Dictionnaire des citations, Paul Nizan

In : Le cheval de Troie

 

Editeur : Gallimard, l’imaginaire

 

 

 

-              36 ... il faut que l’ouvrier en bave pour se révolter …

 

**********

 

-              49 Ils avaient une belle vieillesse de professeurs retraités devant eux et une triste jeunesse de futurs professeurs derrière eux...

 

**********

-              50 On ne se défend contre la vie qu’en la vivant.

 

**********

-              52 . . .Il creusait sa vie en aveugle : il restait de ce travail des tas de terre, qui montraient qu’il avait bien creusé,

 

**********

-             52 il avait de temps en temps envie d’être un homme. A côté Des mensonges, il y a les rêves.

 

**********

-             54 … La seule chose qui me donne du plaisir, dit-il, c’est de penser que je vis dans un temps où les pires bouleversements sont constamment possibles

 

**********

-             89 Il y avait des réunions où l’ordre du jour si pauvre qu’on faisait les comptes,

 

**********

-             90 Maillard disait : il paraît que nous sommes l’avant-garde de la classe ouvrière. Mais l’armée ne veut pas nous suivre.

 

**********

-             94 La préfecture ressemblait à un château dans la campagne : elle avait été construite pour un préfet de l’Empire et les préfets radicaux couchaient dans son lit.

 

***** *****

-            96 C’était un de ces préfets qui ne deviennent jamais préfet de la Seine, préfet de police ou gouverneur général des Colonies : ils finissent dans la Sarthe, le Loiret. Ce n’était pas un homme a méditer sur les changements de régime.

 

**********

-            98 On ne fait pas le fascisme contre les militaires : on se borne à leur donner des raisons d’être fascistes et avec le nationalisme vous vous en tirerez toujours, Mais on fait le fascisme contre les ouvriers, les adolescents, les merciers : il faut donc leur faire des promesses beaucoup plus substantielles, comme par exemple de détruire les grands magasins et de lutter contre les banques.

 

**********

-           101 Un homme d’aujourd’hui est aussi solitaire qu’une étoile. Pascal était un enfant qui jouait à la solitude. Ce n’était pas sérieux : quand il avait assez joué, il avait Dieu. Nous sommes beaucoup plus sérieux que Pascal : nous n’avons que le néant pour compagnie …

 

**********

-           108 … Sa fille jouait du piano, les notes tombaient goutte à goutte et il y avait sur la poussière charnue du trottoir une petite flaque de musique.  

 

**********

-           116 Il n’était pas contraint, c’était une des rares entreprises auxquelles il est permis à un homme d’adhérer : elles ne courent pas les rues, dans un monde où les actions qu’on fait ressemblent à des châtiments.

 

**********

-           133 Par les fenêtres ouvertes, des bruits de vaisselle, des rires sortaient, Des femmes se hâtaient de rentrer chez elles pour le déjeuner, La ville sentait la famille. Les célibataires, les représentants de commerce arrêtés par le dimanche mangeaient le pain amer de la solitude.

 

**********

-           155  Si Catherine n’avait pas été épuisée, elle ne serait pas morte. Que de complices du côté de la mort …

 

**********

-           171   Un couteau, un fusil. Pour un homme comme Lange qui ne maniait guère que des livres, c’était sa réconciliation avec l’outil : Lange serrait cet instrument mal connu, un petit pistolet automatique noir et court.

 

**********

-          177 dans ces villes, pas un habitant qui ne vive dans l’espoir d’un feu, d’une explosion, d’un crime ; elles n’ont pas d’autre occasion d’ardeur que les sirènes nocturnes et les ébranlements des cloches qui annoncent les malheurs, les alarmes ou les cris mort de la vertu autour d’un assassin

 

**********

-          179 La colère n’était pas épuisée ; la colère qui s’est nourrie pendant des années ne s’épuise pas comme la faim. La colère est plus exigeante que la soif et la faim.

 

**********

-          189 Et le sens politique de la journée, c’était peut-être simplement que des milliers d’hommes avaient été capables de colère, après tout.

 

**********

-          196 Dans les rues, la menace de la mort était plus accablante que dans la maison. Tous les vivants prennent les maisons pour des abris contre la mort : si les fenêtres, si les portes sont fermées, elle n’entre pas.

 

**********

-          205 On se met à charmer la mort par le charme que les hommes possèdent, en parlant…

 

***********

-          210 Les hommes sont moins tendres entre eux que les chevaux.

 

 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com