde…d’autres mots qui ne sont pas encore formé vont suivre irrésistiblement poussés…tels que « Ah quel livre ! Rien de pareil de puis longtemps… »

 

*******************

49           Il cherchait des mots pour le capter, pour le montrer, et on lui passait des mots, tous les mots dont on disposait, mais il n’en voulait pas, non, ce n’est pas ça, c’était d’autres mots qu’il lui fallait…des assemblages de mots longuement cherchés, patiemment prudemment choisis qui pourraient peut-être tirer au jour, rendre visible… « Ah, je voudrais écrire »

 

*******************

62           … mais il n’a pas la rigidité de la pierre, du marbre… ce qui sous les mots se construit est souple, extensible, ça s’étend toujours plus loin ; la pression augmente …Impitoyablement, inlassablement les mots « cercle d’amis sûrs »… « entente parfaite »… « puissance de travail »… « immense talent »….trouvent, saisissent, secouent, forcent à se lever…

 

*******************

72           Maintenant qu’ils sortent, ces mots, ils pourront s’accrocher là un instant, juste le temps qu’il faudra… « Eh oui, moi, vous savez, aussi loin que remonte ma famille, on ne trouve des deux côtés que du sang de paysan »

 

*******************

90           …. Ils ne veulent pas révéler, même laisser soupçonner qu’ils ont perçu certains indices…le timbre d’une voix, une intonation, un accent… ce serait risquer de mettre au jour l’entrée d’un passage secret qui peut mener loin, très loin,…

 

*******************

 

127         Mais cette fois, il ne s’en tirera pas à si bon compte… cette fois, il est convoqué ici pour être examiné comme il ne l’a encore jamais été …Est-il vraiment à ce point insensible à l’humour, à la drôlerie, incapable d’admirer tant d’ingéniosité , une telle subtilité, pour oser balayer ces pauvres éclats de rire qu’il a fait brutalement retomber avec ses produits désinfectants… compassion, sympathie, égards dus aux souffrances d’autrui…

 

*******************

130         Ainsi de pourquoi en pourquoi, en s’agrippant à chacun d’eux on parvient… mais dans quel lieu étrange… un lieu étranger qui n’a avec ici aucune ressemblance…si, pourtant, c’est comme dans les rêves quant on est tout à fait certains que celui qui apparait sous l’aspect d’un inconnu est quelqu’un de familier, de très proche…

 

*******************

139         Que tout d’un coup des paroles, même une seule vienne, comme elle viendrait n’importe où, sortie de ce stock à usage commun, toujours disponible, elle paraîtrait avoir été projetée automatiquement par accident, échappée d’un mécanisme brusquement déréglé…

 

*******************

140         Mais non, il ne faut pas, surtout pas, pas maintenant, que tout cela reste encore très loin… une vibration, une très faible palpitation , un frémissement , un flageolement, le tremblement de ce qui hésite, incertain au bord de l’existence.

 

*******************

146         …. Dans un regard, dans la courbe d’une lèvre, d’une paupière, d’une joue… cette onde silencieuse qui s’en répand, on ne sait pas dire exactement ce qu’il y a là, chacun le perçoit, le reconnait….

 

*******************

153         « Qu’est ce que ça prouve ? »… vrombit, assourdissant, au-dessus d’eux… « qu’est ce que ça prouve ? » les fait se courber, se coucher, ils lèvent vers ce qui les survole des regards apeurés…

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com