Dictionnaire des citations

Peter Sloterdijk


 

 

 

La domestication de l'Etre

 

Pagination: Edition des Mille et une nuits

 

 

 

 

p7           Heidegger: l'entendement vulgaire ne voit pas le monde à force d'étant.

 

******************

p10        On pourrait dire que Heidegger modernise l'étonnement en l'orientant dans la direction de l'étrangeté ou de l’effroi, et pose ainsi la philosophie, comme tout , sur un nouvel affect logique.

 

******************

 

p11        Sartre dans qu'est ce que la littérature: " ce n'est ni notre faute ni notre mérite si nous vécu en un temps où la torture était un fait quotidien".


******************

 

p15        il ne faut pas oublier, du reste, que la démocratie implique en soi la culture des situations moyennes. L'esprit peut bien recracher les tièdes, la sagesse affirme, contre lui, que la tiédeur est la température de la vie.

 

******************

 

p18    En vérité, l'expression "anthropotechnique" désigne un théorème philosophique et anthropologique de base selon lequel l'homme lui-même est fondamentalement un produit et ne peut donc être compris que si l'on se penche, dans un esprit analytique, sur son mode de production. Si, selon la définition énorme qu'en donne Heidegger, la technique est effectivement "un mode du dévoilement"-une production, une mise au jour de l'étant sur la voie de l'utilisation d'outils de nature logique et matérielle-, le fait de se demander de quelle production est issue l'homme en tant que fait prend une signification inséparable de la question de la "vérité " de cette nature.


******************

 

p19    Je demande donc, pensant avec Heidegger contre Heidegger, comment l'homme est venu à la clairière, et comment a été produit l'éclair à la seule lumière duquel le monde, en tant que monde, a pu commencer à briller.

 

******************

 

p21        On ne peut pas se contenter de faire descendre le singe des arbres pour faire ensuite descendre l'homme du singe descendu.

 

******************

 

p22        On peut tout aussi peu présupposer le monde largement ouvert à l'être humain, comme s'il suffisait d'attendre qu'un pré-simien se donne la peine d'entrer dans la clairière comme s'il franchissait la porte de la gare centrale!

 

******************

 

p24        Les Européens, parce qu'ils étaient liés au mythe de la genèse, ont tout de même, et sans la moindre équivoque, toujours pensé l'être humain comme un produit. Mais tant qu'ils ont accepté Dieu comme la réponse étouffant toute question sur le "comment" et le "d'où " de la création, il leur était tout simplement impossible de formuler des réponses alternatives et non théologiques sur la production de l'être humain. Les explications sacrées bloquaient le prolongement de la réflexion en admettant une cause située, par son rang ontologique, au-dessus de l'être humain. Mais expliquer d'en haut revient à ne pas expliquer dut tout.

 

******************

 

p25        La réalité n'est pas que l'homme sort dans une clairière qui paraît l'attendre. La réalité est justement celle-ci: quelque chose de pré-humain devient humain, quelque chose de pré-mondial devient constituant du monde, quelque chose d'animal, fermé par les sensations, devient extatique, sensible à la totalité et compétent face là la vérité: seul cela produit la clairière elle-même: dans ce sens, "clairière" et "devenir humain" ne seraient que deux expressions désignant la même chose.


******************

 

p32        Le monstrueux ontologique réside dans le fait que tout devienne monde autour d'un être non divin et se dévoile pour lui d'une manière qui a une pertinence à l'égard de la vérité.

 

******************

 

p34         1945 (Hiroshima) et 1997 (le premier mouton cloné): ce sont effectivement deux dates clefs dans le procès l'être humain contre lui-même, deux dates qui prouvent que l'être humain peut moins que jamais être conçu à partir de l'animal.

******************

 

p34         Ce n'est ni notre faute, ni notre mérite si nous vivons à une époque où l'apocalypse de l'homme est quelque chose de quotidien.

 

******************

 

p36      Le fait humain (qui) n'est pas un système mais un évènement historique.

 

******************

 

p36        L'homme ne sort pas vers le haut du chapeau du magicien comme le singe descend de l'arbre. Il est le produit d'une production qui, elle-même, n'est pas homme, qui n'était pas menée par l'homme de manière intentionnelle, et qui n'était pas énoncé ce qu'il allait devenir avant de le devenir.


******************

 

p41        …dés que l'on se représente le devenir-humain lui-même comme une véritable affaire domestique, comme un drame de la domestication….

 

******************

 

p50        ...ici s'exprime pour la première fois le principe de la technique: le fait d'émanciper l'être vivant de la contrainte du contact corporel avec des présences physiques dans l'environnement.

 

******************

 

p63        Pourtant, pour ce qui concerne l'être humain, on peut l'affirmer: rien ne produit plus de résultats que la décadence.

 

******************

 

p63        Le pré-homme doit d'abord devenir totalement domestique avec de pouvoir devenir extatique

******************

 

p63       Heine a qualifié la bible de "patrie portative " des hébreux.


******************

 

p67        L'homme (qu’il) forme un monde, dans la mesure où être formateur de monde signifie continuer à écrire le texte du monde.

 

******************

 

p67       Le monde est la circonstance où des hommes comprennent que "quelque chose leur arrive" et que ce quelque chose dépasse ce qui les entoure, ce qui est présent, ce qui est exploré. En lui devient manifeste le fait que tout n'est pas manifeste.

 

******************

 

p68        les hommes tombent dans le flot du temps, dans la mesure où ils sont ouverts à l'augmentation de la réalité.

******************

 

p69    ….la pensée n'est jamais que l'éclaircissement de la clairière.

 

******************

 

p86        Heidegger: la pensée ne dépasse pas la métaphysique en la surmontant, c'est-à -dire en montant plus haut encore pour l'accomplir on ne sait où , mais en descendant jusqu’à la proximité du plus proche…la descente conduit à la pauvreté de l'ek-sistence de l'homo humanus...Penser la vérité de l'Etre , c'est en même temps penser l'humanitas de l'homo humanus".

 

******************

 

 

p88      Mais la clairière, nous le savons à présent, n'est pas possible sans son origine technique. L'homme ne se tient pas dans la clairière les mains vides, il n'y séjourne pas comme un gardien vigilant, mais sans moyens, face à son troupeau.

 

******************

 

p96      Les bio-techniques et les nootechniques entraînent par elles-mêmes un sujet affiné, coopératif, jouant avec lui-même, qui se forme par la relation avec des textes complexes et contextes surcomplexes. L'impérieux aura forcément tendance à disparaître parce que son caractère brut ou "premier" le rend impossible. Dans le connecté, condensé par l'inter-intelligence, les seigneurs et les violeurs n'ont pratiquement plus de chances de succès à long terme ; alors que les coopérateurs, ceux qui encouragent, ceux qui enrichissent, trouvent des connexions plus nombreuses et plus adéquates.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion et Le retour de l'Empire allemand. 

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@orange.fr