Rainer Maria Rilke, les Élégies de Duino

Rainer Maria Rilke

les Élégies de Duino

éditeur Orphée la différence

la pagination renvoie à cette édition

 


 

Rainer Maria Rilke les 10 élégies

 

9  Je regrette seulement que la nature ne m’apporte presque rien ; même la mer me laisse indifférent…


12  La très longue période du Malte Laurids m’est apparue non pas comme un naufrage mais bien plutôt comme une ascension étrangement sombre vers une région lointaine et désolée du ciel.


13  …Il produit quelque-chose comme une âme désinfectée, une aberration vivante, corrigée à l’encre rouge comme une page de cahier d’école.


18.  Cette volonté de « prendre gravement la vie dont mes livres sont pleins…


19. Le terrible a effrayé, épouvanté les hommes ; mais n’y a-t-il rien de doux ou d’admirable qui ne porte par moments ce masque-là, du terrible ?


 19. Celui qui n’adhère pas, qui n’applaudit pas une fois de la façon la plus résolue à ce que la vie a de terrible, n’entrera jamais en possession des indicibles pleins pouvoirs de notre existence, il restera en marge, il n’aura été  au jour décisif,  ni un vivant, ni un mort.


21. « dans les Elégies, à partir des mêmes données, la vie redevient possible, …l’affirmation de la vie et celle de la mort se révèlent ne faire qu’un. Reconnaître l’une sans l’autre serait … une imitation qui exclurait finalement tout infini. La mort est la face de la vie détournée de nous, non éclairée par  nous : nous devons essayer de réaliser la plus grande conscience de notre existence, qui est chez elle dans les deux domaines illimités,  par et l’autre inépuisablement nourrie …. Il n’y a ni En-deçà, ni Au-delà, rien que la grande Unité où ces êtres qui nous surpassent les « anges », sont chez eux… »


23.  Nous sommes, il faut le souligner encore une fois, nous sommes , nous , ces transformateurs de la terre, toute notre existence, les vols et les chutes de notre amour, tout nous qualifie pour cette tâche (à côté de laquelle il n’en est aucune, essentiellement, qui tienne)»


LA PREMIERE ELEGIE.


27. « Qui donc, si je criais, parmi les cohortes des anges m’entendrait ? »


27. Car le beau n’est que le premier degré du terrible, à peine encore

supportable, et si nous l’admirons tant, c’est qu’impassible

il dédaigne de nous détruire. Oui, tout ange est terrible.

 

29. Tu es tout près de les envier. Ces délaissées,

à tes yeux tellement plus aimantes que celles 

que l’amour a comblées, renouvelle sans cesse

l‘hommage jamais trop fervent pour elles ; songe :

le héros dure, et sa chute ne fut pour lui

que prétexte pour être: une ultime naissance.

 

31….                                                  Etrange,

de ne pas désirer plus avant ses désirs, étrange

que dans l’espace tout ce qui tenait ensemble

voltige, délié. La mort est dure, oui,

et que n’y faut-il regagner avant que l’on

y sente un peu d’éternité. Mais les vivants

font tous l’erreur de distinguer trop nettement.

 

LA DEUXIEME ELEGIE.

 

35. Tout ange est terrible. Et pourtant, malheur à moi,

je vous invoque, oiseaux presque mortels de l’âme,

vous connaissant. Car où sont les jours de Tobie

où le plus rayonnant de vous pouvait paraître,

à peine déguisé pour le voyage, au seuil

d’une simple maison sans provoquer l’effroi.

 

37. Vois : les arbres sont. Et les maisons

encore, que nous habitons. Nous seuls passons auprès

de tout comme un souffle échangé. Et tout conspire

pour faire sur nous le silence, soit par honte,

peut-être, soit dans quelque inexprimable espoir.

 

 LA TROISIEME ELEGIE.

 

43. Entends la nuit qui s’incurve et se creuse. Étoiles,

ne vient-il pas de vous, l’attrait de l’Amant pour les yeux

de l’Aimée ? Et la connaissance intime qu’il en a,

la tient-il pas de vos pures constellations ?

 

47. Aimant. Il descendit dans le sang plus ancien,

les ravins où gisait l’effroi, repu d’ancêtres.

