L’Abécédaire de Raymond Aron aux Éditions de l’Observatoire/Humensis

 

 

11. L’homme d’action est celui qui garde le sens d’une tâche grandiose à travers les médiocrités quotidiennes.

 

*******************

12. Marx : on revit deux fois les mêmes événements, une fois en tragédie, une fois en comédie.

 

*******************

16. Sartre « Tous les anticommunistes sont des chiens. »

 

*******************

24. J’ai eu tendance souvent à penser que l’ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de I’histoire. Et souvent je dis que le dernier livre que je voudrais écrire vers la fin porterait sur le rôle de la bêtise dans l’histoire.

 

*******************

33. J’affirmai que la société industrielle n’imposait ni le régime de parti unique dont l’Union soviétique constitue le modèle, ni le pluralisme artisan et idéologique dont s’enorgueillit l’Occident.

 

*******************

33. Les foules qui acclament furieusement les faux prophètes trahissent l’intensité des aspirations qui montent vers un ciel vide.

 

*******************

34. C’est que la guerre est, en tant que telle, un acte politique, c’est-à-dire qu’on ne fait pas la guerre pour remporter des victoires, on fait la guerre pour obtenir certains résultats politiques.

 

*******************

38. La société moderne tend vers une conception sportive de l’égalité : tout le monde devrait partir sur la même ligne un seul - le meilleur – devrait gagner.  

 

*******************

44. Le général de Gaulle n’a jamais caché qu’il aimait la France avec passion, mais qu’il n’étendait pas aux Français la considération qu’il avait pour l’idée de la France.

 

*******************

45. Le régime stalinien, lui, était fascinant. Il était horrible mais il était fascinant.

 

*******************

46. On ne dit pas autres de déserter. On déserte soi-même.

 

*******************

52. La presse de droite d’avant-guerre vivait de la haine, elle nourrissait la haine, elle créait en France un climat de guerre civile permanente.

 

*******************

57. Montesquieu : « C’est à un conquérant de réparer une partie des maux qu’il fait. Je définis ainsi le droit de conquête : un droit nécessaire, légitime et malheureux qui laisse toujours à payer une dette immense, pour s’acquitter envers la nature humaine »

 

*******************

61. La plus grande menace pour l’Europe, et pour la France, ce serait un nouveau retrait des Etats-Unis dans l’isolationnisme.

 

*******************

63. Les hommes cultivés du siècle des Lumières, probablement même des clercs de la chrétienté, étaient de meilleurs Européens que nous.

 

*******************

77. Je déteste les guerres civiles, et la guerre civile de la Commune été une des plus détestables de l’histoire de France, car rien n’est sorti, sinon des morts.

 

*******************

92. La vie politique démocratique, la seule que j’aime, exige de la part des hommes politiques une patience inépuisable. J’en suis totalement dépourvu.

 

*******************

95. Ce qui était frappant dans les années 50, ce n’était pas la marche à la révolution mais le relèvement économique de la France.

 

*******************

104. Pour tous les journalistes il y a un danger qui n’est pas facilement évité : c’est d’être trop obsédés par l’actualité.

 

*******************

105. Un article de journal comporte deux éléments essentiels et deux seulement, la première phrase et la dernière.

 

*******************

105. Si l’on veut être journaliste, il faut savoir de quoi on parle. On n’apprend pas à être journaliste en étant journaliste.

 

*******************

118. Il n’existe pas d’apprentissage du malheur. Quand il nous frappe, nous avons encore tout à apprendre.

 

*******************

129. Il n’y a pas tous les jours une affaire Dreyfus qui autorise à invoquer la vérité contre l’erreur.   

 

*******************

142. Être optimiste, à notre époque, c’est dire : le pire n’est pas toujours certain. Et c’est une forme d’optimisme dont on peut dire qu’il est non pas désespéré, mais à la limite du désespoir.

 

*******************

144. Je ne suis pas un pessimiste, simplement je ne crois pas au paradis sur terre.

 

*******************

147. Je crois que tout est toujours en question, que tout est toujours à sauver. Que rien n’est définitivement acquis, et qu’il n’y aura jamais de repos sur la terre pour les hommes de bonne volonté.

 

*******************

153. La société étant inégalitaire et comportant un certain nombre d’activités collectives, là où il y a de la société, il y a évidemment du pouvoir.

 

*******************

181. J’ai été socialiste aussi longtemps que je n’ai pas fait d’économie politique.

 

******************* 

185. Le stalinisme doit sa force d’attraction, pour une large part à sa faiblesse sur le plan intellectuel. Il en impose parce qu’il constitue un système simplifié du monde.

 

*******************

 

200. Et précisément pour pouvoir exprimer la vérité il faut être libre. Il faut qu’il n’y ait pas un pouvoir extérieur qui vous contraigne. 

 

*******************

 

Les monnaies cryptées, les coins, les tokens: un livre pour éviter les erreurs d'investissement et les escroqueries

 

Il vous suffira de tendre la main, vers les librairies du net et

chez Arnaud Franel

 

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com