Chirico à l'Orangerie

Chirico à l'orangerie

 

Voici une belle exposition et intelligemment conçue. Les œuvres de Chirico sont entourées de celles de ses contemporains dont évidemment Picasso, mais aussi de celles de quelques suiveurs, dont Morandi. Quant aux œuvres du maître italien, elles sont bien choisies entre grands formats et ceux, de petite taille dont il dût se contenter à certains moments de la 1ère guerre mondiale. 

Il y a aussi des œuvres de l'après-seconde guerre. Ces fameuses œuvres où il se copiait lui-même.

 

Même si Chirico est devenu, de concert avec Magritte, Delvaux, Hopper, et Dali une sorte de monument incontournable qu'on reconnait à 10 kilomètres et qu'on voit partout transformés en support publicitaire; même si le public aime Chirico parce que c'est si cocasse, si drôle et si facile à retenir, même si, enfin, le maître a un petit peu pataugé dans les solutions combinardes pour gagner de l'argent, il demeure que les foules courent voir Chirico, comme on les a vues ce précipiter pour admirer les artistes cités plus haut. 

 

Donc, voilà un artiste qui ne laisse pas indifférent. Mais, je soupçonne que les passions esthétiques qu'il déchaîne sont quelque peu ambigües. Ce sont il est vrai de belles images. J'ai eu envie de dire qu'il s'agissait là de belles vignettes. On peut les réduire à la taille d'un timbre (et lancer une série: Dali et la Poste) on n'en perdra pas une miette. On peut au contraire l'agrandi et alors on aura un magnifique décor de théâtre. Si on le faisait en 3 D, les enfants pourraient s'y promener sans risque de cauchemars. Ils joueraient à être des mannequins d'osier comme dit la chanson au milieu des mannequins qu'a peints le peintre. 

 

Quand on est un intellectuel, un sachant, on sait que tout ça, c'est de la peinture métaphysique et cela suffit presque pour commenter l'œuvre. Si on est un vrai sachant qui sait son Freud, son Jung, sa Marie Bonaparte et sa Françoise Dolto, on a là une occasion inespérée de raconter des tas d'histoires à l'image de Bruno Bettelheim et de sa psychanalyse des contes de fées. A regarder de près, on ne peut que constater que le peintre a su mettre en scène tout le bric à brac des histoires à dormir debout. Même Gustave Doré n'y était pas parvenu aussi complètement. Même Odilon Redon. Même les romantiques allemands avec leurs philosophes qui planent au-dessus des nuages assis sur le sommet d'une montage.

 

Quand on est un intellectuel genre professoral, on est aux anges. Il y a plein de références à la Grèce (ancienne évidemment, il n'y a pas d'evzones dans les œuvres de Chirico). Alors, on peut s'amuser à les retrouver et expliquer ce qu'ils font là, pourquoi l'artiste les a confrontés à des locomotives qui fument dans le lointain et ce que tout cela dit de nos sociétés contemporaines.

 

Quand on est un homme ou une femme impliqué dans les grands problèmes du monde d'aujourd'hui, on ne peut qu'être charmé d'avoir, là sous les yeux, des arcades qui suivent poliment les lois de la perspective et qui donnent par le fait même une idée de l'éternité. On voit aussi, et très souvent des petites filles qui courent au travers d'une grande place en poussant un cerceau. quelle belle métaphore, du temps qui passe et qui revient, de la pureté du regard d'un enfant et de l'impureté de notre propre regard...

 

Quand... abandonnons ces figures de style, ce n'est pas pour démolir Chirico qu'on écrit tant de lignes. Il s'agit de participer à un mouvement de prise de conscience. Les surréalistes ont été sur-valorisés quant à leur rôle dans cet grande façon de réinventer le regard. Ils ont produit beaucoup d'images et de sujets de discussions. Mais, basiquement, ce sont des illustrateurs!!! Leurs techniques picturales sont le plus souvent simplistes, le langage employé est fruste et peu ou prou, ce sont moins des peintres que des littérateurs  qui n'ont pas mis des phylactère sur la toile, mais tout à côté, car, toutes leurs peintures et leurs dessins mêmes sont assortis de titres qui ajoutent, complètent et commentent leurs œuvres.

 

On ne le leur reprochera pas. Le charme est là et c'est déjà beaucoup et puis, c'est toujours réconfortant de pouvoir se dire en voyant de loin une œuvre de Chirico: "ça c'est un Chirico, j'en donne ma main à couper". 

 

 

 

La Chine est en passe de lancer la première crypto-monnaie souveraine. Un livre qu'il ne faut pas manquer. Pour l'obtenir, il faut suivre ce lien.

 

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières", "le crédit à moyen et long terme" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com