Antigone, Jean Anouilh

 

La Table Ronde. Collection le petit vermillon.

Pagination sur cette édition.

 

 

 

16 Antigone : J’ai cru au jour la première ce matin

 

****************

26 Antigone : Moi je ne veux pas comprendre. Je comprendrai quand je serai vieille. Si je deviens vieille. Pas maintenant.

 

****************

29 Ismène : C'est bon pour les hommes de croire aux idées et de mourir pour elles. Toi tu es une fille.

 

****************

43 Antigone : (à Hémon)... jure le moi s'il te plait Hémon ..., c'est la dernière folie que tu auras à me passer.

 

****************

51 Créon : à moins qu'ils n'aient dressé un vrai enfant avec des phrases... Un petit garçon pâle qui crachera devant mes fusils.

 

****************

53 Le Prologue : Et voilà. Maintenant le ressort est bandé. Cela n'a qu'à se dérouler tout seul. C'est cela qui est commode avec la tragédie.

 

****************

54 Le Chœur : ... Et le vainqueur, déjà vaincu, seul au milieu de son silence.

 

****************

66 Créon : C'était un révolté, un traître, tu le savais.

Antigone: c'était mon frère

 

****************

 

68 Antigone (à Créon) J'étais certaine que vous me feriez mourir au contraire!

 

****************
 
68 Créon : l'humain vous gêne aux entournures dans la famille. Il vous faut un tête à tête avec le destin et la mort.

 

****************

77 Créon: Mais pour que les brutes que je gouverne comprennent, il faut que cela pue le cadavre de Polynice dans toute la ville pendant un mois.

 

****************

80 Antigone : Et maintenant, vous allez me faire tuer sans le vouloir. Et c'est cela être roi!

 

****************

82 Antigone : Je ne veux pas comprendre. C'est bon pour vous. Moi je suis là pour autre chose que pour comprendre. Je suis là pour vous dire non et mourir.

 

****************

93 Antigone : Vous dites que c'est si beau la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre.

 

****************

95 Antigone : Comme mon père, oui! Nous sommes de ceux qui posent les questions jusqu'au bout. Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus la petite chance d'espoir à étrangler.

 

****************

105 Créon: (à Hémon) Le monde est nu. Tu m'as admiré trop longtemps. Regarde-moi, c'est cela devenir un homme, voir le visage de son père en face, un jour.

 

****************

115  Antigone: je ne sais plus pourquoi je meure. Le garde: on ne sait jamais pourquoi on meurt.

 

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com