Chaque terreur le connaissait, clignait de l’œil

comme en signe de connivence et l’horreur même,

oui, souriait …

 

 LA QUATRIEME ELEGlE

 

51. O arbres de la vie, quand êtes-vous d’hiver ?

 

51. Qui ne fut, anxieux, assis face au rideau

de son cœur ? Lequel se leva sur une scène

d’adieu.

 

53…. malgré tout

Je resterais. Car il y a toujours à voir.

 

53. Quand je m’en sens l’envie

j’attends devant le rideau des marionnettes,

 

57. …. la mort, toute la mort, la contenir en soi si doucement

avant même la vie, et n’en pas devenir méchant, voilà

qui ne se peut décrire.

 

 LA CINQUIEME ËLËGIE

 

59. …, ce tapis égaré dans l’univers, posé là tel

un pansement, comme si le ciel de banlieue

avait blessé la terre.

 

 LA SIXIEME ELEGIE

 

69. … Mais nous, hélas,

fiers de fleurir, nous nous y complaisons, trahis avant

d’atteindre le dedans de notre fruit tardif!

 

69. Ils volent en avant de leur propre sourire…

 

71. Car proche étrangement des jeunes morts est le héros.

Que lui importe de durer si l’existence

est pour lui ascension ? Il s’enlève et progresse

dans la constellation toujours changeante du péril

qui sans cesse le guette, où combien peu le suivent!

 

 LA SEPTlEME ELEGIE

 

77.                                              …Ne croyez pas

que le destin soit plus que la densité de l’enfance ;

vous avez si souvent devancé l’aimé, haletant,

haletant du bonheur d’une course libre et sans but !

 

79. Nulle part. Bien-aimée, il n’y aura de monde

 qu’intérieur. Notre vie passe en métamorphose.

 

79. Le temple, on ne le connait plus. C’est une prodigalité

du cœur dont nous faisons secrètement l’économie.

 

 LA HUITIEME ELEGIE

 

83. Mais nous autres, jamais nous n’avons un seul jour

Le pur espace devant nous, où les fleurs s’ouvrent

A l’infini. Toujours le monde, jamais le

Nulle part sans le Non, la pureté

insurveillée que l’on respire,

Que l’on sait infinie et jamais ne désire.

 

85. Toujours tournés vers le créé nous ne voyons

en lui que le reflet de cette liberté

par nous-même assombri. A moins qu’un animal,

muet, levant les yeux, calmement nous transperce. 

Ce qu’on nomme destin, c’est cela : être en face,

rien d’autre que cela, et à jamais en face.

 

85. Car là où nous voyons l’avenir, il voit tout

Et se voit dans le Tout, et guéri pour toujours.

 

87. Et nous: spectateurs, en tous temps, en tous lieux,

tournés vers tout cela, jamais vers le large !

Débordés, Nous mettons de l’ordre. Tout s’écroule,

Nous remettons de l’ordre et nous-mêmes croulons.

 

87. tels nous vivons en prenant congé sans cesse.

 

 

LA NEUVIEME ELEGIE

 

89                                                 ….pourquoi

faut-il être homme et, fuyant le destin, y aspirer

si fort ?

 

Parce que le bonheur existe, hâtif profit d’une perte prochaine ? Oh non !

….

Mais parce qu’être ici c’est beaucoup. Et qu’ici,

Apparemment, tout a besoin de nous, ces choses

Éphémères qui étrangement nous appellent.

Nous, les plus éphémères. Une fois chaque chose,

rien qu’une fois. Une fois et c’est tout. Et nous aussi

rien qu’une fois. Et jamais plus. Mais une fois,

quand ce ne serait qu’une fois. Avoir été cela:

de cette terre, voilà qui semble irrévocable.

 

 LA DIXIEME ELEGIE

 

97. Un ange foulerait

Sans qu’il en reste rien leur foire au réconfort

Et le prêt à porter voisin de l’église bien propre,

Close-et-désenchantée comme une post le dimanche.

 

99. Pour l’adulte, d’ailleurs, il reste encore à voir

comment l’argent physiologiquement se reproduit,

Pas seulement pour s’amuser: le sexe de l’argent,

le processus dans son entier- qui vous instruit et vous féconde…

 

105. Et nous qui voyons le bonheur

comme quelque chose qui monte, éprouverions

l’émotion dont nous sommes presque atterrés

Quand une chose heureuse tombe.

 

 

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com