Dictionnaire de Citations

Roy Lichtenchtein

Les citations sont extraits d'un livre rassemblant plusieurs entretiens.

 

"Ce que je crée c’est de la forme"

 

Editions du Musée Pompidou


 

5       Le pop art regarde le monde ; il semble accepter son
environnement, qui n’est ni bon ni mauvais, mais différent. C’est un autre état d’esprit.

 

******************

« Comment peut-on aimer l’exploitation ? Comment peut-on aimer la mécanisation absolue du travail ? Comment peut-on aimer le mauvais art ? » Je ne peux répondre que j’accepte que ça existe dans le monde où je vis.

 

******************

7       Il (l’art) ne transforme rien, ce n’est que des formes. Les artistes n’ont jamais travaillé sur le modèle, seulement sur le tableau…

 

******************

 

7       (Cézanne) c’est avec la peinture qu’il travaille, pas avec la nature ; il crée un tableau, il crée des formes.

 

******************

7       (les bandes dessinées) cherchent à représente ; moi je cherche à unifier.

 

******************

14     L’imagerie Pop …est une manière de contourner le dilemme de peindre sans faire de la peinture ; C’est un moyen d’introduire une image que vous n’avez pas créée. Une façon d’être impersonnel.

 

******************

14     Andy (Warhol) n’arrête pas d’affirmer qu’il est une machine et,quand je le regarde, je peux dire que je n’ai jamais vu quelqu’un qui ressemblait moins à une machine.

 

******************

14     Je crois que la manière de réagir à la peinture des artistes de la génération précédente, dont on dit généralement qu’elle a été hautement subjective, c’est par l’absence de personnalité. Alors, on s’efforce de s’extraire de la peinture. 

 

******************

15     Personnellement, je pense que, dans mes œuvres, j’ai voulu donner l’impression d’un programme ou d’un côté impersonnel, mais je ne crois pas vraiment que je sois impersonnel quand je les crée. Et je ne crois pas que ce soit possible de l’être. Cézanne a beaucoup parlé de la prise de distance vis-à-vis de l’œuvre. Il s’agit presque d’une absence de conscience de soi et, pourtant, il serait difficile de qualifier l’œuvre de Cézanne d’impersonnelle.

 

******************

17     … (Andy) Warhol fait la même chose avec ses boîtes de Brillo. Il y a une prise de distance vis-à-vis des vraies boîtes et les siennes deviennent des objets qui ne sont plus vraiment des boîtes. D’une certaine manière, elles donnent l’illusion d’être des boîtes, ce qui les place dans le domaine de l’art.

 

******************

17     C’est peut-être l’une des premières fois que l’art s’intéresse aux objets que l’être humain crée ou avec lesquels il joue, plutôt qu’à l’être humain lui-même.

 

*****************

21     … lorsque je me plonge dans le tableau, je le considère comme une abstraction. De toute façon, la moitié du temps, il est à l’envers quand je travaille.

 

******************

 

27     La déclaration d’Andy (Warhol) « J’aimerais être une machine ». C’est une déclaration d’apolitique. .. le pop art ne fait pas de politique, même si l’on peut interpréter certains tableaux d’Andy, comme les chiens policiers ou les chaises électriques, comme des messages progressistes.

 

******************

 

27     Claes Oldenburg à Andy Warhol : quand je te vois répéter l’image d’une émeute raciale, je ne suis pas sûr que tu aies traité l’émeute raciale. Je n’y vois pas de message politique, mais l’expression d’une indifférence vis-à-vis de ton sujet.

Réponse d’Andy Warhol :
C’est de l’indifférence.

 

******************

 

47     Ce que j’essaie d’apporter est une apparente antisensibilité , c’est en réalité une nouvelle sensibilité ;

 

******************

47     Je cherche à représenter une sorte d’antisensibilité qui infuse dans la société et une simplification démesurée et sans nuance.

 

******************

 

49     …presque tout notre paysage, la quasi-totalité de notre
environnement semblent constitués du désir de vendre des produits. C’est le paysage que je cherche à reproduire.

 

******************

49     Je me sers des aspects de notre environnement… en tant que sujets, mais ce qui m’intéresse avant tout c’est de réaliser un tableau.

 

******************

49     Je ne m’intéresse pas au sujet pour essayer d’enseigner quelque chose à la société ou d’améliorer le monde de quelque façon que ce soit.

 

******************

50     … j’introduis un point de vue sur la société dans mon travail, mais je ne crois pas être vraiment capable de dire lequel. Je pense que c’est probablement le manque de sensibilité.

 

******************

62     J’aime le style de l’industrialisation, mais pas nécessairement l’industrialisation en tant que telle. Je ne suis pas contre l’industrialisation, mais celle –ci doit me laisser quelque chose à faire.

 

******************

 

68     Un Picasso est devenu une sorte d’objet populaire- on a l’impression qu’il devrait y avoir la reproduction d’un Picasso dans chaque maison.

 

******************

78     Je pense que l’art des années 30 est optimiste… peut-être que l’optimisme était en contraste avec la vraie vie, mais il y avait cette vraie intuition de l’homme travaillant avec la machine, qui est diamétralement opposé à l’art nouveau, lequel a tenté de réintroduire l’artisanat dans la production mécanique en utilisant des formes naturelles, des formes d’arbre etc, comme si la machine avait aboli la beauté.

 

******************

 

78     Le style des années 30 … c’est l’acceptation complète de la
machine, et la réalisation de motifs et de formes assez simples pour être pris en charge par la machine.

 

******************

81     Je ne pense pas que mon art soit réaliste, mais je crois qu’il y est question de réalisme au sens truculent et méprisant que les gens lui donnent. Je crois que cela définit ce que nous voyons tous les jours et je ne sais pas pourquoi je m’y intéresse autant.

 

******************

 

81     Dans beaucoup de périodes de l’histoire, on s’est passionné pour la représentation de la banalité du moment et je me suis dit que ces images constituaient un phénomène banal intéressant.

 

******************

85     Il me semble que dans toutes les formes d’art, voir est un mélange d’imprécision et d’ordre absolu, en fin de compte.

 

******************

 

87     Je crois que beaucoup de peintres aiment créer des œuvres inspirées d’autres œuvres. Ce n’est pas condescendant vis-à-vis des œuvres du passé. C’est simplement une façon de voir avec votre regard d’aujourd’hui une période, un sujet qui ont intéressé beaucoup de gens.

 

******************

105   Je ne sais pas comment on peut survivre à l’école d’art. Si vous n’êtes pas entièrement original, vous perdez votre temps. Ce doit être une pression insoutenable.

 

******************

105   Sur Warhol: je pense qu’il a fait une chose remarquable. Il a construit son Hollywood… ce qui était au départ une idée amusante est devenu la réalité.

 

******************

121   Question à Lichtenstein : comment savez-vous qu’un tableau est terminé. Réponse : je sens simplement que plus rien ne me gêne.

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com