Dictionnaire des citations

Jean-François Marmontel, Mémoires

 

50      Je veux qu’ils (mes enfants) apprennent de moi à ne jamais désespérer d’eux-mêmes, mais à s’en défier toujours, à craindre les écueils de la bonne fortune, et à passer avec courage les détroits de l’adversité.

 

****************

 

50      Bort, petite ville du limousin : « la médiocrité y tenait lieu de richesse. Chacun était libre et utilement occupé. »

 

****************

 

50      C’est près de là qu’est située cette petite métairie de Saint-Thomas, où je lisais Virgile à l’ombre des arbres en fleurs qui entouraient nos ruches d’abeilles, et où je faisais de leur miel des goûters si délicieux ;

 

 ****************

 

77      D’une jeune compagne: « ... de l’esprit, avec une si jolie bouche, pouvait-elle n’en pas avoir? »

 

****************

 

107    Plus elle était innocente, plus je la trouvais dangereuse.

 

****************

 

111    D’abord le titre de docteur de Bourges est décrié au point d’en être ridicule ; et au lieu de prendre des grades, vous allez vous y dégrader.

 

****************

 

112    Je vous conseille, me dit-il, de vous protéger vous-mêmes et non pas d’être protégé.

 

****************

 

125    Comme dans l’esprit des hommes tout n’est apprécié que par comparaison…

 

****************

 

146    Moi qui aie l’âme naturellement faible, je me suis toujours étonné du courage qui m’est venu dans les grandes occasions

 

****************

 

147    Voltaire à Marmontel : « si dès ce moment même, il vous faut de l’argent, dites-le-moi : je ne veux pas que vous ayez d’autre créancier que Voltaire »

 

****************

 

147    Voltaire à Marmontel « eh bien ! Faites des tragédies. »

 

****************

 

189    Par-là, je reconnus combien le sentiment de l’amour-propre et de la vanité blessée entrait dans les dépits et dans les chagrins de l’amour.

 

****************

 

223    Sur Rousseau «  personne mieux que lui n’observait la triste maxime de vivre avec ses amis comme s’ils devaient être un jour ses ennemis. »

 

****************

 

224    Sur Rousseau : « voilà un homme, disais-je  qui s’est donné le temps de penser avant que d’écrire ; et moi, dans le plus difficile et le plus périlleux des arts, je me suis hâté de produire presque avant que d’avoir pensé »

 

****************

 

227    Qu’est-ce donc que la faveur, si son ombre seule me donne une si singulière importance ?

 

****************

 

231    C’est à elle que son amant disait un soir qu’elle regardait fixement une étoile « Ne la regardez pas tant ma chère ; je ne puis pas vous la donner »

 

****************

 

234    Une amie : "Malheur, me disait-elle, à qui attend tout de sa plume, rien de plus casuel. L’homme qui fait ses souliers est sûr de son salaire. L’homme qui fait un livre ou une tragédie n’est jamais sûr de rien »

 

****************

 

257    Sur Versailles « le croira-t-on, ces jardins magnifiques étaient impraticables dans la belle saison. Surtout quand venaient les chaleurs, ces pièces  d’eau, ce beau canal, ces bassins de marbre, entourés de statues où semblait respirer le bronze, exhalaient au loin des vapeurs pestilentielles et les eaux de Marly ne venaient, à grands frais, croupir dans ce vallon, que pour empoisonner l’air qu’on y respirait. »

 

****************

 

261    L’amour triste est bien froid. Laissez-leur l’espérance, c’est un bien en attendant un mieux.

 

****************

 

323    … Pour valoir aux yeux de Madame Geoffrin ce qu’on valait réellement , il fallait avec elle savoir tenir un certain milieu entre la négligence et l’assiduité ; ne la laisser ni se plaindre de l’une ni se lasser de l’autre et dans les soins qu’on lui rendait, manquer à rien, mais ne rien prodiguer. Les empressements la suffoquaient.

 

****************

 

339    Marmontel emprisonné à la Bastille « point de dessert : il fallait bien être privé de quelque chose.»

 

****************

 

354    Comme en lui-même il n’avait rien qui pût le faire respecter, il prétendit au moins se faire craindre.

 

****************

 

375    Quand on n’a pas ce qu’on aime, il faut aimer ce que l’on a….

 

****************

 

403    La mort m’enleva son suffrage ; mais s’il me l’avait accordé, il se serait cru généreux.

 

****************

 

406    L’abbé Raynal « … lorsqu’on dit d’un homme qu'il a des ennemis, il faut, avant de le juger, bien regarder s’il a mérité d’en avoir ».

 

****************

 

441    Ils me répondirent que les écrits des Pères de l’Eglise étaient un arsenal où tous les partis trouvaient des armes….

 

****************

 

442    Saint Paul: « les armes de notre combat ne sont pas mortelles ». « arma militiae nostrae non carnalia sunt »

 

****************

 

442    Lactance: "Car si l’on veut défendre la religion par le sang, les tortures, le mal, on la défendra plus, on la souillera et on la violera".

 

****************

 

632    Le peuple a ses passions ; mais ces passions, comme endormies, attendent une voix qui le réveille et les irrite. On les a comparées aux voiles d’un navire, lesquelles resteraient oisives et flottantes si quelque vent ne les enflait.

 

****************

 

642    Mirabeau sur le Duc d’Orléans : « ce serait bâtir sur la boue que de compter sur lui ».

 

****************

 

642    La peur sans espérance de salut est le vrai courage du peuple

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com