Dictionnaire des citations

John Scheid et Jesper Svenbro: La tortue et la lyre


 CNRS EDITIONS


13. Louis Gernet… suggérer au lecteur d’envisager la « mythologie comme une espèce de langage».


*************


15. Lorsqu’il aborde l’étude du collier d’Eriphyle, Gernet parle en effet de «rencontres» où se laissent voir des « connexions à propos de l’objet de valeur, dans l’imagination légendaire à laquelle il donne le branle» En d’autres termes, la perspective de Gernet est celle que nous appelons nous-mêmes générative. L’histoire du collier d’Ériphyle gravite autour de son objet. Tout se passe comme si l’objet déclenchait, sur le mode narratif, sa propre exégèse.


*************


16. Ainsi, à y regarder de près, le nom propre Bursa ne commémore pas la fondation de la cité. C’est au contraire le nom propre qui a plus probablement orienté l’élaboration du récit de fondation – lequel après coup, conduit à penser que le nom de la cité est particulièrement bien approprié.


*************


17. Ce que nous appelons finalement mythes, ce sont donc ces associations symboliques préexistantes qui servent de matrices à l’élaboration des récits mythologiques plutôt que les récits eux-mêmes.


*************


19. Toute la tragédie d’Œdipe est donc comme contenue dans le jeu auquel se prête l’énigme de son nom…. Ne faut-il pas plutôt penser que le nom a été là dès le départ pour orienter précisément la construction du récit ?


*************


24. Dans leur grande majorité, comme on vient de le dire, les noms propres grecs sont constitués d’éléments sémantiquement identifiables. De ce point de vue, les noms propres sont donc « parlants », sans cependant « parler» de façon univoque... On peut même dire que ce sont précisément la polysémie et l’ambiguïté syntaxique qui font leur force, dans la mesure où elles permettent la mise en œuvre d’exégèses successives comme c’est le cas, on l’a vu, du nom propre Œdipe. …


*************


28. la poésie est une forme de langage extrêmement difficile à traduire dans une langue étrangère, et toute traduction entraîne de multiples déformations. Au contraire, la valeur du mythe comme mythe persiste, en dépit de la pire traduction.


*************


30. les mythes se fabriquent avec des mots, non pas avec des idées – de même que Stéphane Mallarmé affirme que le poète «cède l’initiative aux mots » que par conséquent, le poème se fabrique avec des mots, non pas avec des idées.


*************


30. Valery : « Un poème comme Hérodiade est fait des mots, et des conditions imposées par les rimes, les contrastes des mots, sonorités, surprises. Les idées se cherchent dans cet ordre.

Contraire merveilleux de l’éloquence. Le mouvement du discours trouvé à part dans les veines de la riche texture, parmi cette accumulation ».


*************


31. «Valéry propose une génération» inverse : il faut partir du mot pour arriver à l’idée ».... Le récit mythique ne se fabrique précisément pas, contre ou malgré les mots, mais au contraire à partir et au moyen des mots. L’«opération mythique» engendre son objet, que ce soit un récit, un rituel, une image, ou une exégèse.


*************


64. Delphes et Délos : deux endroits stériles, deux cités dont la prospérité dépend entièrement de leur ouverture sur le monde extérieur, de l’arrivée en grand nombre d’étrangers.


*************


66. En effaçant le périmètre qui a été tracé avec de la farine, les oiseaux inaugurent en réalité un monde qui se situe à une tout autre échelle que l’univers de la cité classique. Peu importe si ce n’est pas Alexandrie mais Rome qui devait finalement devenir le centre de ce monde nouveau.


*************


67. Autrefois, à la suite d’une période d’hostilité, les seize cités de l’Elide s’étaient décidées à faire la paix et avaient élu à cette fin, dans chaque cité, une femme âgée et noble qui devait participer au tissage collectif d’un nouveau péplos destiné à Héra. La « fédération» ainsi créée retisse désormais son unité tous les quatre ans à travers le nouveau vêtement destiné à la statue de culte.


*************


68. Le magnifique tissu fabriqué par le Roi tisserand chez Platon n’est que la figure de la plus belle cité. En effet, le fait de croiser le fil de chaîne, viril et robuste (le stêmôn), avec le fil de trame, féminin et souple (la kroké), constitue le geste élémentaire de ce mythe qui dit union.


*************


69. Dans le cadre d’une analyse qui prend en compte le système du don et du contre-don, l’asymétrie des objets échangés n’est pas, comme on le sait, inattendue en elle-même. Il reste que même en admettant que le contre-don puisse dépasser en valeur le don auquel il répond, la disproportion entre le manteau et la cité de Samos est trop grande pour être considérée comme normale.


*************


83. Ovide précise que Hyakinthos fut transformé en une fleur, dont les pétales portaient les lettres AIAI, transcription de la plainte qu’Apollon laisse échapper au moment de la mort de son jeune aimé. 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion et Le retour de l'Empire allemand. 

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@orange.fr