Jean Dubuffet, biographie au pas de course

 

45      Les idéologies allemandes ne m’étaient que brumeusement connues, je les parais de vertus poétiques excitantes. Je les croyais propres à revivifier la vie civique ; substituer aux vieilles et consternantes ankyloses du monde occidental d’inventives nouveautés.

 

*******************

 

47      J’étais intéressé par les dessins d’enfants. Pour la première fois je me donnais tout à fait carte blanche…

 

*******************

 

53      J’avais pris le parti d’œuvres éphémères, rejetant tout souci de leur conservation. Curieusement, par la suite elles ne se sont guère altérées.

 

*******************

 

58      Chaissac : ses œuvres ne me paraissent pas relever à proprement parler de l’art brut, n’étant pas exemptes d’influences reçues d’artistes homologués.

 

*******************

 

65      Céline : il ne portait aucun intérêt aux œuvres autres qu’aux siennes propres et surtout pas à la peinture ni à mes propres travaux, qu’il avait néanmoins voulu connaître.

 

*******************

 

74      Mes travaux rencontraient de plus en plus d’acquéreurs… de cette situation résultait pour moi non pas , comme il paraîtrait logique, un sentiment de réussite, mais plutôt une tourment eu égard à la position autiste, radicalement étrangère à l’art esthétique , que je tenais à leur conserver.

 

*******************

 

74      Bien que ces ventes soient avantageuses, elles manifestaient un échec au regard de mon aspiration à produire des œuvres tout à fait impropres à se voir introduites dans les circuits culturels.

 

*******************

 

75      Comme je disposais maintenant de locaux très vastes, j’avais la commodité de conduire à la fois, dans des ateliers séparés, plusieurs chantiers de travaux différents, avec de nombreuses grandes tables

 

*******************

 

79      (Il crée un secrétariat) Je voulais aussi qu’il assume désormais les relations avec les tiers- critiques, marchands, organisateurs d’expositions…

 

*******************

 

93      J’ai toujours eu la crainte que le public porte à mes ouvrages un regard erroné, faute de prendre claire conscience de ce qui n’a cessé d’être leur visée capitale et qui est de transporter la création sur un terrain radicalement autre que celui de l’art culturel célébré par les musées.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com