Mémoires et écrits divers du Prince de Ligne

Mémoires du Prince de Ligne

Mercure de France

 

« J’aime mon état d’étranger partout » 

 

51. J’ai eu de bien bonne heure quelques petits doutes, mais M. de La Porte me rendit un peu plus catholique, et tant pour la santé du corps que de mon âme, me fit naître même quelques scrupules.

 

75. Mais quand j’ai été assez heureux pour rendre service, on ne m’en a pas voulu à la vérité et c’est beaucoup, mais j’ai remarqué qu’on n’a jamais eu l’air de s’en souvenir. Si me le rappeler, au lieu de gens sans mémoire ou peut-être ingrats, je m’en serais fait des ennemis mortels. 

 

83. On n’est plus jeune à présent. On préfère le genre Caton au genre catin.

 

83. Il m’est arrivé très peu d’histoires de filles et aucune de mauvais goût.

 

86. J’ai fait attendre des empereurs et des impératrices, mais jamais un soldat.

 

117. « Le prince peut dire à Votre Majesté ce que le général de Louis XIV lui disait : « Je vais combattre vos ennemis et je vous laisse au milieu des miens »

 

117. On ne peut avoir aucune vertu quand on se mêle d’affaires. C’est horrible à dire, mais elles doivent exclure la morale et la reconnaissance.

 

 

179. Je n’ai jamais fait mal à personne. Si cela avait été on m’aurait fait plus de bien. 

 

*************

 

Charles-Joseph de Ligne ; Mes écarts ou ma tête en liberté (1796)

Les lettres, maximes et pensées (1809)

 

C'est faire bien de l'honneur aux nobles que de s'en embarrasser. Ils tombent d'eux-mêmes, s'ils sont des gens sans valeur, et décréditent bien mieux la noblesse qu'un sot décret. Cela se voit tous les jours. Si l'on a quelque égard pour un grand nom, c'est comme on en a pour une vieille pièce de monnaie.

 

************

La mauvaise humeur est comme une mauvaise herbe qui mange tout, et empêche tout ce qui est bon, en plantes et en semences de grandir, et par conséquent de se reproduire et de profiter.

 

************

Pour plaire, il faut savoir descendre de son piédestal et se mettre à la portée du plus grand nombre.

 

************

Les Anglais sont comme des lévriers, fous dans leur jeunesse, et puis tristes à mourir. De même qu'eux, ils sautent, dansent, courent, et puis ils ont l'air de rêver toujours.

 

************

En amour, il n'y a que les commencements qui soient charmants. Je ne m'étonne pas qu'on trouve du plaisir à recommencer souvent.

 

************

On ne réfléchit au passé et à l'avenir que pour gâter le présent.

 

************

Il vaut bien mieux avoir de l'imagination que de la mémoire.

 

************

Telle vertueuse que soit une femme, c'est sur sa vertu qu'un compliment lui fait le moins de plaisir.

 

************

Mon père ne m'aimait pas. Je ne sais pourquoi, car nous ne nous connaissions pas. Ce

n'était pas la mode d'être alors bon père ni bon mari.

 

************

Je me souviens d'un jour qu'on parlait de courage. L'impératrice (Catherinede Russie) me dit: -Si j'avais été homme, j'aurais été tué avant d'être capitaine. Je lui répondis: -Je n'en crois rien, madame, car je vis encore.

 

************

J'avance dans l'hiver à force de printemps.

 

************

L'enthousiasme est le plus beau des défauts.

 

 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com