Dictionnaire des citations

Henry David Thoreau

 

28. Qui entend les poissons quand ils pleurent ?

 

*************

 

34. Il n’y a pas plus de religion dans la science des hommes qu’il n’y a de science dans leur religion

 

*************

 

39. Le mécanisme de la découverte est fort simple. L’application inlassable et systématique de lois connues à la nature a pour conséquence que les lois inconnues se révèlent.

 

*************

 

40. Ignorant et mauvaise besogne avec amour valent mieux que sagesse et adresse sans amour.

 

*************

 

59. La poésie n’est écrite que par miracles.

 

*************

 

64. Le temps ne cache aucun trésor ; nous ne voulons pas son après, mais son maintenant.

 

*************

 

67. Pour l’essentiel nous confondons stupidement un homme avec un autre. L’imbécile ne distingue que des races, des nations ou, au mieux, des classes, mais l’homme sage ne voit que des individus

 

*************

 

70. Seule la nature a le droit d’éprouver un chagrin perpétuel, car elle seule est innocente.

 

*************

 

72. La meilleure façon de corriger une erreur est de bien faire.

 

*************

 

80. Ne soyez pas trop moral. Vous pourriez vous priver de beaucoup de vie. Visez plus loin que la moralité. Ne soyez pas simplement bon, mais soyez bon pour quelque chose.

 

*************

 

82. Si vous voulez convaincre un homme qu’il agit mal, agissez bien. Mais ne vous souciez pas de convaincre. Les hommes croient ce qu’ils voient. Alors, donnez-leur à voir !

 

*************

 

93. rappelez-vous qu’il ne faut jamais manger sans avoir faim.

 

*************

 

96. un temple, vous le savez, était autrefois « un endroit à ciel ouvert et sans toit », dont les murs servaient juste à tenir le monde à l’écart et à diriger l’esprit vers les cieux. Mais un temple moderne y tient les cieux à l’écart, tandis qu’il entasse le monde dans un espace toujours plus confiné.

 

*************

 

100. dans l’amour et l’amitié, l’imagination est autant mise à contribution que le cœur.

 

*************

 

116. Qu’il faut être bête pour penser trouver son eldorado n’importe où, sauf là où l’on vit !

 

*************

 

120. L’homme ne découvre jamais rien, ne dépasse jamais rien, ne laisse jamais rien derrière lui, que lui-même.

 

*************

 

121. La nature est la bonté cristallisée.

 

*************

 

124. Celui qui ne peut exagérer n’est pas qualifié pour dire la vérité.

 

*************

 

194. Le génie est une lumière qui permet de voir dans les ténèbres, comme l’éclair d’un orage fracasse par hasard le temple du savoir- et non un cierge allumé au pied de l’âtre de la race qui pâlit devant la lumière d’un jour ordinaire.

 

*************

 

224. Qu’est-ce que le temps sinon l’étoffe dont est fait le retard ?

 

*************

 

227. Incontestablement, nous ne sommes jamais assez visionnaires pour pouvoir être préparés à ce que l’heure suivante nous apportera.

 

*************

 

231. Le paradis pourrait être défini comme l’endroit que les hommes évitent.

 

*************

 

249. Voyez de quelle étoffe est fait l’histoire : pour l’essentiel, c’est simplement une histoire avalisée par la postérité.

 

*************

 

265. Les masses ne parviennent jamais à égaler le meilleur de ses membres, mais au contraire elles se dégradent jusqu’au niveau le plus bas.

 

*************

 

288. la Vérité est toujours paradoxale.

 

*************

 

291. Celui qui ne résiste pas du tout ne se rendra jamais.

 

*************

 

314. Il y a deux classes d’auteurs : celui qui écrit l’histoire dès son époque et celui qui écrit son autobiographie

 

*************

 

316. Si je ne suis pas moi, qui le sera ?

 

*************

 

320. La poésie n’est rien d’autre que la santé de la parole.

 

*************

 

327. Les hommes sont devenus les outils de leurs outils.

 

*************

 

410. Ils sont un millier à couper les branches du mal contre un seul qui s’attaque à ses racines.

 

*************

 

413. Comme si on pouvait tuer le temps dans blesser l’éternité.

 

*************

 

421. Ce que l’on appelle résignation est du désespoir confirmé.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com