Anselm Kiefer

 

 

 

 

Anselm Kiefer a été nommé premier titulaire de la Chaire de Création Artistique au Collège de France.

On trouvera ci-dessous des citations tirées de la Leçon Inaugurale au Collège de France donnée en 2011.

 

 

 

 

 

p8             Je n’ai de foi que dans l’art et, sans lui, je suis perdu

***********

p8             Je me méfie de la réalité, tout en sachant qu’à leur niveau les œuvres d’art sont également illusion

***********

p9             Une œuvre du XXème siècle ne peut pas prétendre être plus avancée qu’une œuvre de XVème siècle.

***********

p12           Or pour filer la métaphore, je crains que la beauté qui se réalise dans l’art ne devienne cendre une fois remontée au niveau du discours.

***********

p12           « ne parle pas Artiste, et crée ! » Goethe

***********

p18           Nous ignorons où nous nous accrochons, mais nous nous y tenons fermement, pour ne pas être précipités dans le vide.

***********

p19           Le sens est infiniment présent dans le signe

***********

p20           En effet, l’homme deviendrait fou, si dés ses débuts ici-bas, il connaissait déjà tout sur le cours du monde. J’ai parfois l’impression d’être cet enfant de la légende Hassidique. Avoir tout su auparavant, avoir été forcé d’oublier et être contraint de tout réapprendre à nouveau.

***********

p23           L’autodestruction a toujours été le but le plus intime, le plus sublime de l’art, dont la vanité devient alors perceptible. Car quelque soit la force de l’attaque, et quand bien même il sera parvenu à ses limites, l’art survivra à ses ruines.

***********

p25           La réalisation d’un tableau est un va et vient entre rien et quelque chose.

***********

p25           Cela me rassure de penser qu’une œuvre reste constante, même si le contexte change.

***********

p31           Jusqu’alors j’ai appris qu’un poème ne se soumet pas à la réalité empirique, souffre de son incommensurable écart entre le langage et la réalité. Et puis, avec le temps, j’ai découvert que la réalité qui se juxtapose à la poésie se délite jusqu’à une forme d’extinction. Le poème démontre qu’il n’existe pas d’autre réalité que la sienne.

***********

                Isaac Louria, la tradition Kabbalistique, au XVIème siècle : « voit la création comme un dieu qui se retire ».

***********

p34           L’art n’intervient que là où se devine le sujet.

***********

p35           Les poèmes sont un peu de matière dans l’abîme de l’antimatière.

***********

p36           La vie est radicalement séparée de l’art

***********

p37           Paul Valery : le poème est un fragment entièrement façonné d’une construction qui n’existe pas.

***********

p37           Paul Valery : « la parole est le moyen de se démultiplier dans le néant. »

Kiefer : que signifie le fait de se multiplier dans le néant ? Se multiplier procure un sentiment d’extension, l’extension de ses propres limites, à l’exemple de l’eau d’un verre renversé et qui continue de s’étaler jusqu’à l’effacement. On pourrait aussi dire qu’on se dilue jusqu’à ce qu’il ne subsiste qu’un souffle de soi-même, qui lui-même ne tardera pas à être emporté par le vent.

***********

p41           Paul Celan : il y a encore des chants à chanter au-delà des hommes.

***********

p46           Rilke :

…sois dans cette nuit de démesure

La force magique du carrefour des sens

Et le sens de leur rencontre singulière.

***********

p51           On poursuit son chemin dans l’obscurité, dans l’obscurité de l’instant que l’on vit. Le présent est sans conscience

 

***********

57           Genêt : je demeurais attentif à saisir ces instants qui errants, me paraissaient à la recherche, comme l’est d’un corps une âme en peine qui les enregistre et les éprouve. L’ayant trouvé ils cessent : le poète épuise le monde.

***********

Kiefer : le poète ne puise pas dans le monde, il l’épuise. Il le consomme. Il le broute à la manière dont, selon Roland Barthes, Jules Michelet broute l’histoire afin d’instaurer un nouveau monde à sa place.

***********

59           (Oussama Ben Laden) a créé l’image la plus parfaite qu’il nous ait été donné de voir depuis celle des premiers pas de l’homme sur la Lune. Une image, créée par l’imaginaire d’un homme, du type de celles que certains artistes ont le pouvoir de produire. Une image proche de la perfection.

***********

59           J’ai toujours été convaincu que le spectateur , l’amateur d’art, parachève l’œuvre quand elle a quitté l’atelier.

***********

61           L’art est cynique par essence.

***********

66           Aujourd’hui on formulerait le problème de cette façon : des images fictives de l’effondrement des tours du World Trade Center pourraient-elles être aussi belles et saisissantes que les véritables images ?

***********

68           Nietzsche :

Tu as choisi le fardeau le plus lourd

Et c’est toi que tu as trouvé-

Tu ne te débarrasseras pas de toi….

***********

69           Nietzsche :

Ils viendront te « résoudre »

Ils ont faim en pensant à cette « solution »

Ils battent des ailes autour de toi, leur énigme

Autour de toi, pendu !...

O Zarathoustra !...

Connaisseur de toi-même !

Bourreau de toi-même !

***********

70           Nietzsche :

Désirs, espoirs, tout a sombré

Calme est mon âme, calme est la mer.

***********

73           Que faisons-nous chaque jour en effet, sinon polir des voies ferrées hors d’usage pour leur restituer leur signification perdue ? Nos actes ne sont-ils pas que simulacres ?

                Aujourd’hui toute image de voie ferrée désaffectée sur laquelle plus aucun train ne circule dans un fracas d’enfer renvoie à Auschwitz.

***********

86           Quand on est à court d’idées, on appuie sur le déclencheur en espérant que l’appareil photo viendra à votre secours…

***********

86           Il était évident pour moi que mon enthousiasme devant cette découverte n’était pas fondé, car je n’avais pas encore trouvé une idée pour la mettre en œuvre.

***********

95           J’ai dit… que la triple virginité de Marie-vierge au moment de l’Annonciation, vierge pendant la grossesse et toujours vierge après la naissance-représentait pour moi un phénomène aussi fantastique que l’invention du dadaïsme.

***********

99           Selon le théologien : Dietrich Bonnhôffer, un Dieu, qui est, n’est pas. nous sommes ici très proches de l’art.

***********

101         Compris sous l’angle de l’œuvre d’art, l’Ancien Testament contient des réflexions sur le rôle de l’artiste puisqu’il traite de prophètes qui, au même titre que les artistes, se trouvent à l’intersection de l’absolu et du factuel.

***********

102         L’artiste est le réceptacle vide où Dieu dépose sa parole.

***********

117         Proust : « mais qu’un bruit, qu’une odeur, déjà entendu et respirée jadis, le soient de nouveau, à la fois dans le présent et dans le passé, réels sans être actuels, idéaux sans être abstraites, aussitôt l’essence permanente et habituellement cachée des choses qui se trouvent libérées, et notre vrai moi qui parfois depuis longtemps, semblait mort, mais ne l’était pas entièrement, s’éveille, s’anime….

***********

157         Proust :

« certains esprits, qui aiment le mystère, veulent croire que les objets conservent quelque chose des yeux qui les regardèrent, que les monuments et les tableaux ne nous apparaissent que sous le voile sensible que leur ont tissé l’amour et la contemplation de tant d’adorateurs pendant des siècles. »

***********

159         Un spectre nous hante : celui de la décision erronée qui précisément fait l’œuvre d’art.

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion et Le retour de l'Empire allemand. 

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@orange.fr