LE SPLEEN DE PARIS CHARLES BAUDELAIRE

 pagination: le livre de poche

 

29. Il n’est pas de pointe plus acérée que celle de l’Infini.

 

****************

30. L’étude du beau est un duel ou l’artiste crie de frayeur avant d’être vaincu

 

 ***************

38. Ils cheminaient avec la physionomie résignée de ceux qui sont condamnés à espérer toujours.

 

***************

40. Mais l’implacable Vénus regarde au loin je ne sais quoi avec ses yeux de marbre.

 

***************

46. Qu’importe l’éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l’infini de la jouissance   

 

***************

77. Il y a si peu d’amusements qui ne soient pas coupables !

 

***************

87. … Des très-belles femmes sur le retour, qui cependant ne vieillissent plus, et dont la beauté garde la magie pénétrante des ruines.

 

***************

113. Il n’est jamais excusable d’être méchant, mais il y a quelque mérite à savoir qu’on l’est ; et le plus irréparable des vices est de faire le mal par bêtise.

 

***************

142. Il y a des femmes qui inspirent l’envie de les vaincre et de jouir d’elles ; mais celle-ci donne le désir de mourir lentement sous son regard.

 

***************

158. Ensuite on fit apporter de nouvelles bouteilles, pour tuer le Temps qui a la vie si dure, et accélérer la Vie qui coule si lentement.

 

***************

172. Cette vie est un hôpital ou chaque malade est possédé du désir de changer de lit.

 

***************

173. ….

 

LE cœur content, je suis monté sur la montagne

D’où l’on peut contempler la ville en son ampleur,

Hôpital, lupanar, purgatoire, enfer, bagne,

 

Ou toute énormité fleurit comme une fleur.

Tu sais bien, ô Satan, patron de ma détresse,

Que je n’allais pas là pour répandre un vain pleur ;

 

Mais comme un vieux paillard d’une vieille maîtresse,

Je voulais m’enivrer de l’énorme catin

Dont le charme infernal me rajeunit sans cesse.

 

Que tu dormes encor dans les draps du matin,

Lourde, obscure, enrhumée, ou que tu te pavanes

Les voiles du soir passementés d’or fin,

 

Je t’aime, ô capitale infâme ! Courtisanes,

Bandits, tels souvent vous offrez des plaisirs

Que

ne comprennent pas les vulgaires profanes.

 

 

 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com