Dictionnaire des citations, Gustave Flaubert

Madame Bovary

Gustave Flaubert

Madame Bovary,

Le livre de poche classique

Pagination livre de poche

 

 

84. Charles rentra chez lui. Il ne trouva personne en bas ; il monta au premier, dans la chambre, vit sa robe encore accrochée au pied de l’alcôve ; alors, s’appuyant contre le secrétaire, il resta jusqu’au soir perdu dans une rêverie douloureuse. Elle l’avait aimé, après tout.

 

85. « Mais, puisque c’est notre sort à tous, on ne doit pas non plus se laisser dépérir, et, parce que d’autres sont morts, vouloir mourir … Il faut vous secouer, monsieur Bovary ; ça se passera ! »

 

100. Le cœur plein des félicités de la nuit, l’esprit tranquille, la chair contente, il s’en allait ruminant son bonheur, comme ceux qui mâchent encore, après dîner, le goût des truffes qu’ils digèrent.

 

102. Elle essaya, par mortification, de rester tout un jour sans manger. Elle cherchait dans sa tête quelque vœu à accomplir.

 

103. Elle rejetait comme inutile tout ce qui ne contribuait pas à la consommation immédiate de son cœur -étant de tempérament plus sentimental qu’artiste, cherchant des émotions et non des paysages.

 

106.- le tout encadré d’une forêt vierge bien nettoyée, et avec un grand rayon de soleil perpendiculaire tremblotant dans l’eau, où se détachent en écorchures blanches, sur un fond acier gris, de loin en loin, des cygnes qui nagent.

 

106. Elle se laissa donc glisser dans les méandres lamartiniens, écouta les harpes sur les lacs, tous les chants de cygnes mourants » toutes les chutes de feuilles, les vierges pures qui montent au ciel, et la voix de l’Eternel discourant dans les vallons.

 

109. La conversation de Charles était plate comme un trottoir de rue, et les idées de tout le monde y défilaient dans leur costume ordinaire, sans exciter d’émotion, de rire ou de rêverie.

 

113. Elle se demandait s’il n’y aurait pas eu moyen, par d’autres combinaisons du hasard, de rencontrer un autre homme, et elle cherchait à imaginer quels eussent été ces événements non survenus, cette vie différente, ce mari qu’elle ne connaissait pas.

 

114. Il (le marquis d’Andervilliers) faisait, l’hiver, de nombreuses distributions de fagot, et, au Conseil général, réclamait avec exaltation toujours des routes pour son arrondissement.

 

121. Ils avaient le teint de la richesse. Ce teint blanc que rehaussent la pâleur des porcelaines, les moires du satin, le vernis des beaux meubles, et qu’entretient dans sa santé un régime discret de nourritures exquises.

 

121. …à travers leurs manières douces, perçait cette brutalité particulière que communique la domination de choses à demi faciles, dans lesquelles la force s’exerce et où la vanité s’amuse, le maniement des chevaux de race et la société des femmes perdues.

 

132. Elle souhaitait à la fois mourir et habiter Paris.

 

176. Ils sentaient une même langueur les envahir tous les deux ; c’était comme un murmure de l’âme, profond, continu, qui dominait celui des voix.

 

177. Comme je m’ennuie ! se disait-il, comme je m’ennuie !

 

201.- C’est une chose étrange, pensait Emma, comme cette enfant est laide.

 

210. Tout lui parut enveloppé par une atmosphère noire qui flottait confusément sur l'extérieur des choses, et le chagrin s'engouffrait dans son âme avec les hurlements doux, comme fait le vent d'hiver dans des châteaux abandonnés.

 

220. Avec trois mots de galanterie, cela vous adorerait, j'en suis sûr ! ce serait tendre ! charmant !... Oui, mais comment s'en débarrasser ensuite ?

 

294. Emma ressemblait à toutes les maîtresses ; et le charme de la nouveauté, peu à peu tombant comme un vêtement, laissait voir à nu l’éternelle monotonie de la passion, qui a toujours les mêmes formes et le même langage.

 

294. … la parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.

 

323. C’était pour faire venir la croyance : mais aucune délectation ne descendait des cieux, et elle se relevait les membres fatigués avec le sentiment vague d’une immense duperie.

 

334. …Un bel organe, un imperturbable aplomb, plus de tempérament que d’intelligence et plus d’emphase que de lyrisme, achevaient de rehausser cette admirable nature de charlatan, où il y avait du coiffeur et du toréador.

 

346. L’aplomb dépend des milieux où il se pose ; on ne parle pas à l'entresol comme au quatrième étage et la femme riche semble avoir autour d'elle, pour garder sa vertu, tous ses billets de banque comme une cuirasse dans la doublure de son corset.

 

346. Il entra dans la cuisine de l’auberge, la gorge serrée, les joues pâles, et avec cette résolution des poltrons que rien n’arrête.

 

347. Elle ne confessa point sa passion pour un autre ; il ne dit pas qu’il l’avait oubliée.

 

349. D’ailleurs, la parole est un laminoir qui allonge toujours les sentiments.

 

407. Il ne faut pas toucher aux idoles : la dorure en reste aux mains.

 

 

417. Le plus médiocre libertin a rêvé des sultanes ; chaque notaire porte en soi les débris d'un poète.   

 

En fin un livre simple et souvent drôle sur un sujet que de nombreux sachants s'acharnent à rendre compliqué et ennuyeux

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net,

Babelio, Amazon, Fnac, books.google, BOD librairie et l'éditeur: Arnaud Franel Editions

 

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

En collaboration: Institut de l'Iconomie

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com